[Almanach] les éditions Qazaq – … Lucien Suel, il y a un an

*


laisse-tes-mains-au-dessus-des-draps-let*

[Une écriture buissonnière]

*

*

*

*

*


[Publié aux éditions Qazaq
le 4 octobre 2016]

Lucien Suel
donne

« Sombre Ducasse« 

Dimanche 4 Octobre 2015

(extrait de
DERNIÈRE CHARRETTE AVANT L’ÉCHAFAUD.)

laisse-tes-mains-au-dessus-des-draps-letex

(à cliquer pour obtenir le parcours de lecture)


La présentation du recueil par  Jan Doets
sur le site « des cosaques des frontières » :


Lucien Suel en son SILO


Proposition de lecture du texte


& puis une autre mort, accidentelle ! Extrême-Onction volatile après des semaines de privation… & puis la participation aux funérailles… & puis l’unique inhumation dans le cerveau de famille. Réunion à la mission mortuaire… Clash…
Ce grand envol de jupes, des années de cela, une main toute en plis. Mère… se pose sur mes boucles. Laisse tes mains au-dessus des draps ! Je vais te raconter. C’est gentil. L’était un marchand de pastilles pour ou contre la soif, Docteur Omnes pour vous servir… Un médecin marchand marron marrant, errant dans une maison envahie de plantes vertes, une odeur de parquet ciré. Jour de repos allongé dans la véranda… Pluie d’orage… Une grosse chatte qui ronfle… Mère, où ? Un pot de crème pour astiquer les aiguilles de l’horloge dans la salle d’attente.
Omnes sans ciller, sans souffler, sang sous ses paupières : il n’est pas utile de nettoyer les aiguilles ; l’horloge s’est arrêtée à bien des kilomètres d’ici, à l’orée du sommeil. Clash.
Mère… accrochée au téléphone de l’angoisse dans la parole. Une course à travers champs & le poste téléphonique qui sursaute à chaque sillon.
Dans la salle d’attente, le serpent me glisse des mains et plante ses crochets dans ma chair à travers l’étoffe bleue.
Les aiguilles… La crème…
A reculons vers la gare turque. Clash.

[Almanach] Lucien Suel …

[ « a plu à Dieu …la picardie.« ]

Mardi 9 Juillet 2013
En son SILO
Lucien Suel donnait
« Sombre Ducasse (version justifiée) 37 »

         VOUS POURREZ SUIVRE SON PROPOS-letcr1-exp                                                              

(à cliquer pour obtenir le parcours de lecture)

*

Le texte sur le site de Lucien Suel


Une proposition de lecture :


Lucien Suel  aux éditions Qazaq


Sombre Ducasse (version justifiée) 37

il a plu à Dieu de rappeler à lui son
âme l’âme de m’sieu Dadd Omnes décédé
accidentellement ancien prisonnier de
guerre membre actif de la bénédiction
apostolique avec palmes de la part de
son fiston Paul Molémort le vélo rose
du marchand de savoir cesse de rouler
pour lui permettre d’écouter la brume
glisse entre les troncs des peupliers
soupe parfumée dans la basse rue mais
ce sont ici des fleurs rouges et pour
toujours gamin tu cours près des eaux
tu couvres ce corps de fleurs & meurs
ça souffre il le sait la moralité des
questions idiotes et voilà Omnes très
content de lui riait temps passé vous
pourrez suivre son propos à l’aide de
tous ces petits livres publiés un peu
partout annonçant aux pauvres cons de
lecteurs que la littérature est chose
périmée volez brisez saccagez whouhou
hououououu détruisez jardin noyé dans
les herbes insensées sur le chemin du
retour de la hauteur vers la picardie

 

[Almanach] Lucien Suel …

[Il écrit dans l’espace, de sa voix, y ouvrant des chemins de mots
comme un explorateur dans la jungle amazonienne de son coupe choux.
Ici aussi ça coupe … mais un tout autre légume.]

