LA PLANÈTE MALADE – GUY DEBORD – 02

« Une société toujours plus malade, mais toujours plus puissante, …

 A RECREE PARTOUT CONCRETEMENT LE MONDE COMME ENVIRONNEMENT ET DECOR DE SA MALADIE-let

…en tant que planète malade. »

Extrait de l’essai « La planète malade »
de Guy Debord

parcours de lecture
A RECREE PARTOUT CONCRETEMENT LE MONDE COMME ENVIRONNEMENT ET DECOR DE SA MALADIE-s

En clair (sur babelio)

*

A RECREE PARTOUT CONCRETEMENT LE MONDE COMME ENVIRONNEMENT ET DECOR DE SA MALADIE-txt

La citation complète
A RECREE PARTOUT CONCRETEMENT LE MONDE COMME ENVIRONNEMENT ET DECOR DE SA MALADIE-txt2

____________________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


 N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Cependant, ce qui se passe n’est rien de foncièrement nouveau : c’est seulement la fin forcée du processus ancien. Une société toujours plus malade, mais toujours plus puissante, a recréé partout concrètement le monde comme
environnement et décor de sa maladie, en tant que planète malade.
Une société qui n’est pas encore devenue homogène et qui n’est pas déterminée par elle-même, mais toujours plus par une partie d’elle même qui se place au-dessus d’elle, qui lui est extérieure, a développé un mouvement de domination de la nature qui ne s’est pas dominé lui-même.

LE MYTHE DE LA MACHINE – LEWIS MUMFORD – 03

 L HOMME DU NOUVEAU MONDE CREUSA SA PROPRE TOMBE AVANT D ETRE SORTI DU BERCEAU

Extrait du roman
« Le mythe de la machine (t. 2 Le pentagone de la puissance) »
de Lewis Mumford

Solution

L HOMME DU NOUVEAU MONDE CREUSA SA PROPRE TOMBE AVANT D ETRE SORTI DU BERCEAU-s

*

____________________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance

L’homme du nouveau monde creusa sa propre tombe avant d’être sorti du berceau

LA PLANÈTE MALADE – GUY DEBORD – 01

 UNE TELLE SCIENCE NE PEUT QU ACCOMPAGNER VERS LA DESTRUCTION LE MONDE QUI LA PRODUITE ET QUI LA TIENT2

Extrait de l’essai « La planète malade »
de Guy Debord

parcours de lecture
UNE TELLE SCIENCE NE PEUT QU ACCOMPAGNER VERS LA DESTRUCTION LE MONDE QUI LA PRODUITE ET QUI LA TIENT-s

En clair (sur babelio)

*

____________________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance

Une telle science ne peut qu’accompagner vers la destruction le monde qui l’a produite et qui la tient