[Almanach] les éditions Qazaq – … Jean-Claude Goiri

*

PARLER DE TOUT DE TOUT-let*

[publié rétroactivement pour cause d’absences … multiples]

*

*

*

*

*


[Nouveau recueil de poésie
aux éditions Qazaq]

Jean-Claude Goiri
donne

« Ce qui berce ce qui bruisse« 

Lundi 24 Aout 2015

[intention
qui conte]
PARLER DE TOUT DE TOUT-letx

(à cliquer pour obtenir le parcours de lecture)


La présentation du recueil par Anna Jouy et Jan Doets
sur le site « des cosaques des frontières » :

Ce qui berce ce qui bruisse


Jean-Claude Goiri en ses internet :
http://www.jeanclaudegoiri.com/
http://www.fepemos.com/


Proposition de lecture du poème


J’avais décidé de vous parler de tout, des êtres, des choses, des placards et du vent, de tout ce qui fait que l’on fait des enfants, juste vous parler de la totalité du monde, et des monstres cachés sous les lits des enfants, de tout ce qui fait que l’on devient parent ce jour où les nôtres s’en vont tout à fait, j’avais décidé de vous parler de tout ça, du mouvement de la terre, des fleuves et des bras, des montres cachées sous le lit des parents, rien que pour vous dire qu’on en a plein la bouche de ces mots si simples que l’on dit en s’aimant de jour et de nuit rien que pour donner les pleins pouvoirs aux sens, pour se déshabiller de nos pensées réflexives, pour oublier un temps nos savoirs, nos cultures, j’avais décidé de vous parler de tout, de tout ce qui navigue entre moi et vos yeux, juste pour vous dire que quand nos langues s’emmêlent il n’y a plus rien qui ne compte à mes yeux.

[Almanach] Alain François…

[L’heure des retrouvailles… avec un soi
d’avant.]

Mardi 14 Juin 2011
Les éditions publie.net donnaient
WEBOBJET (ça recommence comme ça) de Alain François

JE ME MURMURE INCIDEMMENT-letcr1-exp

                               

(à cliquer pour obtenir le parcours de lecture)

L’extrait complet


Proposition de lecture du début de ce journal :

La version numérique de ce livre est enrichie de nombreux liens et d’animations intégrées (notes en bas de page)
Des innovations … qui ont du mal à se faire leur place, presque 10 ans plus tard, dans le livre numérique.

Le blog de Alain François http://bonobo.net/


Puisque je traîne dans les couloirs de l’administration, j’en profite pour squatter le bureau de Jacques L. Je lui annonce la naissance de ce site. Nous discutons des implications d’un tel exercice dans le cadre d’une école… Il accepte d’être cité et re-cité en affirmant « j’ai le goût du risque ». Il ne risque pas grand-chose, ce Jacques L. (la cible, c’est moi). il me fait une belle impression quand il s’esclaffe : « tu as pris le contre-pied du discours… » lorsque je prends le contre-pied de son discours, et je me murmure incidemment « je suis de retour chez moi ». Ce chez-moi est une certaine langue que je n’avais plus entendue. Ou autre chose. Ou autre chose. Je me sens tiraillé, partagé, traversé par des courants étranges, des forces anciennes, des sources endormies.

J’avais eu tant de mal à gagner mes galons de normalité…

En rentrant, je découvre dans ma boite mail un message contenant un étrange portrait de lui-même, son portrait officiel me dit-il.

Cuite au blanc sur fond blanc – Léon Maunoury (Festival Permanent des Mots)

LE GROS TYPE EN FACE DE MOI - letcr1-expTexte réjouissant, qui traite de l’art moderne et de ceux qui le maltraitent, à tort ou à déraison, et de la révolte qu’un petit bout d’un rien coincé quelque part peut suffire à déclencher.

« Je m’essuie le coin de la bouche avec ma serviette en papier, l’air de rien, et feint d’écouter …

LE GROS TYPE EN FACE DE MOI - letcr1-exp

extrait de « Cuite au blanc sur fond blanc »
de Léon Maunoury
(Publié dans la revue FPM – février – mars 2015)


sans image
(à cliquer)
LE GROS TYPE EN FACE DE MOI - letcr1


Parcours de lecture
LE GROS TYPE EN FACE DE MOI - sr

(cliquer pour retourner)


En clair
LE GROS TYPE EN FACE DE MOI - txt0r

Extrait plus long
LE GROS TYPE EN FACE DE MOI - txt11r

 

Proposition de lecture du texte :

 


Un morceau de viande est resté coincé entre mes dents. Je tente de l’extirper de sa tanière en le poussant du bout de la langue mais rien n’y fait. Je m’essuie le coin de la bouche avec ma serviette en papier, l’air de rien, et feint d’écouter le gros type en face de moi qui parle haut et fort de ce qu’il pense du monde aujourd’hui en fronçant des sourcils. Ce bout de viande ne veut pas sortir.

