CLIMATS- LAURENT GRISEL – 5

« le monde est sans intention
le monde est sensible  »
Laurent Grisel


Slow²Reading

[Il y a loin
de la déesse peinte en son coquillage
à la planète voisine de la terre.

Et pas seulement en kilomètres !]
___

 UN ENFER QUI DISSOCIE - LETCR1-EXP

Extrait du poème
« Climat »

de Laurent Grisel

Editions publie.net
dans la collection L’Inadvertance, poésie

—–

Parcours de lecture

UN ENFER QUI DISSOCIE - SR

 —-

En clair
(cliquer)

UN ENFER QUI DISSOCIE - TXT0R


Proposition de lecture

 

Une lecture de Climat (version courte) par l’auteur
Son site  imagine36tigres

____________________________

les TAGS
donnent des mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image, cliquer dessus



les trois sœurs Vénus, Terre, Mars
commencèrent de la même façon :
dégazage par volcans
vapeur d’eau, océans
dioxydes de carbone et de soufre, mais peu, dissous dans les eaux
 
Vénus chauffa
la montée en puissance du Soleil évapora les eaux
la vapeur créa un puissant effet de serre
qui chauffa encore plus
qui évapora encore plus
 
ce qui libéra les dioxydes
le dioxyde de carbone dominant
remplaçant l’eau évaporée
s’accumulant en gaz à effet de serre
ce qui chauffa encore plus la planète
 
stable
aujourd’hui
entre 446
et 482°
 
un enfer qui dissocie
toute molécule d’eau

L’homme à la recherche de son âme – René Benjamin – 1 –

Ce titre m’a accroché l’oeil
oeil polarisé ces temps-ci par le très beau thème que propose la revue « La piscine » dont l’intitulé est  « L’âme des lieux sans âme »

Certes, nous sommes loin, ici l’auteur parle de l’âme divine. Mais même à qui ne croit pas en un « Créateur » ce qu’il écrit peut avoir un sens.

QU EST CE QUE L ÂME SINON - letcr1-exp

Extrait de « L’homme à la recherche de son âme »
de René Benjamin


Parcours de lecture

QU EST CE QUE L ÂME SINON - sr

(à cliquer pour retourner)

En clair

QU EST CE QUE L ÂME SINON - txt0r

(à cliquer pour retourner)


« Je plains ce poète révolté qui s’écriait devant moi :
– Dieu ? … Connais pas !
Et qui pour rattraper cette brusquerie reprenait
« s’il existe, il est trop loin ! »
Trop loin !
Au même instant je le voyait dans ses yeux, où frémissait son âme. Car qu’est-ce que l’âme, sinon le feu de Dieu ? Feu qui court dans nos veines et que nous appelons la vie. Feu qui couve au fond de nous et qui se nomme la conscience, cette conscience impérative, indiscutable, où nous puisons un sens ému de la valeur de nos actes.

Par-dessus l’épaule de Blaise Pascal – Clôture – Pierrick de Chermont – 1

Par-dessus l'épaule de Blaise Pascal - imagePublié récemment aux éditions de Colevour ce recueil de poésie de Pierrick de CHERMONT peut être partiellement lu sur le site Recours au poème ici
[Reçu de mon libraire hier, je dévore depuis à pleine dents des pages où la présence de Pascal est dense et en fusion totale avec ce qui s’y dit]

[voir la chronique de Sabine Huynh dans le numéro 1148 de la (Nouvelle)  Quinzaine littéraire ]

SUR LA BRANCHE UN LORIOT - letcr1-exp

« CLÔTURE »

Parcours de lecture
SUR LA BRANCHE UN LORIOT - sr

(cliquer pour retourner)

En clair

SUR LA BRANCHE UN LORIOT - txt0r


(cliquer pour retourner)

(Proposition de lecture)


– 86 –

Sur la branche, un loriot éclaire avec brio la journée. Je 
                   l’interroge sur la justice qui ne vient pas.
La nuit, je pleure au bar sa perte. Qu’une de ses plumes
                   tombât, la lune eût ralenti sa course et ma foi
                   s’en serait relevée.

Depuis, le vide a pris place et ronge l’illumination des
                gratte-ciel. Ma clôture est ma prison. « Rejoue ton rêve ! »
Dit le loriot à la voix flûtée. « La lumière est assez forte pour 
                l’accueillir. Sois glorieux en ta misère. Ta peine vaut
                moins que mon chant. »

Le temps …

Suscité par le texte d’Anna Jouy « :

« Mécanique web poème.Moi aussi, écrire des… »

 

LE TEMPS À DÉFAUT DE POUVOIR - letcr1-exp

 


Parcours à retourner
LE TEMPS À DÉFAUT DE POUVOIR - sr

Les anciens qui avaient choisi l’eau pour mesurer le temps l’ont-il fait (consciemment ou non) par défaut, parce qu’ils ne maîtrisaient pas la technologie de la roue dentée, ou de la pulsation du quartz ?
N’étaient-ils pas plus près de l’essence du temps même s’ils sacrifiaient ainsi à la précision de la mesure.

