Là où la vie patiente – Anna Jouy – [éditions Qazaq]

*

si-elle-se-baisse-et-marche-let*

*
[Et si le ciel
était
en bas ?]

*

*


« Là où la vie patiente »
aux éditions Qazaq
dans la collection « Ardoise »


Extrait de « Le gravier »

si-elle-se-baisse-et-marche-letex

(à cliquer pour le parcours de lecture)


Le livre est disponible en format numérique
(pdf ou epub)
ici 

Jan Doets présente l’oeuvre
sur son refuge des « Cosaques des frontières »
ici


Si elle se baisse et marche ainsi la tête presque sur ses souliers, elle voit des choses.

 


LA PULPE – Jerzy ANDRZEJEWSKI – 01 –

[De tous temps, ces périodes qui précèdent le printemps,
– notre printemps –
(et le préparent autant qu’elles y résistent en secret)
ont exaspéré
tant la proximité de la lumière et de la chaleur
devient insupportable au fur et à mesure qu’elle augmente.]

IL ME SEMBLE QU AVEC LE PRINTEMPS - letcr1-exp

Extrait de «La Pulpe »

de

Jerzy ANDRZEJEWSKI 

(Plus facile
avec les liens entre les mots
– à cliquer – )

IL ME SEMBLE QU AVEC LE PRINTEMPS - letcr1-sr

En clair (à cliquer)

IL ME SEMBLE QU AVEC LE PRINTEMPS - txt0r

L’extrait complet

IL ME SEMBLE QU AVEC LE PRINTEMPS - txt1r


Après une journée ensoleillée et une soirée presque printanière, de nouveau une violente tempête de neige. Tout le monde est très las, déjà de cet hiver, de sa persévérance tenace accompagnée de ces changements capricieux si  fréquents ces derniers mois : dans la même journée la température s’est brusquement élevée d’une dizaine de degrés au-dessous à une température voisine de zéro, puis tout aussi brutalement, le dégel et les souffles d’air chaud qui l’accompagnent ont cédé la place à un froid vif. Jamais encore, sans doute, je n’avais eu aussi soif que maintenant de chaleur, de soleil et d’arbres verdissants. Je sais trop bien que ce peut n’être qu’illusion, mais il me semble qu’avec le printemps quelque chose changera aussi dans ma propre végétation à demi morte.

L’OBJEU – Ly-Thanh-Huê, textes, Bona Mangangu, photos – 2

« Échapper au ronron de leur danse. Staccato fibrille dans leur coulure fluide.OBJEU - couverture
Ils étaient des objets au sein de la forêt qui ont devisé matière, féline fourrure, chrysalide lumière, naissance au monde et mots nouveaux.

J’ai écouté.

Me suis-je faite scribe de leurs mots ?

Aimerais. »

Ly-Thanh-Huê (extrait de la présentation)

Couverture Bona Mangangu

L’oeuvre est disponible aux éditions Qazak (de Jan Doets)  ici

 


IMMONDICES POURQUOI UN - letc1-exp

 

  —
(Si tu es novice
ici les liens entre les mots sont donnés
– à cliquer – )

IMMONDICES POURQUOI UN - letc1-rs

 « L’objeu »
de LY-THANH-HUÊ
(Lan Lan Huê)

Extrait de   « L’origine du monde »

Itinéraire de lecture

IMMONDICES POURQUOI UN - sr

En clair

IMMONDICES POURQUOI UN - txt0r

 un extrait plus long

IMMONDICES POURQUOI UN - txt1r



Voile sur immondices. C’est un nom si doux. Qui commence dans le monde et finit dans le vent. Sifflement. Elles disent l’indice fou qui s’immisce dans les feuilles. Ce sont des clairières obscures. Que l’on voudrait enfouir.
Immondices. Pourquoi un si joli nom ? Pour ces choses informes, visqueuses et dures.

