Passage en 2 D et cordon coupé – Pierre Levy – La machine univers

Quand un philosophe vous parle … à travers ce qu’il a pu faire graver dans l’immobile

il faut en peser tous les mots et s’imprégner également de la forme du discours.

 

MIS À PLAT DÉTACHÉ DU FLUX ÉPHÉMÈRE-letex

(La machine univers – Pierre Levy 1987)

(cliquer l’image en cas d’intolérance au ralentissement de la lecture (sourire)²)


Il reste à savoir ce qu’en pensent les créatures vivantes, imaginaires ou non.

Que perd-on dans le plat et l’absence de temporalité ?

Et qu’il faudra impérativement réintroduire lors du retour dans l’agir en relief en un  monde continu et palpitant ou le mot est souffle provisoire résonnant avec un réel incertain fruit de la pluralité des subjectifs.

[Dans l’ouvrage cité, Pierre Levy, même s’il consacre (en 1987) la majeure partie de celui-ci à l’impact des nouvelles technologies sur le monde à venir, évoque aussi ce qui dans le monde vivant n’y est pas réductible et l’énorme enjeu qu’est pour l’homme la conduite et maîtrise de ces … outils*
Le sous-titre est « Création, cognition et culture informatique« .]

 

__

* Formulation qui mériterait mieux, en attente d’une éventuelle correction/précision de l’auteur.

 

Un passage plus complet ici



L’ethnologue Jack Goody a mis en évidence* la naissance d’un certain type de rationalité avec l’écriture. La disposition de signes sous forme de tableaux, la vision synoptique, engendre une nouvelle exigence de logique et de symétrie. Mis à plat, détaché du flux éphémère de la parole, le discours est objectivé

Fatal … mais il reste … – Pierre Levy

LA CROISSANCE ET LE PERFECTIONNEMENT-im

 

 

 

 

Les ondes sont saturés d’orateurs ayant en abondance du prêt à gloser à propos de notre époque saturée, quant à elle, d’algorithmes et de techno-sciences de l’intelligence simulée.

Est-ce la commande grand public ou les compétences de ces orateurs qui font avorter les débats que leur parole devrait porter ?

A chaque écoute, je me plonge dans un des ouvrages de Pierre Levy et j’y trouve … de la pensée qui ouvre une porte où dévoile le fond d’un cul de sac.

Ainsi cette réflexion, à la fin de « La machine Univers » (1987)*

Si …LA CROISSANCE ET LE PERFECTIONNEMENT-letex

 

Pierre Levy parle d’un enjeu à relever …

Il semblerait que nous sommes plus prêt
du ruisseau qui rejoint l’eau en route
– par la vertu mécanique de la pesanteur –
vers la mer …

que de l’homme qui pagaye
se servant du courant comme il l’entend
pour se rendre à bon port.

 

* Cité dans la bibliographie de l’oeuvre de Monique Linard « Des machines et des Hommes »

 

Autre perle à pensée qui résume (trente ans avant) et retourne entièrement « Les métamorphoses du calcul » de Gilles Dowek

« Cette mutation s’articule autour d’un retournement et d’une substitution : l’inversion des rapports entre le langage et le calcul. » p 213

Chaque jour cette réalité se confirme, mais sans que nos « pilotes » se servent de leur rame pour éviter la disparition … dans la mer des nombres.
« Pilotes » confortés dans l’inaction par les orateurs précédemment évoqués qui ne voient, ou à tout le moins omettent de citer, l’énorme enjeu que seule l’intelligence collective (maillage à partir de celle de l’individu) peut nous aider à relever.


 

la croissance et le perfectionnement du technocosme sont fatals, la manière que nous aurons de l’habiter reste un enjeu.

Qui pense ? … Pierre Lévy – Les technologies de l’intelligence

QUI PENSE - EST-CE LE SUJET NU ET-letexx*
[Un français
a pensé
en philosophe
et en praticien de ces domaines
depuis plus de 30 ans
les technologies de l’intelligence,
les a imaginées au service de
l’intelligence collective.
Il enseigne actuellement au Canada.

En France
dans toutes les conférences auxquelles j’ai assisté
la quasi totalité des intervenants* n’avait pas lu
les ouvrages de ce chercheur
et réinventait
au fil des ans
au mieux
de pauvres réductions
des développements de Pierre Lévy]

QUI PENSE - EST-CE LE SUJET NU ET-letex

 » …

Sont-ce encore les structures
les langues
les épistémè
ou les inconscients sociaux
qui pensent en nous ?

