AGENT IXE 13 – LE REPAIRE DE LA MORT – 1 – PIERRE SAUREL

le repaire de la mort - affiche

Les aventures de l’agent IXE-13 fleuron des services secret du Canada pendant la seconde guerre mondiale.

Un feuilleton de Pierre Saurel

Sa première aventure,
fin du premier épisode

« Le repaire de la mort »

 


 

[La phrase qui entretient le suspens
et tient le lecteur en haleine
jusqu’au prochain épisode …]

IXE 13 POURRA T IL MENER - letcr1-exp

?

—–

Parcours de lecture (à cliquer pour remettre à l’endroit)

IXE 13 POURRA T IL MENER - sr

—–

La phrase en clair
IXE 13 POURRA T IL MENER - txt0r


– Parbleu, vous avez raison, dit Fallot.
– Et il faut absolument que je découvre leur poste de ravitaillement.
– Mais comment allez-vous vous y prendre ?
– En continuant mes recherches.
– Nous n’avons plus de yacht, dit Marius.
– L’Amirauté me passe un navire… un bateau plus gros que ton yacht, Marius, ainsi nous pourrons continuer notre travail.
– Vous voulez que je continue de vous accompagner ? demanda le brave Marseillais.
– Pourquoi pas ?
– Peuchère, je suis bien content.
Une heure plus tard, les quatre hommes montaient sur le bateau et recommençaient leur inspection.
IXE-13 pourra-t-il mener à bien la mission qu’on lui a confiée ??

L’ÉVIDENCE ABSURDE – RENÉ DAUMAL – 3

COMMENT PEUT IL ETRE - letc1

Une lecture plus lente
COMMENT PEUT IL ETRE - l n&b

Extrait du recueil d’essais « L’Evidence absurde 1926-1934 – Essais et notes 1 »
de René Daumal

dans « La révolte et l’ironie »

parcours de lecture
COMMENT PEUT IL ETRE - s

En clair (sur babelio)

*

COMMENT PEUT IL ETRE - txt0

____________________________

les TAGS
donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir cliquer


Merci de signaler une erreur 


Comment peut-il être dans cet oubli de soi, celui qui est tellement attentif sur lui-même, qu’il n’ose seulement se remuer ?  

CONTES DU YIDDISHLAND – BEN ZIMET – 4

« Ton fils, qui est pauvre, a été plus généreux que toi, lui déclarèrent les sages.
COMMENT OSEZ - letc1
Lecture plus lente
COMMENT OSEZ - let n&b

Extrait du roman « Contes du Yiddishland : paroles du peuple juif  »
de Ben Zimet

Parcours de lecture
COMMENT OSEZ - s

En clair sur babelio

*

COMMENT OSEZ - txt0

L’extrait complet

COMMENT OSEZ - txt1

____________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Ton fils, qui est pauvre, a été plus généreux que toi, lui déclarèrent les sages.
Comment osez-vous me comparer à mon fils ? Il a un père qui est riche lui ! Moi je n’ai plus de père !

CAMPEMENTS – ANDRÉ DHOTEL – 20

Un livret
entièrement dédié à l’oeuvre d’André Dhôtel
(28 extraits provenant de quatorze romans et nouvelles
à redécouvrir en mots liés)
Pour saluer Dhôtel- livret N°1- 12 aout 2015

(cliquer sur l’image pour lire le livret)


  



ELLE MARCHERA - letc1

 (Pour une lecture plus ralentie encore)

ELLE MARCHERA - let1


Extrait du roman « Campement »
de André Dhotel

 —

Parcours de lecture

ELLE MARCHERA - s

En clair  sur babelio

*

ELLE MARCHERA - txt0


Merci de  signaler une erreur 


Elle marchera auprès de lui par le mauvais temps et il devinera sous sa robe grossière la beauté de ses épaules.

LE GRAND MEAULNES – ALAIN FOURNIER – 24


ET IL SUFFISAIT MAINTENANT-let2

—-

(Pour ceux qui désirent des grilles plus difficiles)

ET IL SUFFISAIT MAINTENANT-let1

Extrait du roman « Le grand Meaulnes » de Alain Fournier

Parcours de lecture

ET IL SUFFISAIT MAINTENANT- s

En clair sur babelio

*

ET IL SUFFISAIT MAINTENANT- txt1

Un extrait plus long qui contient cette citation

ET IL SUFFISAIT MAINTENANT- txt2

____________________________

Les TAGS donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image la cliquer


