SUR LES TRACES DE NIVES – ERRI DE LUCA – 01

NOUS SOMMES LES ESCARGOTS DES SOMMETS-let

Extrait du récit « Sur la trace de Nives »
de Erri De Luca

Parcours de lecture

NOUS SOMMES LES ESCARGOTS DES SOMMETS-s

En clair

*

NOUS SOMMES LES ESCARGOTS DES SOMMETS-txt

_____________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Nous sommes les escargots des sommets.

LE CORPS MULTIPLE ET UN – FRANÇOIS DAGOGNET – 02

LORSQU ON NE VOIT PAS LA FRONTIERE IL CONVIENT DE LA DEVINER DE LA RECONNAITRE-let

Extrait de l’essai « Le corps multiple et un »
de François Dagognet

Parcours de lecture

LORSQU ON NE VOIT PAS LA FRONTIERE IL CONVIENT DE LA DEVINER DE LA RECONNAITRE-s

En clair

*

LORSQU ON NE VOIT PAS LA FRONTIERE IL CONVIENT DE LA DEVINER DE LA RECONNAITRE-txt

_____________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Lorsqu’on ne voit pas la frontière, il convient de la deviner, de la reconnaître.

LA CONJURATION DES IMBÉCILES – JOHN KENNEDY TOOLE – 02

J AI BIEN PENSE QUE LES VIBRISSES DE MES NARINES DETECTAIENT QUELQUE CHOSE D UNIQUE QUAND JE SUIS PASSE DEVANT LA PORTE-let

Extrait de « La Conjuration des imbéciles »

de John Kennedy Toole

Parcours de lecture

J AI BIEN PENSE QUE LES VIBRISSES DE MES NARINES DETECTAIENT QUELQUE CHOSE D UNIQUE QUAND JE SUIS PASSE DEVANT LA PORTE-s

En clair

*

J AI BIEN PENSE QUE LES VIBRISSES DE MES NARINES DETECTAIENT QUELQUE CHOSE D UNIQUE QUAND JE SUIS PASSE DEVANT LA PORTE-txt


On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


J’ai bien pensé que les vibrisses de mes narines détectaient quelque chose d’unique, quand je suis passé devant la porte.

LA PROMESSE DE L’AUBE – ROMAIN GARY – 01

« J’ai toujours eu, depuis, l’impression de comprendre les bêtes …»

LORSQUE DANS LA NUIT AFRICAINE J ENTENDAIS LES VOIX DES ANIMAUX SOUVENT MON COEUR SE SERRAIT-let

…quand j’y reconnaissais celles de la douleur, de la terreur, du déchirement»

Citation proposée sur babelio par madamelafee

Extrait du roman « La Promesse de l’aube»
de Romain Gary

Parcours de lecture

LORSQUE DANS LA NUIT AFRICAINE J ENTENDAIS LES VOIX DES ANIMAUX SOUVENT MON COEUR SE SERRAIT-s

En clair

*

LORSQUE DANS LA NUIT AFRICAINE J ENTENDAIS LES VOIX DES ANIMAUX SOUVENT MON COEUR SE SERRAIT-txt


_____________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Je suis incapable de transcrire ici ce que nous nous sommes dit. Ce fut une série de cris, de mots, de sanglots, cela ne relevait pas du langage articulé. J’ai toujours eu, depuis, l’impression de comprendre les bêtes. Lorsque, dans la nuit africaine j’entendais les voix des animaux, souvent mon cœur se serrait quand j’y reconnaissais celles de la douleur, de la terreur, du déchirement et, depuis cette conversation téléphonique, dans toutes les forêts du monde, j’ai toujours su reconnaître la voix de la femelle qui a perdu son petit.

UN SOIR (Les nuits de Malmont ) – ANDRÉ DHÔTEL – 05

« Il se fraya un chemin dans les herbes pour s’éloigner des deux femmes.
peut-être allait-il rencontrer Violette…« 

IL Y AVAIT DANS L AIR UN REPOS PLEIN DE FRAICHEUR QUI DONNAIT UNE VIE NOUVELLE AUX MOINDRES FIBRES DU CORPS-let

La nuit était si tempérée, si dénuée de vent et de bruit qu’il semblait qu’on n’aurait plus jamais besoin de dormir« 

Extrait de la nouvelle « Les nuits de Malmont »
de André Dhotel
(du recueil de Un soir  )

Parcours de lecture

IL Y AVAIT DANS L AIR UN REPOS PLEIN DE FRAICHEUR QUI DONNAIT UNE VIE NOUVELLE AUX MOINDRES FIBRES DU CORPS-s

En clair

*

IL Y AVAIT DANS L AIR UN REPOS PLEIN DE FRAICHEUR QUI DONNAIT UNE VIE NOUVELLE AUX MOINDRES FIBRES DU CORPS-txt


Lecture

_____________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Il y avait dans l’air un repos plein de fraîcheur qui donnait une vie nouvelle aux moindres fibres du corps.

LE DOMINICAIN BLANC – GUSTAV MEYRINK – 06

LE MONDE DE LA MAGIE EST PLEIN DE PERILS-let

—-

Extrait du roman « Le dominicain blanc »
de Gustav Meyrink

Parcours de lecture

LE MONDE DE LA MAGIE EST PLEIN DE PERILS-s

En clair (sur Babelio)

*

Citation de mireille.lefustec

LE MONDE DE LA MAGIE EST PLEIN DE PERILS-txt

____________________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Le monde de la magie est plein de périls.