« Le chant du monde » – Jean Giono – page 17

P16-ILS DÉBORDAIENT -ima

La relation au corps d’Antonio, et donc, d’une certaine manière de Giono,* est proche de celle
d’un enfant, qui n’a pas encore reçu, ou perçu d’interdits relativement à sa chair
d’un animal, qui ne connait pas d’interdits de cette nature.
Il éprouve du plaisir de sa seule existence. Et jouit de la percevoir**

___
* Car peut-on écrire ce qui suit sans en avoir fait l’expérience personnelle, en acte ou en désir contenu ?
** Sans rapport nécessaire avec sa sexualité.


P06-JE CROYAIS CONNAÎTRE-ima

Dix-septième page …

L’auteur consacre une demi page supplémentaire au corps d’Antonio et au plaisir naturel que celui-ci a de s’assurer de sa présence. (voir* en fin de page)


« …
La respiration d’Antonio venait prendre pied là, sur les parois de ses flancs. C’est de là qu’elle s’élançait quand il lançait le harpon sur le poisson, c’est là-dedans qu’elle venait se rouler sur elle-même quand il avalait sa grosse haleinée de plonge ou quand il s’apprêtait à hurler son cri vers les femmes.
Antonio aimait toucher ses flancs. Là commençait le creux. Ses jambes, ses cuisses, ses bras c’était du plein. À partir de ses flancs c’était du creux, une tendresse dans laquelle  … »

 

P17-ÉTAIT ANTONIO , LE VRAI-LET

 

P17-ÉTAIT ANTONIO , LE VRAI-ima1

 


 

… était Antonio, le vrai. Il touchait ses flancs souples, puis la largeur de sa poitrine et il était rassuré et joyeux.»

« Antonio, le vrai », n’est assurément pas dans sa tête.


* À noter (même remarque que précédemment) :  L’ensemble des passages cités ici était absent de la publication de l’oeuvre (en plusieurs parties) dans « La Revue de Paris ».
Ces lignes se trouvent, dans la version définitive, avant « Le jour, maintenant, frappait sur des vallons sonores …« 
On peut se demander si Giono a fait cet ajout par la suite, ou s’il s’agit là d’une amputation imputable à la revue, due au contenu de ce paragraphe ?


 




 

 

 

 

Cliquer sur le titre pour télécharger le cahier « Pour saluer Giono N°2

L’iris de Suze (format pdf)

(gratuit)

Le cahier comporte comporte
– Des évocations courtes des 24 premières pages du roman
avec extrait en clair et en jeu (et illustrations)
– Ainsi qu’une page de la fin (qui ne dévoile rien)
– Les solution en fin de cahier (parcours et citation en clair).

 

 


 

———– pour un soutien éventuel à cette publication ———

L’iris de Suze

Merci de soutenir la création des livrets de MOTSLIÉS (Aucune inscription à Paypal n'est requise)

€1,00


 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s