Ne manquons nous pas de fluide ? dans une perception si numérisée du monde qu’en a disparu presque toutes les formes que peut prendre ce qu’on nomme silence.

D’ici et d’ailleurs- « CREDO » – Marie-Christine Grimard –[Première phrase du troisième chapitre]

Couverture - d'ici et d'ailleurs

Marie-Christine Grimard
déjà présente dans le refuge de JAN DOETS (les cosaques des frontières) a rejoint  les plumes publiées aux éditions Qazaq avec un recueil de nouvelles, histoires courtes (hormis la première).

Récit d’errance avant un moment d’ancrage : « Credo »

L’oeuvre est disponible aux éditions Qazaq  (de Jan Doets)  ici


[Depuis son Espagne natale…]

PABLO NE SAVAIT PAS COMMENT - letcr1-exp


(sans image
à cliquer pour agrandir)

PABLO NE SAVAIT PAS COMMENT - letcr1-

Extrait du recueil de nouvelles
D’ici et d’ailleurs de Marie-Christine Grimard

« Credo »

Parcours de lecture

PABLO NE SAVAIT PAS COMMENT - sr

En clair

PABLO NE SAVAIT PAS COMMENT - txt0r

Proposition de lecture des premières pages de la nouvelle


Pablo ne savait pas comment il avait fini par atterrir dans ce coin perdu. 
Il avait quitté son Espagne, et sa famille, parce qu’il n’y avait plus moyen de continuer comme ça. Il avait fait tous les métiers, ramassé des oranges, construit des immeubles dans des coins désertiques pour touristes étrangers en mal d’exotisme pas cher, lavé des voitures quand les gens avaient encore les moyens d’en avoir une, vendu des journaux aux terrasses des cafés.
Un matin, où le petit jour le trouva prostré sur le banc qui lui servait de lit, il regarda les hommes désabusés qui faisaient la queue sur les quais, en attendant qu’on les embauche pour la journée.
Ce fut le déclic. Il fallait qu’il tente sa chance ailleurs.
Ce matin-là, serait le dernier qu’il passerait dans son pays. C’était le matin de trop.
Il grimpa dans le camion de Pedro, son ami d’enfance, qui faisait la route vers le Nord, quatre fois dans le mois. Deux jours plus tard, son ami le laissa dans ce village du midi de la France, cher aux touristes, en lui disant qu’il y avait du travail pour les saisonniers, et qu’il n’aurait qu’à lui faire signe, quand il voudrait repartir au pays.


L’HONORABLE MONSIEUR JACQUES – ANDRÉ DHÔTEL – 18

[Viviane ?]


 LES GENS DE LA SAUMAIE - letcr1-exp


                      


  

Extrait du roman « L’Honorable Monsieur Jacques »

de André Dhotel

 —

Parcours de lecture

LES GENS DE LA SAUMAIE - sr

  —–

En clair

LES GENS DE LA SAUMAIE - txt0r

Lecture du début du chapitre


Les gens de la Saumaie n’avaient pas le moindre penchant homicide, Carrier non plus d’ailleurs, mais on ne sait jamais.

Sur la table – Murièle Modely – 1

Avec ce recueil, Murièle Modely, a rejoint le groupe des poètes et poétesses de Qazaq.
Écriture qui se construit en construisant le monde et le pose ici tout entier « sur la table »
ou tout du moins ce qui mérite d’y être posé
quant au reste « on se contrefout »

L’oeuvre est disponible aux éditions Qazak (de Jan Doets)  ici

 L’illustration de la couverture ainsi que
celles du recueil lui-même sont de Maxime Dujardin


[Pour ce qui est de la découverte du monde
et de tout ce qu’il dissimule à ceux
qui en parcourent les courbes en nouveau voyageurs,
ici est adressé un demi-reproche à … ]

« Personne…

   NE M AVAIT PRÉVENU QUE - letcr1-exp

 

 « Sur la table»
de Murièle Modely

Itinéraire de lecture

NE M AVAIT PRÉVENU QUE - sr
(à cliquer pour le retourner)

 En clair

NE M AVAIT PRÉVENU QUE - txt0r

Proposition de lecture :


Murièle Modely en ses contrés virtuelles de « L’Oeil bande« 



(Série « les troisièmes » : ) 140 tunnels – Dominique Hasselmann – 1


140 tunnels - couverture

Troisième des 140 tweets
écrits chacun dans la limite des 140 caractères permis
du compte http://twitter.com/dhasselmann
 chaque tweet commençant par le mot Tunnel.
Ce qui donne son nom au recueil.

