[Almanach] naissance des éditions Qazaq …Jan Doets

[sixième et dernier des sextuplés
(Je respecte l’ordre de la liste qu’il m’a lui même transmis)
publié au premier jour
des éditions Qazaq
issues du rêve de Jan Doets -]

[On n’y dévalise pas les banques… mais plutôt.]

Jan Doets 

(fondateur)

« Beloum Beloum« 

Vendredi 19 Juin 2015

PARTOUT ON SE PENCHE AUX-letcr1-exp

(à cliquer pour obtenir le parcours de lecture)

Le texte


Proposition de lecture  :


Chez Les « Cosaques des frontières »
où JAN Doets recueille les textes qui pourraient se perdre
dans des terres arides … ou absentes


Le jour de mon arrivée dans ces bureaux, les employés près des fenêtres ouvertes appellent les pauvres des grottes internes pour venir tout de suite, pour regarder un événement qui se passe, apparemment, quelques fois par semaine. Quelqu’un est sorti de la banque après avoir retiré de l’argent. Le malheureux. Car ces créanciers l’attendent dans la rue et lui sautent dessus entre l’embouteillage permanent. Une bagarre énorme. Les chauffeurs se mêlent dans le conflit, il se forme plusieurs parties. Arrive la police avec leurs matraques. Partout on se penche aux fenêtres de tous les immeubles et applaudit en encourageant les lutteurs avec enthousiasme.

[Almanach] Guillaume Vissac …

[Tout de ces lieux que nous habitons et qui parfument et colorent nos pensées,
souvent malgré nous.
Avec la lecture en audio de l’auteur pour l’intégralité des textes. ]

Mercredi 18 mai 2011,
de Guillaume Vissac, les éditions Publie.net
donnent « Qu’est-ce qu’un logement ?« 

(Texte 5)

JE NE ME SUIS JAMAIS FAIT -letcr1-exp

                                                                       

(à cliquer pour obtenir le parcours de lecture)

Le passage en son entier 


Lecture du texte par Guillaume Vissac  :


Je ne me suis jamais fait à ces fenêtres en rang serré qui me font face. Chaque jour je les obstrue, je les camoufle, je m’en détourne. Je les vois tous les jours sans les voir. Au-delà je vois le ciel, la lune. Ça me suffit. La vue s’engrise. Je ferme les stores à nouveau. Je m’entends les fermer. Au fond nous n’avons jamais fait que camper derrière leurs reflets. Si je clos complètement l’opacité des stores, peut-être les reflets se terreront.

CAMPEMENTS – ANDRÉ DHÔTEL – 27

[La privation appelle
un supplément  d’être,
parfois : l’amitié]


LES MOINEAUX VONT ÉCRIRE - letcr11

… Mendiants et poètes« 

Extrait du roman « Campement »
de André Dhotel

 —

Parcours de lecture

LES MOINEAUX VONT ÉCRIRE - s

En clair

LES MOINEAUX VONT ÉCRIRE - txt0


Un extrait plus long

LES MOINEAUX VONT ÉCRIRE - txt1


Un livret dédié à l’oeuvre d’André Dhôtel
(28 extraits provenant de quatorze romans et nouvelles
à redécouvrir en mots liés)
Pour saluer Dhôtel- livret N°1- 12 aout 2015

(cliquer sur l’image pour lire le livret)


Merci de  signaler une erreur  


Jacques n’avait plus d’avenir, et il songeait que l’hiver allait paraître avec sa neige : Les moineaux vont écrire sur la neige des alphabets incompréhensibles et ils voleront jusqu’aux fenêtres des fermes, mendiants et poètes.

MARYSE HACHE – BALEINE PAYSAGE – 10

[qui est donc passé en ce corps
de courant d’air ?]

