Là où la vie patiente – Anna Jouy – [éditions Qazaq]

*

*UNE CHUTE QUI GLOUSSE-let

*
[Ivresse de la chute
par degrés
niés]

*

*


« Là où la vie patiente »
ouvre une nouvelle collection
aux éditions Qazaq
(dont on devine (?) la déclinaison graphique
présente et future sur la couverture)
la collection « Ardoise »


Extrait de « Les escaliers »

UNE CHUTE QUI GLOUSSE-letx1

(à cliquer pour le parcours de lecture)

Proposition de lecture du texte « Les escaliers »


Le livre est disponible en format numérique
(pdf ou epub)
ici 

Jan Doets présente l’oeuvre
sur son refuge des « Cosaques des frontières »
ici


 

Première phrase du troisième chapitre – André Dhôtel – Des trottoirs et des fleurs

[Cette série donne la première phrase du troisième chapitre des livres choisis]


image dhôtel cadre

 André Dhotel

 « Des trottoirs et des fleurs  »

Chapitre III

[Pour déchirer la page morne du quotidien … un mot suffit parfois]

III - LÉOPOLD LANÇAIT PARFOIS - letcr1-exp
   

 —
sans image
– à cliquer –

III - LÉOPOLD LANÇAIT PARFOIS - letcr1

 Parcours de lecture

III - LÉOPOLD LANÇAIT PARFOIS - sr
(cliquer pour retourner)

En clair

III - LÉOPOLD LANÇAIT PARFOIS - txt0r

(cliquer pour retourner)

Le début du chapitre

III - LÉOPOLD LANÇAIT PARFOIS - txt1r

 (cliquer pour retourner)

Lecture du début de ce troisième chapitre
[Ouvrir des brèches dans le quotidien … La Marguerite face aux fleurs (ou félures) du trottoir]


 Merci de  signaler une erreur 


Léopold lançait parfois le nom de Marguerite au cours des discussions familiales, comme il l’avait fait certain soir pour dérouter le père Amédée.
Cela n’avait aucun sens.
En réalité il avait rencontré cette fille (mettons rencontré) quand il avait dix-sept ans. Ce n’était pas ce qu’on appelle LE premier amour, bien plutôt une affaire d’avant l’aurore et d’avant les définitions, à la fois hautement sentimentale et pas du tout sentimentale. De même que l’éclat du soleil dans une fenêtre lointaine illumine le coeur sans qu’on y prenne garde.
Quand il aperçut la silhouette et le profil de Marguerite dans le mouvement d’une modeste foule sur ce marché, le souvenir qu’il avait d’elle se précisa de façon instantanée.
Non pas une fille de rêve, comme il avait pu le laisser entendre, mais une belle petite garce aussi simplement sincère que menteuse qui ne prenait pas la peine d’ailleurs de distinguer le vrai du faux. On aurait dit qu’elle était tout d’une pièce, aimant vivre à la folie sans s’exalter jamais.

LE VILLAGE PATHÉTIQUE – ANDRÉ DHÔTEL – 2

« Julien revoyait surtout cette cuisine parfaitement blanche où ils épluchaient ensemble leurs légumes.
En vérité tout cela avait toujours paru provisoire et à mille lieues d’une vie normale…

C ETAIT UN DECOR - letc1                                                                            


(Pour une lecture plus ralentie )

C ETAIT UN DECOR - let1

Extrait du roman « Le Village pathétique »
de André Dhotel

 —

Parcours de lecture

C ETAIT UN DECOR - s

 —

En clair  sur babelio

*

C ETAIT UN DECOR - txt0

Un extrait plus long

C ETAIT UN DECOR - txt1


Merci de  signaler une erreur 


Julien revoyait surtout cette cuisine parfaitement blanche où ils épluchaient ensemble leurs légumes.
En vérité tout cela avait toujours paru provisoire et à mille lieues d’une vie normale. C’était un décor qu’un changement d’éclairage avait pu disperser sans qu’il restât la forme d’un bibelot.

