Assis face à la montagne Chin ting – [Cartes Postales de la Chine ancienne]

et-disparaissent-le-nuage-solitaire-let

*

*

*

[quand le Je s’émiette]

*

*

*


Un des poèmes de
« Cartes Postales de la Chine ancienne »
Traductions de l’Apatride
(auquel Anh Mat a prêté sa voix)
publié aux éditions Qazaq

Disponible au format numérique pour le prix d’un café en bord de mer

« Les oiseaux s’envolent haut  …

et-disparaissent-le-nuage-solitaire-letcx


 

Anh Mat a également publié
aux éditions Publie.net

« Monsieur M« 


assis face à la montagne Chin ting

les oiseaux s’envolent haut et disparaissent
le nuage solitaire oisif doucement s’éloigne
assis seul et sans lassitude
face à la montagne Chin ting

RUBATO – Jean-Yves Fick et Bona Mangangu – poème 11

Un nouveau recueil de poésie de Jean-Yves Fick  est paru le 22 avril au catalogue des éditions publie.net.

[Comme souvent, les abonnés ont  eu la primeur de l’événement et pouvaient depuis quelques jours avoir accès au téléchargement de l’oeuvre.]

Jean-Yves Fick a choisi, pour ces poèmes, la silhouette du sonnet (sans les autres contraintes) ceux-ci sont associés aux peintures de Bona Mangangu pour évoquer ce « rubato »
qui fait écho au sens que lui donne la musique … sans oublier son origine (rubare : voler, dérober)
On pourrait même y trouver un sens qui conviendrait parfaitement à l’ambiance dans laquelle nous plonge ces deux artistes et qui a rapport avec ce vol, à savoir : le ravissement, une capture … (osons) de l’âme.

 

DE PASSAGE À JAMAIS - letcr1-exp

Extrait de

Rubato
Peintures de Bona Mangangu
et poèmes de Jean-Yves Fick


Parcours de lecture
(à cliquer)
DE PASSAGE À JAMAIS - sr


DE PASSAGE À JAMAIS - letcr1-exp

L’extrait
DE PASSAGE À JAMAIS - txt0r


Un extrait plus long

DE PASSAGE À JAMAIS - txt1r

Présentation de l’oeuvre chez Publie.net


Chez Publie.net : Jean-Yves Fick

D’autres mots de Jean-Yves Fick gammalphabet


 Merci de signaler une erreur 


de passage à jamais
au faîte du bleu comble
la forme des nuages
et peut-être la pluie
 
étoilée de comètes
— elles qu’on ne saurait
nommer les éphémères
— quel être marche ici
 
son geste ne se tourne
pas vers qui le regarde
on dirait qu’il s’efface
 
du monde qu’il rejoint
— l’un de ceux par qui tout
s’anime — l’invisible.

Babel – genèse – vapor – 3

[D’après Frid’rick ]

Le grand alchimiste
à l’athanor
devant sa cornue

03 - DES GAZ LIBÉRÉS PUIS - letcr1-exp11

(sans l’image
cliquer)


L’étincelle
puis la flamme

sous la corne d’abondance
qui fait le reste.


Parcours de lecture

03 - DES GAZ LIBÉRÉS PUIS - sr

(à retourner en cliquant)


En clair

03 - DES GAZ LIBÉRÉS PUIS - txt0r
(à retourner en cliquant)


Des gaz libérés puis enflammés notre homme solitaire premier alchimiste par condensation obtient l’eau des nuages.

Cartes postales de la Chine ancienne – l’Apatride (via Anh Mat) – 3

Couvert-CartesPostales-QazaQ-225x300

A la racine de ce recueil de poésies de la Chine ancienne
se trouve la biographie
ou comme il préfère la désigner
« Les poussières de vie » du traducteur, puis celles des 8 poètes qu’il a choisi.

