L’ALCHIMISTE – PAOLO COELHO – 01

 TOUT CE QUE NOUS CRAIGNONS C EST DE PERDRE CE QUE NOUS POSSEDONS QU IL S AGISSE DE NOTRE VIE OU DE NOS CULTURES-let

                                                             …Mais cette crainte cesse lorsque nous comprenons que notre histoire et l’histoire du monde ont été écrites par la même Main. »

Extrait choisi par Spania
dans le roman « L’alchimiste »
de Paulo Coelho

 —

Parcours de lecture

TOUT CE QUE NOUS CRAIGNONS C EST DE PERDRE CE QUE NOUS POSSEDONS QU IL S AGISSE DE NOTRE VIE OU DE NOS CULTURES-s

En clair sur babelio

*

TOUT CE QUE NOUS CRAIGNONS C EST DE PERDRE CE QUE NOUS POSSEDONS QU IL S AGISSE DE NOTRE VIE OU DE NOS CULTURES-txt

____________________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Tout ce que nous craignons, c’est de perdre ce que nous possédons, qu’il s’agisse de notre vie ou de nos cultures.
Mais cette crainte cesse lorsque nous comprenons que notre histoire et l’histoire du monde ont été écrites par la même Main.

UN SOIR (Les nuits de Malmont ) – ANDRÉ DHÔTEL – 06

« Les gens lui disaient, les siens lui disaient …

SOIT IL TE FALLAIT LA FILLE AU MOINS FILEZ  ALLEZ HABITER LE PLUS LOIN POSSIBLE NE RESTEZ PAS DANS CET ENFER-let                                                                       … mais les nuits de Malmont …« 

Extrait de la nouvelle « Les nuits de Malmont »
de André Dhotel
(du recueil de Un soir  )

Parcours de lecture

SOIT IL TE FALLAIT LA FILLE AU MOINS FILEZ  ALLEZ HABITER LE PLUS LOIN POSSIBLE NE RESTEZ PAS DANS CET ENFER-s

En clair

*

SOIT IL TE FALLAIT LA FILLE AU MOINS FILEZ  ALLEZ HABITER LE PLUS LOIN POSSIBLE NE RESTEZ PAS DANS CET ENFER-txt


 ____________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Soit ! Il te fallait la fille.
Au moins, filez !
Allez habiter le plus loin possible.
Ne restez pas dans cet enfer !

LA GRANDE BEUVERIE – RENÉ DAUMAL – 07

« J’étais désarçonné de mon corps et, aplati dans la poussière, je regardais d’en bas ma pauvre monture qui ne savait comment se tenir

 LE VIEUX RIGOLAIT JE L AURAIS BIEN GIFLE MAIS C'EST MOI QUI AURAIS RECU MES PROPRES GIFLES-let

                                                             …Il me laissa dans cet état pendant une minute. Enfin il alla chercher une couverture dans un coin, l’étendit à terre et me dit :
– Tu as trop bu. Couche-toi là-dessus, repose ta carcasse et réfléchis. »

Extrait de  « La grande beuverie »
de René Daumal

 —

Parcours de lecture
LE VIEUX RIGOLAIT JE L AURAIS BIEN GIFLE MAIS C'EST MOI QUI AURAIS RECU MES PROPRES GIFLES-s

En clair sur babelio

*

LE VIEUX RIGOLAIT JE L AURAIS BIEN GIFLE MAIS C'EST MOI QUI AURAIS RECU MES PROPRES GIFLES-txt

____________________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Le vieux rigolait. Je l’aurais bien giflé. Mais c’est moi qui aurais reçu mes propres gifles.

MEURTRES DANS LES BARONNIES – LE MANUSCRIT DE SAINTE-JALLE – BOUCHET GERARD – 01

« Juliette vit un moment d’émotion d’une intensité sans pareille. Elle se dit qu’aucun homme n’aurait jamais pu lui en donner de tel …

C EST DANS CE GENRE DE MOMENT LA QU ELLE REGRETTE MOINS QUE JAMAIS SON CELIBAT-let

                                                                      … Dès son retour à Valence, elle s’attellera, toutes affaires cessantes, à la traduction du document d’accompagnement. »

Extrait du roman
«Meurtres dans les Baronnies – Le manuscrit de Sainte-Jalle»

de  Gérard Bouchet

Parcours de lecture

C EST DANS CE GENRE DE MOMENT LA QU ELLE REGRETTE MOINS QUE JAMAIS SON CELIBAT-s

En clair

*

C EST DANS CE GENRE DE MOMENT LA QU ELLE REGRETTE MOINS QUE JAMAIS SON CELIBAT-txt


On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


C’est dans ce genre de moment là qu’elle regrette, moins que jamais, son célibat.

IL FAUDRA BIEN TE COUVRIR – HOWARD BUTEN – 01

IL AVAIT L AIR D UNE BOUGIE DEBOUT SUR L AILE DE L AVION AVEC SES CHEVEUX QUE LE VENT SOULEVAIT ET SON LONG MANTEAU-let

  Extrait du roman «Il faudra bien te couvrir »

de Howard Buten

Parcours de lecture

IL AVAIT L AIR D UNE BOUGIE DEBOUT SUR L AILE DE L AVION AVEC SES CHEVEUX QUE LE VENT SOULEVAIT ET SON LONG MANTEAU-s

En clair

*

IL AVAIT L AIR D UNE BOUGIE DEBOUT SUR L AILE DE L AVION AVEC SES CHEVEUX QUE LE VENT SOULEVAIT ET SON LONG MANTEAU-txt


On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Il avait l’air d’une bougie, debout sur l’aile de l’avion, avec ses cheveux que le vent soulevait et son long manteau.

LA CEINTURE – AHMED ABODEHMAN – 01

« Toute activité au village avait son chant spécifique.
Personne ne faisait rien sans chanter.
On chantait pour tout – comme si rien ne pouvait vivre, pousser ou se faire, sans poèmes.  …

NOUS CHANTIONS POUR QUE LA VIE DANSE CE QU ELLE FAISAIT SOUVENT-let

Citation de Piatka sur babelio

  Extraite du roman « La Ceinture »

de Ahmed Abodehman

Parcours de lecture

NOUS CHANTIONS POUR QUE LA VIE DANSE CE QU ELLE FAISAIT SOUVENT-s

En clair

*

NOUS CHANTIONS POUR QUE LA VIE DANSE CE QU ELLE FAISAIT SOUVENT-txt

Lecture


On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Toute activité au village avait son chant spécifique. Personne ne faisait rien sans chanter. On chantait pour tout – comme si rien ne pouvait vivre, pousser ou se faire, sans poèmes. Nous chantions pour que la vie danse, ce qu’elle faisait souvent.