LA CEINTURE – AHMED ABODEHMAN – 01

« Toute activité au village avait son chant spécifique.
Personne ne faisait rien sans chanter.
On chantait pour tout – comme si rien ne pouvait vivre, pousser ou se faire, sans poèmes.  …

NOUS CHANTIONS POUR QUE LA VIE DANSE CE QU ELLE FAISAIT SOUVENT-let

Citation de Piatka sur babelio

  Extraite du roman « La Ceinture »

de Ahmed Abodehman

Parcours de lecture

NOUS CHANTIONS POUR QUE LA VIE DANSE CE QU ELLE FAISAIT SOUVENT-s

En clair

*

NOUS CHANTIONS POUR QUE LA VIE DANSE CE QU ELLE FAISAIT SOUVENT-txt

Lecture


On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Toute activité au village avait son chant spécifique. Personne ne faisait rien sans chanter. On chantait pour tout – comme si rien ne pouvait vivre, pousser ou se faire, sans poèmes. Nous chantions pour que la vie danse, ce qu’elle faisait souvent.

LE PEDAGOGUE N’AIME PAS LES ENFANTS – HENRI ROORDA – 01

« Les écoles actuelles peuvent donc compter sur l’approbation de beaucoup de personnes raisonnables.

Elles peuvent compter aussi sur l’adhésion muette et distraite de nombreux citoyens qui ont à résoudre des questions plus pressantes ou plus attrayantes que le problème de l’enseignement public.…

LA PLUPART DES HOMMES S INTERESSENT PEU A CE QUI SE PASSE DANS LE COIN DES ENFANTS-let

…N’y a-t-il pas quelque chose de rassurant, d’ailleurs, dans l’admirable ponctualité avec laquelle, chaque jour, aux mêmes heures, maîtres et élèves reprennent leur besogne ?

Tout se passe normalement.»

 —

Extrait de l’oeuvre  « Le Pédagogue n’aime pas les enfants »

de Henri Roorda

Parcours de lecture

LA PLUPART DES HOMMES S INTERESSENT PEU A CE QUI SE PASSE DANS LE COIN DES ENFANTS-s

En clair

*

LA PLUPART DES HOMMES S INTERESSENT PEU A CE QUI SE PASSE DANS LE COIN DES ENFANTS-txt


_____________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Non seulement les écoliers supportent le régime auquel ils sont soumis, mais, s’ils en souffrent, c’est d’une manière bien peu apparente.
Le bien qu’on leur fait est moins hypothétique. On leur apprend à lire, à écrire et à compter. Ils acquièrent, en outre, dans leurs leçons, des notions variées, susceptibles d’émerveiller les gens simples.

D’autre part, l’École décharge les parents, cinq, six ou sept heures par jour, du soin de surveiller leur progéniture. Elle donne des certificats flatteurs aux élèves studieux. Enfin, elle délivre aux jeunes gens le diplôme qui leur permettra de faire l’apprentissage de quelque profession plus ou moins lucrative. Pour exiger d’elle davantage, ne faut-il pas accorder aux choses de l’esprit une importance excessive ?

Les écoles actuelles peuvent donc compter sur l’approbation de beaucoup de personnes raisonnables.

Elles peuvent compter aussi sur l’adhésion muette et distraite de nombreux citoyens qui ont à résoudre des questions plus pressantes ou plus attrayantes que le problème de l’enseignement public.

Car la plupart des hommes s’intéressent peu à ce qui se passe dans le coin des enfants.

N’y a-t-il pas quelque chose de rassurant, d’ailleurs, dans l’admirable ponctualité avec laquelle, chaque jour, aux mêmes heures, maîtres et élèves reprennent leur besogne ? Tout se passe normalement. Et de même qu’on remet ses lettres aux employés de la poste, il est conforme à l’usage de confier ses enfants aux spécialistes de la pédagogie.