L’extrait donné ici provient d’un des textes de Wang Wei
dont il rapporte que
« Tout ce qu’il a écrit ne fut qu’un écho de compassion au silence. »

Une présentation chez l’éditeur (Jan Doets) 

Le recueil est disponible (éditions qazaq)
aux formats liseuse et pdf
en téléchargement ici
au prix d’un « café au bord de mer » (Christophe Sanchez)


LES JAMBES REPLIÉES SUR LES TALONS - letcr1-exp

(ou, à cliquer)
LES JAMBES REPLIÉES SUR LES TALONS - letcr1

Extrait du poème de
Wang Wei
« Montée au Temple de la compréhension »
du recueil
« Cartes postales de la Chine ancienne »
redonnées en français par L’apatride
(transmis par Anh Mat)

On Peut se procurer ce recueil
aux éditions Qazaq
—–

Parcours de lecture

LES JAMBES REPLIÉES SUR LES TALONS - s

En clair

LES JAMBES REPLIÉES SUR LES TALONS - txt0

Le poème en son entier
LES JAMBES REPLIÉES SUR LES TALONS - txt1


 

Proposition de lecture du poème


montée au Temple de la compréhension
 
ici en contrebas de ces verts bambous
du Pic de lotus voilà la cité des mirages
sous son rempart les trois pays de Ch’u
au delà d’épaisses forêts les neufs Affluents
inondent herbes mousses et fougères
et les jambes repliées sur les talons
assis sous le pin le pinceau du poème
relate le vide léger du nuage blanc
le monde sans la venue de l’homme

Promenoème -Claude Meunier – 1

Couverture-Promenoèmes-3_modifié-1-225x300

Cinquième des invocations du poète
aux lieux du passé

Poème chanson poème promenade
que résume bien le mot ballade
et qui nous aide remonter « sans idée vers le Nord »

L’oeuvre est disponible aux éditions Qazaq  (de Jan Doets)  ici


[Ici, une invocation des nuages
de leurs naissances, trajets
et de ce qu’ils emportent.]

AU LOIN L USINE D INCINÉRATION D IVRY - letcr1-exp

 


(sans image
à cliquer pour agrandir)

AU LOIN L USINE D INCINÉRATION D IVRY - letcr1

Extrait du recueil de poèmes
Promenoème de Claude Meunier

« j’invoque les séances nuages »

Parcours de lecture

AU LOIN L USINE D INCINÉRATION D IVRY - s

En clair

AU LOIN L USINE D INCINÉRATION D IVRY - txt0

 

Un extrait plus long

AU LOIN L USINE D INCINÉRATION D IVRY - txt1


 

j’invoque les séances nuages
et les pensées mal formées et dis
jointes tôt
dans les nuages sommeil

c’est que je passe sur le pont d’Austerlitz
au loin l’usine d’incinération d’Ivry
dont nous étions voisins et que
nous appelions la fabrique de nuages

pensées dis
jointes
dés
assemblées
trouées vidées percées
dans les nuages sommeil

COMMENT VA LE MONDE AVEC TOI ? – LAURE MORALI – 1

Cette première citation est extraite de l’introduction que l’auteure fait de ce texte
dont elle évoque par ailleurs ( sur la présentation de l’éditeur ) sa difficulté à l’écrire (après l’avoir ressenti) « Il a fallu deux ans, de nouveau loin de la mer, pour tisser ce récit qui se résorbait sans cesse comme une marée. »


Un début de réponse au titre :

je répondais par le soleil - letcr1-exp-

(Novice ? choisis d’agrandir  et retourner cette grille
en cliquant dessus)

je répondais par le soleil - letcr1-sr

Extrait de la proposition de voyage de
Laure Morali 

« Comment va le monde avec toi ?« 

Parcours de lecture

je répondais par le soleil - ssr

 —

L’extrait

je répondais par le soleil - txt0r

Un extrait plus long de cette introduction

Je répondais par le soleil - txt1r

les TAGS
donnent des mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image, cliquer dessus


Merci de signaler une  erreur


Ce texte a vu le jour au sémaphore du Creac’h sur l’Île d’Ouessant, lors d’une résidence d’écriture de deux mois en 2010. Je tenais un journal de bord, et quand on me demandait : « Comment va le monde avec toi ? », je répondais par le soleil ou les nuages, comme font les gens de l’île habitués à prendre l’empreinte du monde. J’étais déjà dans une fiction. De retour à Montréal, l’énergie du lieu a continué son travail tellurique. La Patagonie de mon arrière-grand-père cap-hornier, la presqu’île de mon enfance dans les Côtes d’Armor, la Côte-Nord du Saint-Laurent et Ouessant, au beau milieu, ont mêlé leurs strates jusqu’à faire émerger l’île de « Comment va le monde avec toi ».