UNE FENÊTRE S OUVRE SOUDAIN VLING - letcr1-exp2 

ou

UNE FENÊTRE S OUVRE SOUDAIN VLING - letcr3

Extrait du recueil « Baleine Paysage »
de Maryse Hache

(Baleine paysage 10)

parcours de lecture

UNE FENÊTRE S OUVRE SOUDAIN VLING - sr

En clair

UNE FENÊTRE S OUVRE SOUDAIN VLING - txt0r

Extrait plus long

UNE FENÊTRE S OUVRE SOUDAIN VLING - txt1r

_________________________________

Maryse Hache sur Publie.net


 Merci de  signaler une erreur 


une fenêtre s’ouvre soudain vling se ferme / vling le vent pousse les crémones mal fermées / le dormant se réveille / quel fantôme a passé / quelle âme a fait le saut / peut-être visite d’une autrefois pomponnette habituée d’un fauteuil en velours bleu foncé

POUR RIRE -8- (Pierre Doris)

Une nouvelle grille
pour rire
chaque heure aujourd’hui


Grille de 15h00


Pour distraire la veillée de Noël
à jouer entre deux plats
notamment ceux qui ont internet sur la télé.
La première lettre de chaque mot est
mise en couleur et en italique.
Chaque mot est entouré d’une limite.
La phrase à déchiffrer est composée de mots qui se suivent.

SI L AIR EST SI PUR A LA CAMPAGNE C EST PARCE - letc1

Pierre Doris vante les vertus
de l’isolation.


Pour le parcours de lecture
(cliquer)

SI L AIR EST SI PUR A LA CAMPAGNE C EST PARCE - sr


Pour lire en clair
(cliquer)

SI L AIR EST SI PUR A LA CAMPAGNE C EST PARCE - txt1


Si l’air est si pur à la campagne c’est parce que ses habitants dorment les fenêtres bien fermées.

Chronique des temps perdus et bande-son pour orgasme – KMS – 1

( Extrait de la présentation (source) :
« C’est beau, grave, tragique, comique comme la vie – juste : un peu excessive (mais c’est ce qu’on leur demande). On rit, on pleure, ça cogne, mais c’est bien de littérature qu’il s’agit, autant que de musique. »
François Bon)

Slow²Reading

« Dans mes souvenirs …

IL Y A TOUJOURS LES RAYONS - letcr1

                                             …souvent nue même lorsque j’étais là. »

Extrait de
« Chroniques des temps perdus & Bande-son pour orgasme »

de Kill Me Sarah KMS

Parcours de lecture

IL Y A TOUJOURS LES RAYONS - sr

L’extrait

IL Y A TOUJOURS LES RAYONS - txt0r

 Un extrait plus long

IL Y A TOUJOURS LES RAYONS - txt1r

Un extrait en slowreading (lecture) de
Guillaume Vissac

____________________________

les TAGS
donnent des mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image, cliquer dessus


Merci de signaler une  erreur


Dans mes souvenirs il y a toujours les rayons du soleil frappant tes fenêtres sans rideaux devant lesquelles tu te promenais souvent nue même lorsque j’étais là. Vingt-cinq ans plus tard tu as peut-être perdu cette habitude. Cela m’avait dérouté la première fois que je t’avais vue ainsi. On ne sortait pas ensemble. Juste amis.
Tu ne m’en tiendras pas rigueur après toutes ces années, mais je crois que je n’ai jamais été amoureux de toi. Même si tu dirais probablement le contraire. Je te désirais, ça, je ne le nie pas. Mais le reste… Tu disais que tu avais de trop petits seins pour être vraiment nue. Certes ce n’était pas faux mais malgré tout… Le voisin d’en face en profitait aussi. Tu passais parfois une chemise d’homme que tu laissais ouverte sur ta poitrine. On pouvait rester des heures comme ça. À parler, à fumer. C’était plaisant, je m’étais rapidement habitué.

GERT JONKE – LA GUERRE DU SOMMEIL – 1

 


LE MATIN LES - letc1
Lecture plus lente

LE MATIN LES - let1

Extrait de « La guerre du sommeil »

de Gert Jonke

en voix les premières pages

parcours de lecture

LE MATIN LES - s

L’extrait sur babelio

*

LE MATIN LES - txt0


Les TAGS
donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image, cliquer dessus


Merci de signaler une erreur 


Le matin, les murs se mouchent et crachent par les fenêtres des chambres la literie mal réveillée.