« Le chant du monde » – Jean Giono – page 22

P22-QU’ ON GREFFE LÀ-ima2

Après plusieurs pages consacrée aux ébats d’Antonio dans son fleuve, l’auteur revient au fil de l’histoire, à ce départ imminent à la recherche du fils de Junie et Matelot.


 

Vingt deuxième page …

Il va être question d’un personnage « amère » qu’à demi-mot, Junie désigne comme son frère.


« Quand tu seras à ce pays de Rebeillard, dit-elle, va à Villevieille. Demande le marchand d’almanachs. Va le voir. Si sa maison est pleine de malades n’attends pas. Dis seulement : « Je viens de la part de Junie. »
– Comment tu sais ça ? dit Matelot.
– Je le sais, dit Junie. Fais comme je te dis. Les arbres …»P22-QU’ ON GREFFE LÀ-let

 

P22-QU’ ON GREFFE LÀ-ima

 


 

… qu’on greffe haut portent deux fruits, un doux, un âpre.
Moi, je suis le fruit doux, celui-là c’est le fruit âpre…»

(Et qui a, tout comme les plantes au goût fort, ou même toxiques, des vertus médicinales)


En quelques mots, l’auteur suscite, dans l’esprit du lecteur, une interrogation qui ira grandissant au fil des pages, jusqu’à l’arrivée à Villevieille, où elle sera à la fois partiellement dissipée, et amplifiée.

 


 



 

 

 

 

Cliquer sur le titre pour télécharger le cahier « Pour saluer Giono N°2

L’iris de Suze (format pdf)

(gratuit)

Le cahier comporte comporte
– Des évocations courtes des 24 premières pages du roman
avec extrait en clair et en jeu (et illustrations)
– Ainsi qu’une page de la fin (qui ne dévoile rien)
– Les solution en fin de cahier (parcours et citation en clair).

 

 


 

———– pour un soutien éventuel à cette publication ———

 

 

L’iris de Suze

Merci de soutenir la création des livrets de MOTSLIÉS (Aucune inscription à Paypal n'est requise)

€1,00


 

 

 

« Le chant du monde » – Jean Giono – page 13

P13-QUI PASSAIT PARFOIS-ima

Antonio est une part de Giono que l’on retrouve dans « Le Bonheur fou »*.
Roman dont le héro porte un nom assez voisin (Angelo)
Giono a d’ailleurs fait pour ce personnage ce qu’il envisageait pour Antonio.
En effet, l’intention initiale de l’auteur était d’écrire un « chant du monde » composé de trois romans (ou plus). La première publication de son livre (dans la Revue de Paris déjà citée) le présentait d’ailleurs ainsi, avec comme titre de cette première partie : »Le besson rouge ».
On peut penser que Giono n’a pas trouvé matière (ou lecteur) pour les deux autres parties qu’il imaginait initialement, et choisi pour ce projet* un Antonio un peu plus civilisé (et donc plus riche pour l’intrigue … et le lecteur) à savoir Angelo.
Angelo qui pourrait lui aussi mériter le surnom de « Bouche d’or » (au sens où le précise ici** Antonio, et non comme le suggère, Junie.)

____
* « Angelo » , « Le hussard sur le toit » , « Le Bonheur fou » (ordre des publications)
** Dans la citation


P06-JE CROYAIS CONNAÎTRE-ima

Treizième page …

Junie, Mère du besson rouge, à l’origine de la demande faite à Antonio concernant la disparition de son fils, s’adresse à celui-ci, sans pourtant aller à sa rencontre.

