LA PULPE – Jerzy ANDRZEJEWSKI – 01 –

[De tous temps, ces périodes qui précèdent le printemps,
– notre printemps –
(et le préparent autant qu’elles y résistent en secret)
ont exaspéré
tant la proximité de la lumière et de la chaleur
devient insupportable au fur et à mesure qu’elle augmente.]

IL ME SEMBLE QU AVEC LE PRINTEMPS - letcr1-exp

Extrait de «La Pulpe »

de

Jerzy ANDRZEJEWSKI 

(Plus facile
avec les liens entre les mots
– à cliquer – )

IL ME SEMBLE QU AVEC LE PRINTEMPS - letcr1-sr

En clair (à cliquer)

IL ME SEMBLE QU AVEC LE PRINTEMPS - txt0r

L’extrait complet

IL ME SEMBLE QU AVEC LE PRINTEMPS - txt1r


Après une journée ensoleillée et une soirée presque printanière, de nouveau une violente tempête de neige. Tout le monde est très las, déjà de cet hiver, de sa persévérance tenace accompagnée de ces changements capricieux si  fréquents ces derniers mois : dans la même journée la température s’est brusquement élevée d’une dizaine de degrés au-dessous à une température voisine de zéro, puis tout aussi brutalement, le dégel et les souffles d’air chaud qui l’accompagnent ont cédé la place à un froid vif. Jamais encore, sans doute, je n’avais eu aussi soif que maintenant de chaleur, de soleil et d’arbres verdissants. Je sais trop bien que ce peut n’être qu’illusion, mais il me semble qu’avec le printemps quelque chose changera aussi dans ma propre végétation à demi morte.