Je ne peux pas oublier : Refus d’obéissance – Jean Giono – 11

Giono jeune, a écrit un texte que Giono sage a partiellement renié, lui reprochant précisément tout ce qui en fait sa force : la colère, la fougue, l’audace, la témérité et cette capacité de faire déborder le sens au-delà des mots.
(Entretien avec Pierre Lhoste Avril 1968 )

Pourtant ce texte contient tout de ce qui pourrait réveiller … ce monde.
Autant à propos des guerres permanentes dans lesquelles nous sommes habilement engagés (idéologique, économique, énergétique, climatique …) que concernant la place à laquelle l’homme à le droit … parmi les autres formes de vie sur terre.

L’extrait ci-dessous est précisément celui qui était visé par Giono lors de l’entretien .
« …C’est une erreur de jeunesse, une exaspération de violence … »
(On peut y voir au contraire, de la lucidité et une réaction saine, pour la vie et contre ce qui la détruit.)


Retour triomphal-1
brodequin du poilu-1

Retour triomphal-2

[voir note*]


 » Depuis 1919 j’ai lutté patiemment, pied à pied, avec tout le monde, avec mes amis, avec mes ennemis, avec des amis de classe mais faibles, avec des ennemis de classe et forts. Et à ce moment-là je n’étais pas libre, j’étais employé de banque. C’est tout dire. On a essayé de me faire perdre ma place. Déjà à ce moment-là on disait : « c’est un communiste », c’est-à-dire on a le droit de le priver de son gagne-pain et de le tuer, lui et tout ce qu’il supporte sur ses épaules : sa mère, sa femme, sa fille. Je n’étais pas communiste. J’apprends lentement.
J’ai refusé de faire partie des sociétés d’anciens combattants car elles étaient, à cette époque, créées seulement pour des buts mutualistes et non pour affirmer cette qualité d’ancien combattant, et de jamais plus nouveau combattant. On a fondé l’A. R. A. C. Mais j’étais dans un pays perdu. Je ne connaissais pas l’action de ceux qui pensaient comme moi. Alors, j’ai mené la lutte seul. Dans ma famille. C’est souvent par là qu’il faut commencer et c’est le plus difficile. D’habitude c’est par là qu’on est vaincu. Je n’ai pas gagné, mais je suis resté entier. Parmi mes amis, deux ou trois m’ont suivi et me suivent encore.

Puis j’ai commencé à écrire et tout de suite j’ai écrit pour la vie, j’ai écrit la vie, j’ai voulu saouler tout le monde de vie. J’aurais voulu pouvoir faire bouillonner la vie comme un torrent et la faire se ruer sur tous ces hommes secs et désespérés, les frapper avec des vagues de vie froides et vertes, leur faire monter le sang à fleur de peau, les assommer …

JNPgi-11- DE FRAÎCHEUR-le-i


(Plus facile)


(Solution)


« Dans la correspondance privée, soldat, … tu éviteras, en donnant le récit des affaires auxquelles tu as pris part, de noircir le tableau que tu en feras aux tiens, en gardant pour toi les souffrances inhérentes à la guerre, que tu dois supporter stoïquement, en silence, en bon Français.

[Pour nos soldats : GUIDE DU POILU – Charles Charton]


* Le défilé triomphal met ici, largement en avant les cavaliers à cheval.
On voit ici la distorsion fréquente entre la réalité de la guerre** et ce qui est mis en valeur parce que bénéficiant d’une image glorieuse … plus glorieuse que la boue des tranchées dans laquelle croupissait le fantassin.
A noter qu’après cette guerre cavalerie sera synonyme d’arme blindée.
Quiconque est entré dans un char sait le régime de terreur dans lequel vivent en permanence les occupants de ces cercueils ambulant … dont depuis bien longtemps les pays fortunés ont abandonné en grande partie l’utilisation (au « profit » de l’aviation) mais pas la production. Les dictatures faisant volontiers usage, dans la mesure de leur moyens, de ce type d’arme contre « la foule en rébellion ».