 


« – Je te vois sans sortir, comme si je t’avais fait, dit Junie.
Le Matelot m’a raconté, dit Antonio. Si vous voulez m’écouter ici, voilà ce qu’il faut faire. Nous partirons demain, ton homme et moi, et on remontera l’eau un de chaque côté. S’il est à la côte on le trouvera. S’il passe, on le verra. On remontera jusqu’au pays Rebeillard, on demandera. Ça se fond pas, un homme.
– C’est pas pour rien que nous t’avons appelé « bouche d’or » , dit la voix de Junie. C’est parce que tu sais parler.
– Non, dit Antonio, c’est parce que je sais crier plus haut que les eaux.
La jeune femme regardait Antonio. Elle se souvenait de ce cri que tous les gens de la forêt connaissaient, …»

 

P13-QUI PASSAIT PARFOIS-let


 

P13-QUI PASSAIT PARFOIS-ima

…  qui passait parfois au-dessus des arbres comme le cri d’un gros oiseau pour dire la joie d’Antonio sur son fleuve. »


Cette joie d’Antonio qu’il exprime comme un animal, dans un cri qui serait une sorte de don au fleuve et à ce qui y vit, pourrait être rapproché, d’autres manifestations similaires (mais dans des modes plus « humains », et des intentions plus « subtiles ») de certains usages de twitter ou du plaisir que certains ont à faire participer leur entourage à la musique qu’ils écoutent chez eux ou dans leur voiture.


 

 




 

 

Cliquer sur le titre pour télécharger le cahier « Pour saluer Giono N°2

L’iris de Suze (format pdf)

(gratuit)

Le cahier comporte comporte
– Des évocations courtes des 24 premières pages du roman
avec extrait en clair et en jeu (et illustrations)
– Ainsi qu’une page de la fin (qui ne dévoile rien)
– Les solution en fin de cahier (parcours et citation en clair).

 

 


 

———– pour un soutien éventuel à cette publication ———

L’iris de Suze

Merci de soutenir la création des livrets de MOTSLIÉS (Aucune inscription à Paypal n'est requise)

€1,00


 

 

 

« Le chant du monde » – Jean Giono – page 10

P10-– MÈRE APPELA-ima

Jean Giono donne ici et là des pistes à ceux qui veulent à nouveau toucher terre, retrouver le contact avec ce qui les environne et qu’ils ne voient plus.
Ainsi dans « Présentation de Pan » il fait dire à un homme rencontré par hasard :
« Avant je ne savais même pas que c’était beau par ici« 

Peut-être qu’avant de suivre le conseil de René Daumal « Recharger les mots »
il faudrait commencer par « Recharger le regard » ?

 


P06-JE CROYAIS CONNAÎTRE-ima

Dixième page …

Matelot et Antonio arrivent à destination.

 


« Le camp de Matelot, c’étaient trois maisons de bois. dans cette clairière de la forêt. Lui et Junie habitaient la maison à un étage; en face, dans la cabane basse, restait Charlotte, la veuve du premier besson, tué dans l’éboulement des glaisières, tué dans l’éboulement des glaisières, le printemps d’avant. Sur l’alignement du carré, une longue baraque servait de grange et d’atelier. C’était là que couchait le second besson avant son départ. Dans la place entre les maisons, on avait allumé un grand feu. Les trois portes étaient ouvertes …»

 

P10-– MÈRE APPELA-let


 

P10-– MÈRE APPELA-ima

… – Mère, appela Matelot, je suis allé te le chercher. Ton homme du fleuve. Il est là. »


La femme de Matelot est ici la Mère, inquiète pour son fils, et, comme femme, ayant le droit de le manifester. Alors que l’homme …

 


 

 




 

 

Cliquer sur le titre pour télécharger le cahier « Pour saluer Giono N°2

L’iris de Suze (format pdf)

(gratuit)

Le cahier comporte comporte
– Des évocations courtes des 24 premières pages du roman
avec extrait en clair et en jeu (et illustrations)
– Ainsi qu’une page de la fin (qui ne dévoile rien)
– Les solution en fin de cahier (parcours et citation en clair).

 

 


 

———– pour un soutien éventuel à cette publication ———

L’iris de Suze

Merci de soutenir la création des livrets de MOTSLIÉS (Aucune inscription à Paypal n'est requise)

€1,00