LANCEUR DE GRAINE (Théâtre) – JEAN GIONO – 2

Slow²Reading
EH BIEN REGARDEZ MOI - letc1


(Une lecture plus lente
à cliquer)

EH BIEN REGARDEZ MOI - le1

————–

Extrait du  « Theatre de jean giono. le bout de la route suivi de lanceurs de graines suivi de la femme du boulanger. »
de Jean Giono

La femme du boulanger Acte I – Scène VII

parcours de lecture

EH BIEN REGARDEZ MOI - s

 —-

En clair

EH BIEN REGARDEZ MOI - txt0

En réaction à la pièce de Pagnol
l’homme du bord de mer
(et pas n’importe laquelle : la méditerranée)
qui s’appuie sur une partie d’une de ses oeuvres (Jean le Bleu)
Giono a écrit sa propre version de « La femme du boulanger »
celle de l’homme des montagnes
plus âpre, moins … marseillaise.

Acte I, Scène VII
la page de l’extrait

la femme du boulanger ACTE I SCENE VII

_____________________

Pour agrandir une image
la cliquer


Merci de signaler une erreur 


Un livret
dédié à l’oeuvre de Jean Giono
(extraits des nouvelles, romans et pièces de théâtre
à redécouvrir en jeu)
Pour saluer Giono-couverture


Eh ! Bien,regardez-moi.
Vous croyez que c’est votre eau chaude qui va me faire repartir le sang ?

LES JEÛNEURS – CLOTILDE ESCALLE – 1

Slow²Reading
CE PETIT CHIEN - letcr1

Pour une lecture plus lente

CE PETIT CHIEN - let1

Extrait de
« Les jeûneurs »

de Clotilde Escalle

aux éditions publie.net

Parcours de lecture

CE PETIT CHIEN - sr

L’extrait (sur babelio)
*

CE PETIT CHIEN - txt0

Extrait plus long

CE PETIT CHIEN - txt1

____________________________

les TAGS
donnent des mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image, cliquer dessus


Merci de signaler une  erreur


Premier tiroir, donc, à côté des dents, un petit chien en plâtre coloré, confectionné par mes soins en cours préparatoire, pour la fête des pères. Le pelage est devenu verdâtre avec le temps. Ce petit chien, finalement, c’est moi. Il témoigne du même dévouement aveugle. Dressé pour plaire, faire le beau.

DEDANS DEHORS – ARNAUD RYKNER – 2 (ELLE)

Dedans Dehors - Arnaud Rykner - couverture

Tout récemment édité dans
la collection thtr (théâtre contemporain)
de Publie.net






TROP D AMOUR - letcr1
                                                     

Lecture plus lente

TROP D AMOUR - let1

Extrait de l’essai « Dedans Dehors »
de Arnaud Rykner

Parcours de lecture

TROP D AMOUR - s

En clair sur babelio

*

TROP D AMOUR - txt0

 Un extrait plus long

 TROP D AMOUR - txt1

 Dans la librairie de publie.net
Dedans
Dehors

En temps contraint

 ____________________________

Les TAGS
donnent des mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir, cliquer


Merci de  signaler une erreur


trop    d’amour elle disait     trop   d’amour     il y en a trop     ça
pèse   ça
m’écrase    ça
pèse   trop lourd   sur moi trop lourd     pour moi
m’avait dit     ton amour
trop lourd
mon amour ton amour
Je n’en    peux plus   de toi  je n’en
veux plus  de toi
tu pèses   sur moi                     m’écrase
ton amour
m’écrase

Strasbourg verticale – ANNA JOUY – 4 –

Strasbourg Verticale - couverturePublié en numérique aux nouvelles
éditions Qazaq 
(Isba des cosaques des frontières)
Strasbourg verticale de Anna Jouy

L’oeuvre est disponible aux éditions Qazaq (Jan Doets)  ici

 —

IL ME DEVINT EVIDENT - letcr1
 
Extrait du roman
« Strasbourg verticale»
de Anna Jouy


pour une lecture plus lente

IL ME DEVINT EVIDENT - let1

à cliquer

————

parcours de lecture

IL ME DEVINT EVIDENT - s

En clair (sur babelio)

*

IL ME DEVINT EVIDENT - txt0

Un extrait plus long

IL ME DEVINT EVIDENT - txt1

Anna Jouy en ses terres virtuelles
mots sous l’aube

____________________________

les TAGS
donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image cliquer dessus


Daphné triturait sa laine, le fond de sa poche. J’étais revenu sur son visage. Il y avait quelque chose en elle qui m’épongeait, me gobait et j’avais beau vouloir accrocher mon regard aux bouquets épars des mousses qui garnissaient la muraille, je me retrouvais très vite la dévisageant. Il me devint évident que cette femme et moi avions déjà eu à faire ensemble. Quel que fut le temps.