FRAGMENTS D’UN ENSEIGNEMENT INCONNU – P.D. OUSPENSKY – 01

 IL ME SEMBLAIT QUE LE PREMIER CONTACT AVEC UNE ECOLE DEVAIT AVOIR UN CARATERE MIRACULEUX

Extrait de la nouvelle « Fragments d’un enseignement inconnu » de  P.D. Ouspensky

Parcours de lecture

IL ME SEMBLAIT QUE LE PREMIER CONTACT AVEC UNE ECOLE DEVAIT AVOIR UN CARATERE MIRACULEUX-s

En clair

*

_____________________

On peut s’aider des TAGS ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Il me semblait que le premier contact avec une école devait avoir un caractère miraculeux.

UN SOIR (Les nuits de Malmont ) – ANDRÉ DHÔTEL – 02

 MEFIE TOI DES FILLES DE MALMONT DISAIT L UN

Extrait de la nouvelle « Les nuits de Malmont »
de André Dhôtel
(du recueil de Un soir  )

Parcours de lecture

MEFIE TOI DES FILLES DE MALMONT DISAIT L UN-s

En clair

*

_____________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Méfie-toi des filles de Malmont, disait l’un.

PROVERBES DE LA SAGESSE JUIVE – VICTOR MALKA – 02

LE MONDE NE SE MAINTIENT QUE PAR LE SOUFFLE DES ENFANTS QUI ETUDIENT

Extrait du recueil
« Proverbes de la sagesse juive »
de Victor Malka

 —

Parcours de lecture
LE MONDE NE SE MAINTIENT QUE PAR LE SOUFFLE DES ENFANTS QUI ETUDIENT-s

En clair sur babelio

*

(seconde partie de ce proverbe cité par Victor Malka)

____________________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Le monde ne se maintient que par le souffle des enfants qui étudient.

LE DOMINICAIN BLANC – GUSTAV MEYRINK – 03

ILS VONT TOUTE LEUR VIE A LA DERIVE JUSQU AU TOMBEAU COMME DES NUAGES QUE LE SOUFFLE DU VENT REFOULE DANS LE MARAIS

—-

Extrait du roman « Le dominicain blanc »
de Gustav Meyrink

Parcours de lecture

ILS VONT TOUTE LEUR VIE A LA DERIVE JUSQU AU TOMBEAU COMME DES NUAGES QUE LE SOUFFLE DU VENT REFOULE DANS LE MARAIS-s

En clair (sur Babelio)

*

____________________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Ils vont toute leur vie à la dérive jusqu’au tombeau, comme des nuages que le souffle du vent refoule dans le marais.