Samedi 31 mai 2008
Les éditions Publie.net donnaient
« Coupe Carotte »
de Lucien Suel
« 6″

                     LA COMMISSION DE SURVEILLANCE-letcr1-exp          

(à cliquer pour obtenir le parcours de lecture)

Le passage en son entier

 


Lucien Suel  aux éditions Qazaq

Lucien Suel  aux éditions Publie.net


Personne ne songe à le contester. Utilité des travaux menés par la commission docte de surveillance. La commission de surveillance rend des sentences sûres et éclairées au sujet du savon en paillettes et du fil de fer galvanisé. Nous payons pour savoir. Nous atteindrons un jour la stratosphère, ménagères pratiques de sens à un sou près. Ce qui se mange coûte de jour en jour plus cher. C’est la guerre. Il ne faut pas espérer profiter des douceurs et de l’abondance /

[Almanach] Lucien Suel …

[Lucien met son regard, son oreille,
et les lumières qu’il abrite
en des lieux et des temps
dont il partage volontiers les trésors.]

Mardi 27 mai 2008
En son SILO
Lucien Suel évoquait
« Fleury-Joseph Crépin« 

TU AS ÉTÉ PLOMBIER -letcr1-exp

                                                                       

(à cliquer pour obtenir le parcours de lecture)

Le passage en son entier


Lucien Suel  aux éditions Qazaq


Fleury-Joseph Crépin tu entends une voix elle
te dit à vos couleurs Fleury-Joseph il faudra
peinturer 300 tableaux pour arrêter la guerre
et 45 autres pour établir durablement la paix
45 toiles peintes comme 45 temples de la paix

Pacem in terris tu t’exécutes jusqu’à la mort
tu peins de l’âge de 63 ans à l’âge de 73 ans
sous l’influence de ton ange gardien tu peins
consciencieusement tu dates et numérotes tous
tes tableaux tu les fais à partir des dessins
préparatoires sur ton papier quadrillé papier
de la symétrie tu seras enterré avec tous tes
quadrillages crayonnés l’ensemble des croquis
capitonnage tapissant l’intérieur de ta bière

seuls témoignent pour la postérité pour notre
édification toutes les toiles achevées durant
ces dix années je te regarde Fleury-Joseph tu
appliques tes couleurs à l’huile sur la toile
tu laisses tomber des gouttelettes des perles
de vernis coloré tu travailles avec la grande
minutie des bons artisans dans l’espace blanc
tu traces et colories tes motifs géométriques
tu travailles comme un plombier qui soigne tu
sais qu’il faut être précis pour ne pas avoir
de fuites au moment de la mise en eau pour ne
pas devoir recommencer tes soudures tu as une
oeuvre à accomplir comme Jeanne de Domrémy et
comme Augustin de Ferfay tu as été choisi par
les esprits une tâche pour le reste de ta vie

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o

j’aime beaucoup c’est beau ton premier prénom
Fleury fleur Fleury fleur Fleury fleur Fleury
tu t’appelles Fleury mon grand-père s’appelle
Fleury aussi un prénom que l’on ne donne plus
guère de nos jours vous êtes morts les Fleury

mon Fleury était bûcheron terrassier forgeron
jardinier ajusteur ouvrier poilu de 1914-1918
toi Fleury-Joseph tu as été plombier zingueur
quincaillier compositeur de musique rebouteux
puisatier sourcier et finalement peintre pour
la paix artisan de paix c’est toi qui stoppes
les boches avec ton trois-centième tableau tu
contrains l’ennemi à capituler à signer enfin
la paix la deuxième guerre mondiale est finie
lorsque le 7 mai 1945 tu poses l’ultime perle
colorée sur la composition n° 300 Pax Crepina

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o

tu es né à Hénin-Liétard avant qu’on le nomme
Hénin-Beaumont tu es né dans le Pas-de-Calais
comme Augustin Lesage comme Victor Simon deux
personnages singuliers tes prédécesseurs dans
le spiritisme quand je traverse Hénin-Liétard
je pense à toi je pense aussi au premier film
de Maurice Pialat l’enfance nue tableau animé
pour conjurer la solitude la détresse sociale

