« Le chant du monde » – Jean Giono – page 7

P07- QU’ EST - CE QUE ÇA SENT-ima2

 

Pour « Le chant du monde », Jean Giono aurait écrit- avant même de dessiner le contour des humains – et en grande partie inventé* la géographie de son roman et les personnages (faune et flore) qui l’occupent.
En certaines pages, c’est une évidence.

* « On imagine aisément le plaisir d’un critique à retrouver le décor d’un livre. Or, dans tout le pays entre Gap et Nice, entre Forcalquier et Barcelonnette, entre Digne et Marseille, je n’ai rien trouvé qui puisse être le Fleuve et la Ville. » Henry Bidou

(Il existe bien aux extrêmes confins de la Drôme un hameau de Villevielle, particulièrement pittoresque, il est probable que Giono y a trouvé le nom de la ville évoquée par H.B.)


P06-JE CROYAIS CONNAÎTRE-ima

Septième page …

Nos deux héros marchent à travers une forêt que l’on serait bien en mal de trouver, aussi bien en Drôme que dans les Alpes de haute Provence ou d’ailleurs, tant elle est riche d’essences et de senteurs variées.
Ils vont y distinguer un … « personnage ».

 


Ils marchaient sur des mousses épaisses et sur un humus gras qui craquait un peu sous le pied. Ça sentait le bois et l’eau. Des fois, une odeur de sève épaisse et sucrée passait et Antonio la sentait à sa droite, puis à sa gauche, comme si l’odeur avait fait le tour de sa tête, lentement. Alors, il touchait tout de suite devant lui le tronc d’un frêne avec ses blessures. II y avait aussi une odeur de feuille verte et des élancées d’un parfum aigu qui partaient en éclairs de quelque coin des feuillages. Ça avait l’air d’une odeur de fleur et ça scintillait comme une étoile semble s’éteindre puis lance un long rayon.
…»

 

P07- QU’ EST - CE QUE ÇA SENT-let


 

P07- QU’ EST - CE QUE ÇA SENT-ima1

… – Qu’est-ce que ça sent? – dit Antonio.
– C’est un saule qui s’est trompé, dit Matelot. Il sent comme au printemps. »


 

On pourrait parler ici d’anthropomorphisme au sens péjoratif du terme

mais
depuis que l’on sait que les arbres sont un peu plus proche de nous
que les pierres,
on hésitera peut-être à ne voir ici qu’un procédé poétique.

 

 


 

Cliquer sur le titre pour télécharger le cahier « Pour saluer Giono N°2

L’iris de Suze (format pdf)

(gratuit)

Le cahier comporte comporte
– Des évocations courtes des 24 premières pages du roman
avec extrait en clair et en jeu (et illustrations)
– Ainsi qu’une page de la fin (qui ne dévoile rien)
– Les solution en fin de cahier (parcours et citation en clair).

 

 


 

———– pour un soutien éventuel à cette publication ———

L’iris de Suze

Merci de soutenir la création des livrets de MOTSLIÉS (Aucune inscription à Paypal n'est requise)

€1,00


 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s