** Si on demande à quelqu’un (oui c’est une question barbare) de donner un ordre de grandeur du nombre de soldats qu’un fantassin français a tué de façon visible/consciente, la réponse met en évidence cette distorsion.
Parfois elle sera voisine de 2 ou 3, rarement sous l’unité.
Un petit moment de réflexion permet à chacun de rétablir la vérité.
Un grand nombre de morts (la plupart ?) l’ont été du fait de bombardement.
Si la moyenne était voisine de un il n’y aurait plus aucun combattant à la fin des hostilité.
Giono assure qu’il n’a privé aucun ennemi de la vie, la plupart des soldats sont dans le même cas.

« Le chant du monde » – Jean Giono – page 8

P08-CONTRE SES JOUES-ima1

 

De nombreuses travaux ont eu pour objet le roman de Jean Giono.
Beaucoup d’études savantes, d’autres qui le sont moins, mais n’en sont pas pour autant dénuées de valeur (y compris dans ce qu’on pourrait qualifier de maladresse)
Je donne ici deux extraits du travail de Omer Ibrahim Assya, à savoir son mémoire de maîtrise* en littérature française soutenu à l’université de Khartoum, en l’année 2016.

« Pour Giono les quatre raisons de la vie, sont
la vie*, la règle, l’amour et …*** le 
large.« 

« Giono fonde son roman entièrement sur un mélange des personnages
qui 
est la métaphore de l’unité du monde. Tous forment un seul groupe.« ****

___
* Où, quand la première poupée russe contient (à raison) … la première poupée russe

** « Analyse des images métaphoriques » : LE CHANT DU MONDE de Jean Giono

*** J’ai ajouté ces points de suspension.

**** Avec ici une vision du bien et du mal que l’on pourrait rapprocher de celle d’un écrivain à l’antipode de Jean Giono, à savoir André Dhôtel.


P06-JE CROYAIS CONNAÎTRE-ima

Huitième page …

Dans cette nuit profonde où l’œil est presqu’aveugle, au milieu des arbres et des fluides qui émanent d’eux, Antonio qui songe au fils de Matelot possiblement mort, n’en perçoit que mieux la vie, en lui et autour de lui.

 


Une vie épaisse coulait doucement sur les vallons et les collines de la Terre. Antonio la sentait qui passait contre lui; elle lui tapait dans les jambes, passait entre ses jambes, entre ses bras et sa poitrine, …»

 

P08-CONTRE SES JOUES-let


 

P08-CONTRE SES JOUES-ima1

… contre ses joues, dans ses cheveux, comme quand on plonge dans un trou plein de poissons. »


L’extrait qui est donné ici, a été ajouté par l’auteur dans une seconde écriture du roman. La page entière ne figure pas dans la première publication, elle donne à voir la manière dont Matelot cherche son chemin, au nez, dans une forêt dont il connait le moindre buisson.
 » Je sens, moi, dit Matelot. Je connais seulement trois pins dans cette forêt. Tous les trois au Collet de Christol. »

Cette page permet aussi de donner davantage de poids à l’inquiétude qu’Antonio éprouve pour « le Besson rouge« .
Et ce, en espaçant deux expressions de celle-ci*, par quelques pas dans la forêt et, cette perception plus aïgue qu’a de la vie « bouche d’or » lorsqu’elle lui semble si fragile.

___

* « Il se mit à penser au Besson qui était peut-être mort »

« Antonio pensait au besson. Ce nez rempli de boue, ces oreilles remplies de boue »

* Surnom que l’on donne (notamment les femmes) à Antonio

 




 

 

Cliquer sur le titre pour télécharger le cahier « Pour saluer Giono N°2

L’iris de Suze (format pdf)

(gratuit)

Le cahier comporte comporte
– Des évocations courtes des 24 premières pages du roman
avec extrait en clair et en jeu (et illustrations)
– Ainsi qu’une page de la fin (qui ne dévoile rien)
– Les solution en fin de cahier (parcours et citation en clair).