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o

crépin crépine crépinette j’entends les tiots
qui se moquent jouent avec ton patronyme dans
la cour de l’école crépi crépin crétin crépin
crépin crépine crépinette sacré crépin crépin
les peintures crépin crapette sa-cré pein-tre

dans leur innocence les enfants annoncent ton
futur crépi du bâtiment ta crépine au fond du
puits ils se trompent juste sur la crépinette
puisque tu ne seras jamais un charcutier mais
qu’au contraire tu feras arrêter la boucherie

 

JE SUIS DEBOUT – LUCIEN SUEL – 10 – « Souffler Dans Le Ciel Taper Dans La Terre »

Ce recueil Lucien Suel l’a lu à de multiples reprises toujours debout
(J’ai le souvenir à Port de Bouc de sa lecture … de son chant des « Terrils » seul poète des trois présents à faire s’envoler le mot au-dessus de nos têtes)

CET HOMME AU CORPS TROUÉ - letcr1-exp
                                                             … attire les danseuses. »

Extrait de  « JE SUIS DEBOUT »
POÉSIES de Lucien Suel 

« Souffler Dans Le Ciel Taper Dans La Terre »


Parcours de lecture

CET HOMME AU CORPS TROUÉ - sr

 cliquer pour retourner

En clair

CET HOMME AU CORPS TROUÉ - txt0r

Proposition de lecture du poème


Lucien Suel chez QazaQ

Lucien Suel sur Publie.net

…En son SILO


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur 


Yahweh modela l’homme dans la glaise du sol,

souffla dans ses narines. Il insuffla en lui

une haleine de vie. L’homme devint un être

vivant vivant vivant vivant vivant vivant.

Cet homme au corps troué galope dans le vent,

attire les danseuses. Leur ventre brillant sue

dans le soleil hirsute. Chirimia petit homme,

bonhomme en terre cuite, mon souffle donne vie,

mon souffle fait chanter. Je souffle dans ta tête,

je caresse tes pieds, je caresse tes jambes ;

des points de compression sur tout ton corps de terre.

Je modifie module ta voix tes cris ton chant,

lance tes jambes en l’air. Je crache dans ton corps.

Soupir contentement, soupir satisfaction.

Et j’essaie et j’essaie. Soupir dans l’impatience,

ultime soupir d’aise & last beat of my heart.

noms de ceux qui me précédèrent, me parlèrent au berceau ou dans les livres d’images.

THÉORIE DES ORAGES – LUCIEN SUEL – 4 –

(Ces mots de Lucien Suel évoquent
par ricochet
cette nécessité de ralentir la lecture
de temps à autre
pour épargner la parole

mais pas que.

Ils sont une des origines
du SlowReading²)




LES PHRASES DÉFILENT DANS - gif01

– Chargement lent … patience –
à cliquer pour fixer

 



Sans image

LES PHRASES DÉFILENT DANS - letcr1


—-

Extrait de  « Théorie des orages »
Poèmes de Lucien Suel 


Parcours de lecture

LES PHRASES DÉFILENT DANS - s

 —

En clair

LES PHRASES DÉFILENT DANS - txt0

 

 Un extrait plus long

LES PHRASES DÉFILENT DANS - txt1


 

 

 Lucien suel chez Qazaq

Lucien Suel sur Publie.net

en son SILO

____________________________

les TAGS
donnent des mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir cliquer


Merci de signaler une erreur 


Le papier condense la valeur dans le glacis des lignes. Les écrivains, les philosophes augmentent régulièrement, considérablement, la masse de papier.
Ils utilisent des références, des tas de fiches, des dictionnaires, et leur propre mémoire vive. Les vrais écrits naissent du besoin de chauffer l’aire de la bête organique. Ce n’est pas la peine de vous faire un dasein, il est révolu, le temps de l’ânonnement. Les phrases défilent dans la flamme jaune et fuligineuse d’un briquet à essence qui lit à la vitesse de la lumière en brûlant l’être de papier. La table de matière s’effrite entre les pattes du pyromane qui brûle les étapes, lisant d’abord la fin, puis revenant en tête de l’œuvre. Il tourne définitivement la page sur l’écrit, fait des cendres la lumière du texte et crache sa loi.
 
La parole s’envole ; l’écrit crépite.