De la fabrication d’une image merveilleuse et … troublante

NOUS N’ AVONS PLUS RIEN À DÉCOUVRIR-let1

 

 

 

 

Aujourd’hui, sur @franceculture, il a dit :

NOUS N’ AVONS PLUS RIEN À DÉCOUVRIR-let


Dans sa chronique quotidienne


On ne lui en voudra pas d’avoir qualifié de photo ce qui est attendu avec impatience par
les médias et ceux qui voient la science comme ce qui nous reste de possibilité d’émerveillement.

En effet …
cette image attendue sera en fait une véritable création, comme résultat de l’interprétation de signaux captés par différents appareillages scientifiques, mis en correspondance avec des couleurs, selon des principes qui n’auront eux rien de scientifiques, puisqu’ils seront le résultat du choix de quelques experts graphistes (commandités pour produire du beau, du merveilleux visuel) … suivi de celui de ceux qui, choisiront dans la centaine d’images « nominées », celle qui sera élue « première image d’un trou noir »


Scoop du jour : Toutes les images vues jusqu’à ce jour étaient des faux.
Ce qui nécessite de préciser dans les titres aujourd’hui, comme le fait LCI par exemple :

EN DIRECT – La 1re vraie image d’un trou noir dévoilée aujourd’hui

Leçon retenue, à l’avenir nous serons plus vigilants.

Notamment en lisant des titres d’articles scientifiques où l’on nomme encore cette production …

Première photo d’un trou noir

« Pour la première fois, les astronomes vont découvrir une photographie de cet objet céleste… »


 

Pour aller plus loin : https://www.france24.com/fr/20161218-pourquoi-photos-multicolores-telescope-hubble-nont-rien-a-voir-realite

Fahrenheit 451

Concert Fiction « Fahrenheit 451 » en public à la Maison de la radio à Paris

 

Où l’on redonne de l’actualité au roman de Ray Bradbury.


Actuel ? Ou dépassé ?

Notre époque n’a plus besoin de pompiers pyromanes

L’incendie est bien en amont.

IL DEVIENT INUTILE DE BRÛLER LES LIVRES LORSQU’ ON A BRÛLÉ LES MOTS

_____________________
Les nouveaux incendiaires : publicistes , explicateurs en tout genre, (dont) politiciens …

Les mots sont toujours sur le papier, mais ils sont devenus comme ces tomates bimbo dont l’apparence est là, mais où il ne reste plus rien de la saveur.

Ou comme « Le rallye Dakar, sur les pistes d’Amérique du sud.* »

________

*renvoyé par Google et correspond au site https://www.dakar.com/fr)

Une phrase d’un jour – 19 février 2019

 

rassemblement contre l'antisémitisme

Aujourd’hui, sur @franceculture, il a dit :

L’ ANTISÉMITISME-let

Qui a dit ?
Qu’a-t-il dit ?


[voix off](Le mot « toujours »
n’est-il pas ici
de trop ?
Ne fait-il pas déborder l’expression
bien au-delà de l’intention du livre
de son auteur ?)



À propos des Fins conseils
prodigués par un membre de l’élite  intellectuelle
au « peuple des ronds points »
(dans la chronique d’où provient cet extrait)
Est-ce une maladresse ?
Que cet encouragement
à soutenir
dans l’intérêt de leur cause
les manifestations du jour ?

Sur #28minutes de Arte
l’intervention de Hay Krief,
grand rabbin de Vincennes Saint-Mandé
était bien plus mesurée et digne.)


[Premières pages] La partition – Alain Veinstein

[Ses nuits demeurent, pour tous ceux qui se sont lovés dans leur creux, des lieux/instants rares , où « cette » pointe aiguë a laissé une trace précieuse]


La partition - lovée-p

Je suis aussi incapable de t’oublier qu’au premier jour de notre amour et tu t’imagines bien que je n’ai jamais cessé de t’écrire, même si tu ne me donnes plus signe de vie.
Ces mots que tu ne liras probablement pas de sitôt viennent de très loin. Ce sont les silences et la noirceur que tu me reproches qui les ont enflammés. Autant dire que je t’écris …

LA POINTE LA PLUS AIGUË DE MA VIE-let

…J’espère que cette pointe m’aidera aussi à atteindre le but que je me suis fixé : m’attaquer à la noirceur, terrasser le dragon et le déposer à tes pieds, ce qui suppose que je parvienne à aplanir quelques chemins raboteux, et l’un d’entre eux en particulier, celui qui me rafraîchira le sang du côté de l’enfance.


*