 

 


 

———– pour un soutien éventuel à cette publication ———

L’iris de Suze

Merci de soutenir la création des livrets de MOTSLIÉS (Aucune inscription à Paypal n'est requise)

€1,00


 

 

 

Richard Powers : des hommes et des arbres

intelligence des arbres

Après « l’intelligence des arbres » (qui a convaincu/verti certains et en a fait sourire d’autres) le livre de Richard Powers défend la même cause   (la reconnaissance d’une vie ignorée)en utilisant le même chemin : l’arbre dans son roman « L’Arbre-Monde« .

arbre monde

Invité ce jour chez France Culture l’auteur a évoqué tout ce que l’élection de Donald Trump a détruit en 6 mois des efforts faits aux Etats-Unis pour lutter contre la destruction du patrimoine de l’humanité des vivants.

Triste tableau et défense passionnée autant qu’argumentée et raisonnée de Richard Powers dont l’objectif est de prolonger chez son lecteur la révélation qu’il a eu lui même en découvrant ce qu’est (ce qu’il en reste) une forêt primitive, et par là même, toutes les richesses que l’homme brûle chaque jour de façon accélérée. (Donald Trump a récemment rendu « exploitables » des zones de parcs protégés et l’on continue aux USA à couper des « arbres primitifs »)

Il faut bien sur (pour tous ceux qui partagent ce point de vue) louer un tel objectif (en attendant d’apprécier le contenu de son roman). Cependant si on établit un parallèle  entre la lutte pour sauver la planète dans laquelle sont engagés les écologistes et le(s) combat(s) pour la liberté et l’égalité qu’ont menés les démocrates convaincus, on peut s’inquiéter des étapes par lesquelles passent de tels entreprises et notamment de la phase ultime.
En effet, chaque fois que, par les moyens ordinaires, ce type de lutte n’a pu triompher, voire même, n’a fait que renforcer ses adversaires en lui donnant des pistes de développement et d’amplification de son emprise, toutes ces fois que au-delà de la déception, le désespoir à envahi les partisans d’une « juste cause », le recours à d’autres moyens que la persuasion, la voie des urnes, la négociation … la guerre civile même a été jugé nécessaire.

Dans le cas de l’écologie, ce type de réaction serait bien plus grave. Car l’ennemi (du vivant que l’on souhaite défendre) serait alors l’humanité elle même.
Ainsi, plus il y aura de gens convaincu du rôle destructeur de l’humanité face à l’ensemble du vivant, plus il deviendra évident que, par la voie des urnes aucun changement n’est possible et, dans le même temps, plus les messages d’alerte feront sentir l’urgence autant que constater les dégâts et plus le désespoir et tout ce qu’il engendre se répandra dans les coeurs et incitera certains à passer à la phase ultime de la lutte.

C’est pourquoi on peut craindre que …

PARMI LES ÉTUDIANTS EN VIROLOGIE-letcou

Certains films évoquent déjà ce possible …

Il n’est pas sans signification que Terry Gilliam réalisateur de l’un d’eux ait récemment donné un film où il évoque Don Quichotte (L’Homme qui tua Don Quichotte)

Le personnage à la queue de cheval a peut-être pensé endosser le rôle le tueur d'humanité-
de l’homme chevaleresque qui lutte contre les méchants géants … en lien avec ce qu’il a appris à l’école et qu’il a parfaitement compris.

compétences planete

[Extrait du Socle commun des compétences

Tout ce qu’il est indispensable
de maîtriser à la fin
de la scolarité obligatoire]

 


Au-delà des messages d’alerte qui ne font parfois qu’aviver les souffrances ou renforcer l’indifférence, notamment quand toute action est stérilisée par la réaction , c’est au niveau de ceux qui ont le plus à perdre (les possédants) que doivent s’initier les mesures qui éviteront les deux dangers ultimes … celui pour la planète et celui pour l’homme qui ne sauverait « que (!) » la vie sur Terre.