 


« Tunnel 

DES CANAUX DE VENISE À CIEL OUVERT - letcr1-exp-

140 Tunnels 
de Dominique Hasselmann
(aux éditions Publie.net)

Parcours de lecture

DES CANAUX DE VENISE À CIEL OUVERT - sr

En clair

DES CANAUX DE VENISE À CIEL OUVERT - txt0r


Dominique Hasselmann aux éditions quazaq « Filatures en soi »


Tunnel des canaux de Venise à ciel ouvert, l’insolent qui a percé leur intimité minuscule et détaillée peinte par Canaletto.

Portrait de groupe avant démolition – Denis Robert et Renée Taesch

[René Taesch nous aide par ses photographies, à voir ceux que l’on n’aperçoit parfois même plus tant notre oeil a usé sa capacité à reconnaître l’humain lorsqu’il n’a plus le rythme et l’habitat …
Quant à Denis Robert, il pose des mots qu’il veut dérangeant, de quoi rendre ce monde « encore plus invivable » puisque c’est la seule condition pour qu’il change … pour qu’on ait le désir de le changer.]

(Un écho au texte de Sabine Huynh « Je résisterai » chez les cosaques des frontières)


SI J INSISTE ENCORE J IMAGINE DES LARMES - letcr1-exp

Portrait de groupe avant démolition*
Photographies de René Taesch et textes de Denis Robert

 

 

*A la sortie du livre deux tiers de ceux qui sont sur les photos du livre ont disparu.
Vingt ans plus tard …

 

Parcours de lecture

SI J INSISTE ENCORE J IMAGINE DES LARMES - sr(Cliquer pour retourner)

 

En clair

SI J INSISTE ENCORE J IMAGINE DES LARMES - txt0r

En voix

 

Le début du texte de Denis Robert
Proposition de lecture :


A côté encore, il y a une photo de groupe. Quatre alcoolos avec des feuilles d’arbre devant et des lumières de ville au fond. Ils sont contents de poser. Dans leurs yeux embués, je lis : « Je vous emmerde, vous et votre pognon.
Si je regarde mieux, je lis : « Laisse-nous crever en paix. » 
Et puis, si j’insiste encore, j’imagine des larmes. Quelque chose qui dirait : « Je voudrais pas crever ».

Tout cela n’est qu’interprétation. En vérité, les connaissant, je les vois surtout inquiets de savoir qui, après cette connerie de phot, ira liquider la bouteille cachée derrière l’arbre.

HOPPER, ou « La seconde échappée » – CHRISTINE JEANNEY -« August In The City »

Christine Jeanney publie, en version numérique, 21 textes centrés sur 21 tableaux de Hopper.
[La reproduction de ces toiles (non libres de droits) n’étant pas possible avant 2037,  des liens internes au fichier (epub ou pdf) pointent vers les sites/Musées où ces toiles sont exposées.]

Ici il est question de cette temporalité particulière aux oeuvres de Edward Hopper dont Christine Jeanney donne à percevoir l’épaisseur et la texture à travers ces 21 écrits.

L’oeuvre est disponible aux éditions QazaQ (de Jan Doets)  ici

 

IL EST DÉJÀ VENU LE SOIR - letcr1-exp2

—-
(sans le tableau de Hopper
cliquer)

Extrait de
« Hopper ou « la seconde échappée »
de Christine Jeanney

« August In The City »

Parcours de lecture

IL EST DÉJÀ VENU LE SOIR - sr

En clair

IL EST DÉJÀ VENU LE SOIR - txt0r

Un extrait plus long

IL EST DÉJÀ VENU LE SOIR - txt1r


Christine Jeanney  aux édition  Qazaq
chez publie.net

son espace d’écriture sur la toile : Tentatives


La rue et son virage mène à la porte, sculptée comme une entrée d’église. La nature, la vitre, la foi, l’humain, la peur et la sérénité. Tout y serait.
Tout, son contraire, nature sombre et impénétrable en bord de la nature construite, transparence de la vitre qui ne donne rien à voir puisque personne n’y est alors qu’il y a quelqu’un. Route droite, et ce virage, déclin et pente, qu’on pourrait prendre comme on prend chaque jour des décisions (et ne pas en prendre en est une), choix d’entrer ou de rester à l’extérieur, tout et l’inverse. La seule chose qui manquerait à ce jeu qui montre le pendant de ce qui est montré, le tissu le revers collés l’un à côté de l’autre, ce serait la nuit ?
Et encore, l’attente de la nuit y est. Août ne dure jamais, le soir viendra. Il est déjà venu, le soir sur tout, le soir métaphorique, la statue en est convaincue qui s’arrache les cheveux à l’avance.
Si je cherchais un tout (chose humainement possible), je choisirais comme seule image à emporter sur île déserte, August in the City. C’est déjà fait peut-être.