The Pied Piper of Hamelin – Le joueur de flute de Hamelin – Rattenfänger von Hameln – II (a)

 

(Un conte bien plus actuel qu’on pourrait le penser.
À condition de savoir en transposer les termes

sans toucher aux enfants.)

HAM-01-image01


(La version française du conte donnée ici est la traduction du poème de Robert Browning, illustré par Kate Greenaway)

II

Malheureux par les rats ! …

HAM-02-CES BÊTES TENAIENT-le-i


(Plus facile)


(chemin de lecture)


Au petit enfant qui ignore
ce dont son ventre ne sait rien
la mère aimante apprendra « peur ! »
et joie d’entendre « je suis là ! »

Lélio Lacaille


Poème original de Robert Browning

HAM-01-image02


Rats !

HAM-en-02-THEY FOUGHT THE DOGS-le-i


(more easy)


(Reading path)

 

(A tale much more current than one might think.
Provided you know how to transpose the terms

without touching children.)


To the little child who ignores
what her belly knows nothing about
loving mother learns « fear »
and the joy of hearing « I’m here »

The Pied Piper of Hamelin – Le joueur de flute de Hamelin – Rattenfänger von Hameln – I –

la caverne mêne vers l'autre pays

(Un conte bien plus actuel qu’on pourrait le penser.
À condition de savoir en transposer les termes

sans toucher aux enfants.)

HAM-01-image01


(La version française du conte donnée ici est la traduction du poème de Robert Browning, illustré par Kate Greenaway)

I

HAMELIN est une ville de Brunswick, près de la fameuse cité de Hanovre ; le Weser, large et profond, baigne ses murs du côté du sud. Jamais vous n’avez vu d’endroit plus charmant ; mais à l’époque où …

HAM-01-COMMENCE MA LÉGENDE-le-i


(Plus facile)


(Chemin de lecture)


Poème original de Robert Browning

 

HAM-01-image02

Hamelin Town’s in Brunswick,
By famous Hanover city;
The river Weser, deep and wide,
Washes its wall on the southern side;
A pleasanter spot you never spied;

HAM-en-01-BUT , WHEN BEGINS MY DITTY-le-i


(more easy)


(Reading path)

 

(A tale much more current than one might think.
Provided you know how to transpose the terms

without touching children.)

La conclusion – Aurélien Bellanger – Allemagne (2)

Dans sa chronique quotidienne 
Aurélien Bellanger,
quasi-inégalable dans ses images/analogies/métaphores/…,
en sa course perpétuelle pour caser la totalité de sa « conclusion »
dans le temps imparti par France Culture
et donc
toujours à la limite de trébucher sur un des ses mots,
lancés à la vitesse d’une mobylette 103 kitée 80
qui poursuivrait une zundapp 50 
dont le conducteur lui aurait fait un pied de nez*
a dit/écrit.
(*pâle tentative ici pour tenter d’approcher le débit supraluminique d’A.B.)

« Le Moyen Âge comme nation : l’idée d’un achèvement quelconque de l’Occident dans les rues du premier bourg venu, d’un paradis modeste pour urbanistes prudents — non seulement tous les feux tricolores fonctionnaient à Sarrebruck, mais même leurs signaux sonores, système de redondance destiné aux aveugles, tintait impeccablement dans la petite ville :
mais d’aveugles, je n’en ai pas vu un seul, comme si ces tintements étaient là seulement pour en éterniser le souvenir médiéval. Je n’ai pas vu d’enfant non plus, d’ailleurs, et même pas

CONB04-UN CRI EN PASSANT -le-i

(Plus facile ici)


(Solution)

 

SOMBRE DUCASSE – LUCIEN SUEL – 3

Lucien Suel considère Sombre ducasse comme son texte quasi-fondateur
Les éditions QazaQ le publient à nouveau en ces jours, augmentée d’une préface et d’une biographie et bibliographie détaillées et inédites.

QUELQUES ENFANTS SE TORCHENT -letcr1-s

( les points verts indiquent le passage d’un mot à l’autre)


(à cliquer)

QUELQUES ENFANTS SE TORCHENT - letcr1-exp



—-

Extrait de  « Sombre ducasse »
Poèmes de Lucien Suel 


Parcours de lecture

QUELQUES ENFANTS SE TORCHENT - sr
(à retourner en cliquant)

 —

En clair

QUELQUES ENFANTS SE TORCHENT - txt0r

Lucien Suel en son SILO

____________________________

les TAGS
donnent des mots de la grille.

________________________________

Pour agrandir cliquer


Merci de signaler une erreur 


Ça ne s’arrange pas. Dans certains cas de schizophrénie, les confidences ont réussi à recoller les morceaux, mais ici, pas question ! Les sièges percés débordent ; quelques enfants se torchent avec les imprimés débiles qu’on leur a distribués à l’entrée.
Bruits de feuilles froissées. Grognements. Rien n’est vrai. Tout est permis. Rien n’est permis. Tout est vrai.
« -C’est quand même un peu fort ! gémit le pécore académique.
-Question de vocabulaire, lui répond le coulag. »

CAMPEMENTS – ANDRÉ DHÔTEL – 22

Un livret dédié à l’oeuvre d’André Dhôtel
(28 extraits provenant de quatorze romans et nouvelles
à redécouvrir en mots liés)
Pour saluer Dhôtel- livret N°1- 12 aout 2015

(cliquer sur l’image pour lire le livret)




LES ENFANTS PRENAIENT - letcr10

 (Pour une lecture plus lente)

LES ENFANTS PRENAIENT - letr1


Extrait du roman « Campement »
de André Dhotel

 —

Parcours de lecture

LES ENFANTS PRENAIENT - s

En clair  sur babelio

*

LES ENFANTS PRENAIENT - txt0

Un extrait plus long

LES ENFANTS PRENAIENT - txt1


Merci de  signaler une erreur 


On annonça la bonne nouvelle à Madame Laizy seulement au mois de mars. Tout semblait changé. Les enfants prenaient des poignées de la grèle tombée sur la route. Cependant le départ était lointain, peut-être impossible.

PROVERBES DE LA SAGESSE JUIVE – VICTOR MALKA – 02

LE MONDE NE SE MAINTIENT QUE PAR LE SOUFFLE DES ENFANTS QUI ETUDIENT

Extrait du recueil
« Proverbes de la sagesse juive »
de Victor Malka

 —

Parcours de lecture
LE MONDE NE SE MAINTIENT QUE PAR LE SOUFFLE DES ENFANTS QUI ETUDIENT-s

En clair sur babelio

*

(seconde partie de ce proverbe cité par Victor Malka)

____________________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Le monde ne se maintient que par le souffle des enfants qui étudient.