CAMPEMENT – ANDRÉ DHOTEL – 03

« La lampe de cuivre fut allumée et posée sur la table qui seule brilla dans la salle, ainsi que les ferrures de la vieille armoire. .…  

LA CHEMINEE ETAIT PLEINE DE BRAISES ENSOLEILLEES QUI SE MIRAIENT DANS LES FENETRES VIDE DE LEUR CIEL-let                                                   … Gabriel regarda l’heure à l’horloge ancienne.
Sur l’émail était entrelacées des branches. »

Extrait du roman « Campement »
de André Dhotel

Parcours de lecture

LA CHEMINEE ETAIT PLEINE DE BRAISES ENSOLEILLEES QUI SE MIRAIENT DANS LES FENETRES VIDE DE LEUR CIEL-s

En clair

*

LA CHEMINEE ETAIT PLEINE DE BRAISES ENSOLEILLEES QUI SE MIRAIENT DANS LES FENETRES VIDE DE LEUR CIEL-txt


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


La lampe de cuivre fut allumée et posée sur la table qui seule brilla dans la salle, ainsi que les ferrures de la vieille armoire. La cheminée était pleine de braises ensoleillées qui se miraient dans les fenêtres vides de leur ciel.
Gabriel regarda l’heure à l’horloge ancienne. Sur l’émail était entrelacées des branches.

VENUS – LA DÉESSE MAGIQUE DE LA CHAIR – PIOBB – 01

« L’heure est venue d’opérer la synthèse de nos connaissances…

 A FORCE D ANALYSE, NOUS NOUS EGARONS DANS UNE MULTITUDE DE FAITS DONT NOUS N APERCEVONS PLUS LA COORDINATION-let

… Silence. »

Extrait de l’essai « VENUS – La déesse magique de la chair »
de Pierre Piobb

parcours de lecture

A FORCE D ANALYSE, NOUS NOUS EGARONS DANS UNE MULTITUDE DE FAITS DONT NOUS N APERCEVONS PLUS LA COORDINATION-s

En clair

*

A FORCE D ANALYSE, NOUS NOUS EGARONS DANS UNE MULTITUDE DE FAITS DONT NOUS N APERCEVONS PLUS LA COORDINATION-txt


___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


L’heure est venue d’opérer la synthèse de nos connaissances. A force d’analyse, nous nous égarons dans une multitude de faits dont nous n’apercevons plus la coordination. Mais, quand nous voulons rassembler les données de notre expérience positive, quand nous voulons, en un mot, faire la philosophie de nos sciences, notre raison se heurte à des mystères insondables. D’où viennent tous ces dieux devant lesquels l’humanité se prosterna et se prosterne encore ? A quoi servent tous ces mondes que notre oeil découvre dans le firmament étoilé ? Quels rôles jouent en face de l’univers les divers peuples qui s’agitent misérablement sur ce minuscule sphéroïde terrestre ? Mystère !

Lisières L12 – FRANCIS ROYO

Aux lisières d’analogos
(monde où les paroles dialogues entre elles
par dessus nos lèvres)
Francis Royo donne Lisières L 12

d’où ces paroles sont extraites et mises en cage
pour être mâchées avec lenteur.

Lisière L12-SAURAS TU DE NOUVEAU D UN REGARD ME GRAVIR-c

—-

en parcours de lecture
Lisière L12-SAURAS TU DE NOUVEAU D UN REGARD ME GRAVIR-s

En clair

Lisière L12-SAURAS TU DE NOUVEAU D UN REGARD ME GRAVIR-txt

(essai de lecture)

LES ENCHAÎNES – PHILIPPE DORIN – 03

« SABRINA : Entre Brad Pitt et toi ?
  ANDRÉ : Eh bien ? 
  SABRINA : Y a pas tant de différence.

  ANDRÉ : Tu crois ? 

 NON SI C ETAIT BRAD PITT QUI ETAIT ASSIS A TA PLACE DANS LE CANAPE MOI ÇA ME DERANGERAIT PAS DU TOUT-let

… Silence. »

Extrait de la pièce de théâtre « Les enchaînés »
Scènes de marionnettes

de Philippe Dorin

parcours de lecture

NON SI C ETAIT BRAD PITT QUI ETAIT ASSIS A TA PLACE DANS LE CANAPE MOI ÇA ME DERANGERAIT PAS DU TOUT-s

En clair

*

NON SI C ETAIT BRAD PITT QUI ETAIT ASSIS A TA PLACE DANS LE CANAPE MOI ÇA ME DERANGERAIT PAS DU TOUT-txt


___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


« SABRINA : Entre Brad Pitt et toi ?
  ANDRÉ : Eh bien ? 
  SABRINA : Y a pas tant de différence.

  ANDRÉ : Tu crois ? 
  SABRINA : Non ! Si c’était Brad Pitt qui était assis à ta place dans le canapé, moi ça me dérangerait pas du tout.

Silence.

CHARLY – JEAN TEULÉ – 07

« – Je sais que dorénavant dans le monde tout s’enfuit, tout s’étonne, et gémit à mon nom.

 OBSERVANT LE NOURRISON DANS LE BERCEAU IL REGRETTE MEME SA PROPRE NAISSANCE-let – Ah, si l’on m’avait dit en cette enfance molle et rose ceci ! Maintenant, des tics à l’œil et à la lèvre, dans son manteau bleu ciel des rois, il se dirige vers sa fille « 

Extrait du roman « Charly 9 »
de Jean Teulé

Parcours de lecture
OBSERVANT LE NOURRISON DANS LE BERCEAU IL REGRETTE MEME SA PROPRE NAISSANCE-s

L’extrait sur babelio

*

OBSERVANT LE NOURRISON DANS LE BERCEAU IL REGRETTE MEME SA PROPRE NAISSANCE-txt

_______________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


– Je sais que dorénavant dans le monde tout s’enfuit, tout s’étonne, et gémit à mon nom.
Observant le nourrisson dans le berceau, il regrette même sa propre naissance :
– Ah, si l’on m’avait dit en cette enfance molle et rose ceci ! Maintenant, des tics à l’œil et à la lèvre, dans son manteau bleu ciel des rois, il se dirige vers sa fille :