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


De temps à autre une goutte de pluie venait rayer la vitre qui donnait sur la cour aux voitures et sur le bois de sapins.
Apaisé, depuis qu’il avait rangé son appartement, le grand garçon se sentit parfaitement heureux.
Il était là, mystérieux, étranger, au milieu de ce monde inconnu, dans la chambre qu’il avait choisie.
Ce qu’il avait obtenu dépassait toutes ses espérances. Et il suffisait maintenant à sa joie de se rappeler ce visage de jeune fille, dans le grand vent, qui se tournait vers lui…

LE GRAND MEAULNES – ALAIN FOURNIER – 22

ELLE ETAIT AUPRES DE LUI -let                                      … et qui déjà tremble du désir de reprendre son vol. »
                                                                                 

Extrait du roman « Le grand Meaulnes » de Alain Fournier

Parcours de lecture

ELLE ETAIT AUPRES DE LUI -s

En clair sur babelio

*

ELLE ETAIT AUPRES DE LUI -txt

Un extrait plus long qui contient cette citation

ELLE ETAIT AUPRES DE LUI -txt2

____________________________

Les TAGS donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image la cliquer


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Et ils parlèrent un instant encore. Ils parlèrent lentement, avec bonheur – avec amitié. Puis l’attitude de la jeune fille changea. Moins hautaine et moins grave, maintenant, elle parut aussi plus inquiète. On eût dit qu’elle redoutait ce que Meaulnes allait dire et s’en effarouchait à l’avance. Elle était auprès de lui toute frémissante, comme une hirondelle un instant posée à terre et qui déjà tremble du désir de reprendre son vol.
« À quoi bon ? À quoi bon ? » répondait-elle doucement aux projets que faisait Meaulnes.
Mais lorsqu’enfin il osa lui demander la permission de revenir un jour vers ce beau domaine :
« Je vous attendrai », répondit-elle simplement.
Ils arrivaient en vue de l’embarcadère. Elle s’arrêta soudain et dit pensivement :
« Nous sommes deux enfants ; nous avons fait une folie. Il ne faut pas que nous montions cette fois dans le même bateau. Adieu, ne me suivez pas. »
Meaulnes resta un instant interdit, la regardant partir. Puis il se reprit à marcher. Et alors la jeune fille, dans le lointain, au moment de se perdre à nouveau dans la foule des invités, s’arrêta et, se tournant vers lui, pour la première fois le regarda longuement.
Était-ce un dernier signe d’adieu ? Était-ce pour lui défendre de l’accompagner ? Ou peut-être avait-elle quelque chose encore à lui dire ?…

CAMPEMENT – ANDRÉ DHOTEL – 08

« Il allait de table en table pour apprendre à écrire aux petits qui avaient des visages pleins d’encre…

JACQUES PENSE QUE JEANNE A UNE ROBE BRUNE UNE ROBE BLEUE ET QU ELLE EST PERDUE POUR LUI-let

                                               …  Pendant les récréations, le vent amer s’engouffre sous le préau. Les écoliers, en grelottant, atteignent les paradis des jeux de marelle. »

                         —                            

Extrait du roman « Campement »
de André Dhotel

 —

Parcours de lecture

JACQUES PENSE QUE JEANNE A UNE ROBE BRUNE UNE ROBE BLEUE ET QU ELLE EST PERDUE POUR LUI-s

En clair (extrait complet sur babelio)

*

JACQUES PENSE QUE JEANNE A UNE ROBE BRUNE UNE ROBE BLEUE ET QU ELLE EST PERDUE POUR LUI-txt

—-

Un peu au-delà de l’extrait

JACQUES PENSE QUE JEANNE A UNE ROBE BRUNE UNE ROBE BLEUE ET QU ELLE EST PERDUE POUR LUI-txt2


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur 


A huit heures, il se rendait à l’école. Les élèves chantaient leurs leçons.
Il leur expliquait les phrases des atlas : « Dans notre hémisphère, plus on monte vers le nord, plus on a froid. »
Il allait de table en table pour apprendre à écrire aux petits qui avaient des visages pleins d’encre.
Jacques pense que Jeanne a une robe brune, une robe bleue, et qu’elle est perdue pour lui.
Pendant les récréations, le vent amer s’engouffre sous le préau. Les écoliers, en grelottant, atteignent les paradis des jeux de marelle. Les écoliers s’extasient à quatre pattes devant les billes de verre.

A onze heures, la classe était terminée. Jacques allait prendre le repas que Mme Prunelle lui préparait et il s’asseyait auprès de la fenêtre : les volés de corbeaux retombaient de travers dans le champ.