LE GRAND MEAULNES – ALAIN FOURNIER – 31


« Vacillant comme un homme ivre, le grand garçon, les mains dans ses poches, les épaules rentrées, s’en alla lentement sur le chemin de Sainte-Agathe ; tandis que, dernier vestige de la fête mystérieuse, la vieille berline quittait le gravier de la route et s’éloignait, cahotant en silence, sur l’herbe de la traverse…. 

ON NE VOYAIT PLUS - letc1

—-

(Pour une lecture plus lente encore
à cliquer)

ON NE VOYAIT PLUS - let1

Extrait du roman « Le grand Meaulnes » de Alain Fournier

Parcours de lecture

ON NE VOYAIT PLUS - s

En clair sur babelio

*

ON NE VOYAIT PLUS - txt0

Un extrait plus long qui contient cette citation

ON NE VOYAIT PLUS - txt1

 


____________________________

Les TAGS donnent des mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir cliquer


N’hésitez pas à signaler une erreur


Vacillant comme un homme ivre, le grand garçon, les mains dans ses poches, les épaules rentrées, s’en alla lentement sur le chemin de Sainte-Agathe ; tandis que, dernier vestige de la fête mystérieuse, la vieille berline quittait le gravier de la route et s’éloignait, cahotant en silence, sur l’herbe de la traverse.
On ne voyait plus que le chapeau du conducteur, dansant au-dessus des clôtures…

VOYAGE AU BOUT DE LA NUIT – LOUIS-FERDINAND CÉLINE – 5 –

Certains appelleraient cela de la lâcheté … lui ne voit pas les choses comme cela.



IL NE FAUT JAMAIS SE - letc1
                                                                 

Lecture plus lente

IL NE FAUT JAMAIS SE - let1

Extrait du roman « Voyage au bout de la nuit  »
de Louis-Ferdinand Céline

Parcours de lecture

IL NE FAUT JAMAIS SE - s

En clair sur babelio

*

IL NE FAUT JAMAIS SE - txt0

 Un extrait plus long
qui contient cette citation

IL NE FAUT JAMAIS SE - txt1

____________________________

Les TAGS
donnent des mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir, cliquer


Merci de  signaler une erreur


Toute possibilité de lâcheté devient une magnifique espérance à qui s’y connaît. C’est mon avis. Il ne faut jamais se montrer difficile sur le moyen de se sauver de l’étripade, ni perdre son temps non plus à rechercher les raisons d’une persécution dont on est l’objet. Y échapper suffit au sage.

VOYAGE AU BOUT DE LA NUIT – LOUIS-FERDINAND CÉLINE – 4 –



QUAND LA HAINE - letc1
                                                                 

Lecture plus lente

QUAND LA HAINE - let1

Extrait du roman « Voyage au bout de la nuit  »
de Louis-Ferdinand Céline

Parcours de lecture

QUAND LA HAINE - s

En clair sur babelio

*

QUAND LA HAINE - txt0

 Un extrait plus long
qui contient cette citation

QUAND LA HAINE - txt1

____________________________

Les TAGS
donnent des mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir, cliquer


Merci de  signaler une erreur


Le Commandant du navire, gros malin trafiqueur et verruqueux, qui me serrait volontiers la main dans les débuts de la traversée, chaque fois qu’on se rencontrait à présent, ne semblait même plus me reconnaître, ainsi qu’on évite un homme recherché pour une sale affaire, coupable déjà… De quoi ? Quand la haine des hommes ne comporte aucun risque, leur bêtise est vite convaincue, les motifs viennent tout seuls.

LE CRIME DU COMTE NEVILLE – AMÉLIE NOTHOMB – 01

Amélie Nothomb, issue d’une famille noble, a-t-elle eu une peur rétrospective en rapport avec son frère aîné ? (sourire)²


C EST PARCE QUE LE PETIT - letc1             

Extrait du roman « Le crime du comte Neville »
de Amélie Nothomb

 —

Parcours de lecture

C EST PARCE QUE LE PETIT - s

En clair

C EST PARCE QUE LE PETIT - txt0

_____________________

Les TAGS
donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir  cliquer


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


C’est parce que le petit frère était noble qu’il avait eut le devoir de perdre sa grande sœur.