En développant le concept d’écologie cognitive
je défendrai l’idée d’un collectif pensant homme-choses
collectif dynamique
peuplé de singularités agissantes et de subjectivités mutantes
aussi loin du sujet exsangue de l’épistémologie
que des structures formelles
qui ont fait les beaux jours de la « pensée 68 »  » (1990)

QUI PENSE - EST-CE LE SUJET NU ET-s


*
*…L’un des moindres n’est pas Gilles Dowek
primé pour « Les métamorphoses du calcul » par un collège de philosophe (!!!**)
qui à l’issu d’une de ses conférences
(Le thème en était « Matière et Pensée »
Gilles Dowek n’y a parlé que de la matière et du calcul,
jugeant, en fin de conférence, le « concept de pensée peu pertinent » )
alors que je l’interrogeais à ce propos : m’a dit
songer à se pencher un jour sur cet auteur qu’on lui avait conseillé de lire.
(Il aurait du commencer par cela ! La première étape du traitement d’un sujet
étant, d’ordinaire, l’exploration de l’existant.)

** On peut songer, pour la philosophie, au film
« MON DIEU, COMMENT-SUIS-JE TOMBÉ SI BAS ? »
de Luigi Comencini

Big data …

SI LES CHIFFRES SEMBLENT PARLER D EUX-MÊMES CHERCHEZ-letex*

SI LES CHIFFRES SEMBLENT PARLER D EUX-MÊMES CHERCHEZ-let*

[La donnée
n’est pas information
encore moins connaissance
et
si on vous affirme le contraire
flairez l’embrouille !]

*


Dans son billet « Sur la science des données »  à propos de certains développements  excessifs concernant le « big data« , Pierre Levy écrit :
« Il paraît que les nombres parlent d’eux-mêmes. Mais c’est évidemment oublier qu’il faut, préalablement à tout calcul, déterminer les données pertinentes, savoir exactement ce que l’on compte, et nommer – c’est-à-dire catégoriser – les patterns émergents.« 

[… sur le versant plus « politique »]

SI LES CHIFFRES SEMBLENT PARLER D EUX-MÊMES CHERCHEZ-letex

SI LES CHIFFRES SEMBLENT PARLER D EUX-MÊMES CHERCHEZ-s

[Du temps des grecs,
les prêtres responsables des oracles
en faisaient tout autant.]


Si les chiffres semblent parler d’eux-mêmes, cherchez le ventriloque ! 

Almanach … Pierre Levy

[On dit aussi « anniversaire« ]

PENSÉES CHALEUREUSES-letcr1-exp


Lecture incontournable :

(et chaque année augmente cette urgence)

 » L’Intelligence collective : Pour une anthropologie du cyberspace  »
(1994 !)

 

Proposition de lecture d’un extrait (on pourra penser à la condamnation récente des « lanceurs d’alerte » qui correspond aux résistances du pouvoir face à l’émergence de l’intelligence collective et de ses « réseaux »)


 

LA MACHINE UNIVERS – PIERRE LÉVY – 02

 

LES SCIENTIFIQUES NE CONCOIVENT - letc1-exp


—-

Extrait de l’essai  » La machine univers. Création et culture informatique

  »
de Pierre Lévy


Note à voir plus bas*


Parcours de lecture

 LES SCIENTIFIQUES NE CONCOIVENT - sr

En clair (sur Babelio)

*

Pierre Levy en son Blog

____________________________

Les TAGS
donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


* Près de 30 ans après l’écriture de ce livre, une question plus que jamais d’actualité, notamment lorsqu’on se préoccupe du « rendement décroissant » du système éducatif, en France (certes) et (ce qui est bien plus significatif) dans le monde entier.

Actuellement, dans l’enseignement des mathématiques, la notion d’algorithme prend une place de plus en plus importante. Il en est de même de tout l’outillage nécessaire pour maîtriser  les savoirs faire correspondant.
Dans le même temps, la géométrie et tout ce qui est relatif à l’étude d’un lieu continu autrement que comme limite du discontinu, disparaît.

On pourra lire à ce propos l’ouvrage de Gilles Dowek étonnamment récompensé par le  Grand Prix de Philosophie de l’Académie Française alors qu’il réduit précisément la pensée au calcul dans des développements sans grande originalité si ce n’est quelques provocation – il faut espérer que ce n’est pas le fond de sa pensée –  (en substance) On s’étonnera que des hommes aient un jour fait des démonstrations « à la main ».

Il ne s’agit pas d’avoir des regrets d’une époque révolue, mais simplement de comprendre ce qui se joue au niveau même de notre perception du réel, y compris aux frontières  de notre compréhension, en ces lieux où nous l’imaginons plus que nous le saisissons.


Quand les simulations par ordinateur remplacent de plus en plus l’expérience et que la logique des banques de données impose ses codes au langage scientifique, avons-nous toujours affaire à ce que nous avions l’habitude de nommer la science ?
Le traitement de l’information est en passe de devenir le modèle dominant pour penser les processus physiques et biologiques.
Déjà les sciences de la cognition ne conçoivent plus la mémoire, l’apprentissage ou la perception que schématisés par des algorithmes.