NO ET MOI – DELPHINE DE VIGAN – (Citations choisies par des élèves ) – 21 – (Jean-Baptiste B.)

   Lettres au collège de Buis les Baronnies
                                        




  
IL Y A CETTE VILLE INVISIBLE AU COEUR MEME DE LA VILLE-let

                             

Extrait du roman « No et moi« 

de Delphine de Vigan

collecté et proposée par Jean-Baptiste B.

Son commentaire :

IL Y A CETTE VILLE INVISIBLE AU COEUR MEME DE LA VILLE-com

Parcours de lecture

IL Y A CETTE VILLE INVISIBLE AU COEUR MEME DE LA VILLE-s

 ——

En clair

*

IL Y A CETTE VILLE INVISIBLE AU COEUR MEME DE LA VILLE-txt

IL Y A CETTE VILLE INVISIBLE AU COEUR MEME DE LA VILLE-txt2


Les TAGS donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Il y a cette ville invisible au cœur même de la ville

NO ET MOI – DELPHINE DE VIGAN – (Citations choisies par des élèves ) – 20 – (Apolline P.)

   Lettres au collège de Buis les Baronnies
                                        




J AI PENSE VOILA COMME LES CHOSES BASCULENT EXACTEMENT SANS PREAVIS SANS PANCARTE VOILA COMMENT LES CHOSES S ARRETENT-let

                             

Extrait du roman « No et moi« 

de Delphine de Vigan

collecté et proposée par Apolline P.

Son commentaire :

J AI PENSE VOILA COMME LES CHOSES BASCULENT EXACTEMENT SANS PREAVIS SANS PANCARTE VOILA COMMENT LES CHOSES S ARRETENT-com

Parcours de lecture

J AI PENSE VOILA COMME LES CHOSES BASCULENT EXACTEMENT SANS PREAVIS SANS PANCARTE VOILA COMMENT LES CHOSES S ARRETENT-s

 ——

En clair

J AI PENSE VOILA COMME LES CHOSES BASCULENT EXACTEMENT SANS PREAVIS SANS PANCARTE VOILA COMMENT LES CHOSES S ARRETENT-txt


Les TAGS donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


J’ai pensé voilà comme les choses basculent exactement sans préavis, sans pancarte, voilà comment les choses s’arrêtent

NO ET MOI – DELPHINE DE VIGAN – (Citations choisies par des élèves ) – 19 – (Lucas B.)

   Lettres au collège de Buis les Baronnies
                                        




C EST PAS TA VIE CA TU COMPRENDS C EST PAS TA VIE-let

                             

Extrait du roman « No et moi« 

de Delphine de Vigan

collecté et proposée par Lucas B.

Son commentaire :

C EST PAS TA VIE CA TU COMPRENDS C EST PAS TA VIE-com

Parcours de lecture

C EST PAS TA VIE CA TU COMPRENDS C EST PAS TA VIE-s

——

En clair

C EST PAS TA VIE CA TU COMPRENDS C EST PAS TA VIE-txt


On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance

C’est pas ta vie ça, tu comprends, c’est pas ta vie !

NO ET MOI – DELPHINE DE VIGAN – (Citations choisies par des élèves ) – 18 – (Mado M.)

   Lettres au collège de Buis les Baronnies

                                        




NE RENONCEZ PAS-let

                             

Extrait du roman « No et moi« 

de Delphine de Vigan

collecté et proposée par Mado M.

Son commentaire :

NE RENONCEZ PAS-com

Parcours de lecture

NE RENONCEZ PAS-s

En clair

NE RENONCEZ PAS-txt


On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


NO ET MOI – DELPHINE DE VIGAN – (Citations choisies par des élèves ) – 17 – (Constance B.)

 Lettres au collège de Buis les Baronnies

 « La vérité c’est que les choses sont ce qu’elles sont …

LA REALITE REPREND TOUJOURS LE DESSUS ET L ILLUSION S ELOIGNE SANS QU ON S EN RENDRE COMPTE-let

Extrait du roman « No et moi« 

de Delphine de Vigan

collecté et proposée par Constance B.

Son commentaire :

LA REALITE REPREND TOUJOURS LE DESSUS ET L ILLUSION S ELOIGNE SANS QU ON S EN RENDRE COMPTE-com

Parcours de lecture

LA REALITE REPREND TOUJOURS LE DESSUS ET L ILLUSION S ELOIGNE SANS QU ON S EN RENDRE COMPTE-s

En clair l’extrait
*

LA REALITE REPREND TOUJOURS LE DESSUS ET L ILLUSION S ELOIGNE SANS QU ON S EN RENDRE COMPTE-txt

Un passage plus complet qui le contient

LA REALITE REPREND TOUJOURS LE DESSUS ET L ILLUSION S ELOIGNE SANS QU ON S EN RENDRE COMPTE-txt2


On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Je croyais que l’on pouvait enrayer le cours des choses, échapper au programme. Je croyais que la vie pouvait être autrement. Je croyais qu’aider quelqu’un ça voulait dire tout partager, même ce qu’on ne peut pas comprendre, même le plus sombre. La vérité c’est que je ne suis qu’une madame-je-sais-tout (c’est mon père qui le dit quand il est en colère), un ordinateur en plastique minable qu’on fabrique pour les enfants avec des jeux, des devinettes, des parcours fléchés et une voix débile qui donne la bonne réponse. La vérité c’est que je n’arrive pas à faire mes lacets et que je suis équipée de fonctionnalités merdiques qui ne servent à rien. La vérité c’est que les choses sont ce qu’elles sont. La réalité reprend toujours le dessus et l’illusion s’éloigne sans qu’on s’en rende compte. La réalité a toujours le dernier mot. C’est Monsieur Marin qui a raison, il ne faut pas rêver. Il ne faut pas espérer changer le monde car le monde est bien plus fort que nous.