LE VILLAGE PATHÉTIQUE – ANDRÉ DHÔTEL – 13


[Elle va tous leur faire tourner la tête
et, elle non plus, ne sait pas pourquoi
elle fait cela]

     IL FAUT AVOUER TOUT DE SUITE - letc1-exp2
 —
Si tu est novice,
plus facile avec les liens entre les mots
– à cliquer –

IL FAUT AVOUER TOUT DE SUITE - letc1-sr

Extrait du roman « Le Village pathétique »
de André Dhotel

 —

Parcours de lecture

IL FAUT AVOUER TOUT DE SUITE - sr

En clair

IL FAUT AVOUER TOUT DE SUITE - txt0r

 Un extrait plus long

IL FAUT AVOUER TOUT DE SUITE - txt1r


 Merci de  signaler une erreur 


Mais les épaules et les seins de la jeune femme vivaient avec ardeur sous la robe frêle, et même les garçons qui se trouvaient à l’autre bout de la salle la sentaient aussi bien que s’ils l’avaient serrée contre eux.
Quand elle se tut, personne ne bougea. On souhaitait vivement qu’elle parlât encore. Bien sûr elle n’avait rien de commun avec ce village. Par quelle chance y était-elle tombée ? En tout cas, ce qu’elle disait était une vérité criante.
– Il faut avouer tout de suite, reprenait-elle, que nous voulons faire quelque chose et que nous ne savons pas quoi.
– C’est ce que j’ai toujours dit murmura Jérome.
Alors ? Est-ce qu’on allait s’empêtrer indéfiniment dans cette sottise ? Odile réfléchit encore. Elle se leva :
– En fin de compte, il faudrait que nous nous réunissions souvent sous n’importe quel prétexte. On trouvera peut-être à la longue une affaire extraordinaire à entreprendre, je ne sais pas quoi !
A ce moment une rumeur circula, On était de cet avis., mais qu’est-ce qu’on allait faire tout de suite ? Odile saisit ce dernier mot :
– Tout de suite ? Je propose que nous allions par exemple, dénicher et réparer le vieil autobus de Grégoire Leuilly et que nous partions tous les soirs nous baigner à la rivière.

LE PEDAGOGUE N’AIME PAS LES ENFANTS – HENRI ROORDA – 05

 ON DEVRAIT COMPRENDRE - letcr1-exp

Extrait de l’oeuvre  « Le Pédagogue n’aime pas les enfants »

de Henri Roorda

Parcours de lecture

ON DEVRAIT COMPRENDRE - sr

En clair

ON DEVRAIT COMPRENDRE - txt0r

_____________________

les TAGS
donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image, la cliquer


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


On devrait comprendre qu’il y a autre chose que l’école dans la vie de l’enfant.

EXPRESS – LUCIEN SUEL – 1

EXPRESS - couvertureLucien Suel renverse le vertige de la
page blanche en ses poèmes express qui visent à « produire une poésie mécanique dans laquelle les images ne se créaient pas dans le cerveau mais directement sur le papier par un procédé technique »
face à ces oeuvres de sculpteur, signées d’un, tampon encreur, celui qui lit n’est plus l’ordinaire lecteur .

 

L’oeuvre est disponible  aux éditions QazaQ (de Jan Doets)  ici

 

Slow²Reading
(ici, on ralentit ce qui fuse)

IL NE ME RESTE PLUS GRAND - letcr1-exp

—-

Extrait de
« EXPRESS »
de Lucien Suel

(note perso : lui tranquille ? on y croit guère
par contre …)

Parcours de lecture

IL NE ME RESTE PLUS GRAND - sr

En clair

IL NE ME RESTE PLUS GRAND - txt0r


L’espace d’écriture sur la toile
de Lucien Suel : Silo


* SlowReading : lecture aux lèvres, qui ralentit une pensée toujours pressée et galopante
** Slow²Reading : lecture lettre à lettre conformément à la « prière des mots »


Il ne me reste plus grand-chose, je suis en train de devenir fou, c’est une excellente idée, je serai plus tranquille.

EN CE SOIR – DANIEL BOURRION – 1

Slow²Reading


QUE SAVIONS NOUS DU POUVOIR - letcr1-exp

Extrait du livre de « recommandations »
« En ce soir»

de Daniel Bourrion

Parcours de lecture

QUE SAVIONS NOUS DU POUVOIR - sr

 L’extrait (sur babelio)

QUE SAVIONS NOUS DU POUVOIR - txt0r

Plus long
QUE SAVIONS NOUS DU POUVOIR - txt1r

 

 

Daniel Bourrion chez Publie.net

En librairie de Publie.net

Le lire en ligne sur face-ecran

_______

les TAGS
donnent des mots

__________________

Pour agrandir cliquer


Merci de signaler une  erreur


Que savions-nous du pouvoir des livres et puis des mots, qu’en savions-nous, nous pauvres choses, analphabètes, et Gros Jean comme devant de tous les temps, père après fils, fils devenus père, dans la pesante multitude des siècles et des générations qui s’étendait derrière chacun de nous, juste derrière lui, en une longue chaîne dont nous étions tombés, qui nous avait crachés là, abandonnés là tels étrons, réellement