Toi, tu ne vieillis plus, tu regardes la montagne – Hélène Sanguinetti – 02

LES DIEUX CHANTENT ET BOIVENT - letcr1- exp

Extrait du livre de poésie
« Toi, tu ne vieillis plus, tu regardes la montagne« 

de Hélène Sanguinetti
édité par publie.net

LES DIEUX CHANTENT ET BOIVENT - letcr1

(Sans image
à cliquer pour l’agrandir)

Parcours de lecture

LES DIEUX CHANTENT ET BOIVENT - s

—-

En clair

LES DIEUX CHANTENT ET BOIVENT - txt0

Extrait plus long

LES DIEUX CHANTENT ET BOIVENT - txt1

—-

Le texte lu par l’auteure


Passe un Romulus son bœuf qui transpire qui trace en cercle l’herbe brûlante de la plaine rebondit de criquets, de mouches, il questionne son frère, durement le questionne, et l’autre veut être heureux, plume ou pierre être heureux, lui dit-il et lui dit : qui peut plus ? Les dieux chantent et boivent à leur table en haut se penchent pour mieux voir

Onze heures et demie, rase très rase pelouse, un caillou, on l’y jette, il ne deviendra pas cheval, ni eau de puits tirée à la bouche, quatre guêpes se poursuivent sur le rideau, se prennent, collent, vont mourir, et deux on les frappe d’un chiffon lancé en boule contre la vitre elle a tremblé, l’une disparue, l’autre écrasée encore vivante, par terre. C’est une pelouse perdue du soir, sèche, nue, qui a dansé ici ? J’OUVRE LES TIROIRS JE COMPTE LES MORTS
Rien d’autre (à part lui San Pedrone au-dessus, au milieu, au bout)

LE COEUR CERF – JEAN GIONO -3

[Cette prison n’avait pas suffi]

MAIS À TRAVERS LES BARREAUX - letcr1-exp

(sans image
à cliquer)

MAIS À TRAVERS LES BARREAUX - letcr1

Parcours de lecture

MAIS À TRAVERS LES BARREAUX - s

En clair

MAIS À TRAVERS LES BARREAUX - txt0

Un extrait plus long

MAIS À TRAVERS LES BARREAUX - txt1


Mais à travers les barreaux du squelette, il reniflait encore de grands airs.
Alors sur cette charpente d’os et de muscles, sur ce corps de busc, on a maçonné des chairs pour boucher des trous et tout effacer de la première forme : cette beauté qu’il avait avec ces artères et ces veines qui jaillissaient de lui comme les ramures jaillissent du cerf.