NO ET MOI – DELPHINE DE VIGAN – (Citations choisies par des élèves ) – 16 – (Mathilde M.)

 Lettres au collège de Buis les Baronnies

 « je remercie encore …

JE ME DIRIGE VERS LA PORTE IL M APPELLE DE NOUVEAU MADEMOISELLE BERTIGNAC OUI NE RENONCEZ PAS -let

Extrait du roman « No et moi« 

de Delphine de Vigan

collecté et proposée par Mathilde M.

Son commentaire :

JE ME DIRIGE VERS LA PORTE IL M APPELLE DE NOUVEAU MADEMOISELLE BERTIGNAC OUI NE RENONCEZ PAS -com2

Parcours de lecture

JE ME DIRIGE VERS LA PORTE IL M APPELLE DE NOUVEAU MADEMOISELLE BERTIGNAC OUI NE RENONCEZ PAS -s

En clair l’extrait
*

JE ME DIRIGE VERS LA PORTE IL M APPELLE DE NOUVEAU MADEMOISELLE BERTIGNAC OUI NE RENONCEZ PAS -txt

Un passage plus complet qui le contient

JE ME DIRIGE VERS LA PORTE IL M APPELLE DE NOUVEAU MADEMOISELLE BERTIGNAC OUI NE RENONCEZ PAS -txt2


On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Nous sortons de la salle, les élèves le saluent avec chaleur, au revoir Monsieur Marin, bonne continuation, bonnes vacances, reposez-vous bien. Au moment où je passe la porte, il m’interpelle.
— Mademoiselle Bertignac ?
— Oui ?
— Je voudrais vous donner quelque chose.
Je m’approche de son bureau. Il me tend un vieux livre, recouvert de papier kraft. Je le prends, l’ouvre à la première page, je n’ai pas le temps de lire le titre, seulement son nom, écrit à l’encre bleue : Pierre Marin 1954.
— C’est un livre qui a été très important pour moi, quand j’étais jeune homme.
Le papier est jaune, le livre semble avoir traversé quatre ou cinq siècles. Je le remercie, je suis seule dans la classe avec lui, très intimidée, je ne sais pas du tout ce qu’il faut dire, dans ces cas-là, je suis sûre que c’est un très beau cadeau, je remercie encore. Je me dirige vers la porte, il m’appelle de nouveau.
— Mademoiselle Bertignac ?
— Oui ?
— Ne renoncez pas.

NO ET MOI – DELPHINE DE VIGAN – (Citations choisies par des élèves ) – 15 – (Jonas C.) (Zinedine E.)

   Lettres au collège de Buis les Baronnies

                                  



IL SUFFIT QUE QUELQU UN TENDE SA MAIN POUR QU ON SENTE SOUDAIN COMBIEN ON EST FRAGILE VULNERABLE-let

                                 

Extrait du roman « No et moi« 

de Delphine de Vigan

collecté et proposée par Jonas C.
et Zinedine E.

Leur commentaire :

IL SUFFIT QUE QUELQU UN TENDE SA MAIN POUR QU ON SENTE SOUDAIN COMBIEN ON EST FRAGILE VULNERABLE-com

IL SUFFIT QUE QUELQU UN TENDE SA MAIN POUR QU ON SENTE SOUDAIN COMBIEN ON EST FRAGILE VULNERABLE-com12

Parcours de lecture

IL SUFFIT QUE QUELQU UN TENDE SA MAIN POUR QU ON SENTE SOUDAIN COMBIEN ON EST FRAGILE VULNERABLE-s

En clair
*

IL SUFFIT QUE QUELQU UN TENDE SA MAIN POUR QU ON SENTE SOUDAIN COMBIEN ON EST FRAGILE VULNERABLE-txt

IL SUFFIT QUE QUELQU UN TENDE SA MAIN POUR QU ON SENTE SOUDAIN COMBIEN ON EST FRAGILE VULNERABLE-txt2


On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Moi je sais que parfois il vaut mieux rester comme ça, à l’intérieur de soi, refermé. Car il suffit d’un regard pour vaciller, il suffit que quelqu’un tende sa main pour qu’on sente soudain combien on est fragile, vulnérable, et que tout s’écroule, comme une pyramide d’allumettes.

Il n’y a pas eu d’interrogatoire, pas de méfiance, pas de doute, pas de marche arrière. Je suis fière de mes parents. Ils n’ont pas eu peur. Ils ont fait ce qu’il y avait à faire.