[Almanach] Marc Villard …

[Du polar
du dur
du vrai
du qui fait mal … dans le noir.]

Jeudi 24 mai 2012,
Les éditions Publie.net donnaient
de Marc Villard

« Petite mort sortie Rambuteau « 

TROUVEZ MOI DES SUSPECTS-letcr1-exp

                                                                       

(à cliquer pour obtenir le parcours de lecture)

Le passage en son entier


Proposition de lecture


 

 

Soleil d’agonie derrière les vitres souillées.

Becker se plante devant nous, salle principale du commissariat. Martial et vaguement méprisant.

— Garçons, vous allez me rapporter les couilles de Mekloufi. J’accrocherai ça derrière mon bureau.

Milou, rêveur. Je lève un cil.

— On ratisse Château-d’Eau, okay. Mais après ?

— Trouvez-moi des suspects, on les descendra à la cave. Ils veulent des résultats, ils en auront.

La gerbe. Tout ça pour deux RMI.

La cour dallée, le froid cinglant qui m’assassine. Et en vrac : Brigitte et le mouflet.

Trois nuits hypnotiques.

Partir, bordel, partir.

Joss. Joss. Joss.

Son corps de boue.

Sa langue qui m’avale.

Je prends Milou dans la Mégane. Faux airs de Sean Penn, veule et con à la fois.

— Tu te fais combien, Dan ?

— Ta gueule.

Qu’est-ce qu’il croit ? Je le lâche rue des Petites-Écuries.

— Hé, Dan, tu descends pas ?

— J’ai un truc sur le feu.

Son sourire de tantouze.

— Toujours cette pute…

J’agrippe son oreille et lui écrase la gueule contre le pare-brise. Et le balance, le cul dans les poubelles.

Première, seconde. Barbès, mon amour.

Le Balto marécageux où Joss pointe entre deux passes. Peux pas rentrer, j’en connais dix qui n’attendent que ça pour me virer aux archives.

Joss, please, sors de là. Lèche mon corps. Oh, Seigneur, mords-moi.

Une heure à fantasmer dans les relents de couscous.

Sonia, peroxydée, percute mes Ray Ban.

— Elle est pas là, sergent.

— Tu connais son adresse ?

— Pas vraiment. Je dirais Beaubourg, elle va voir des expos là-bas.

— Ouais.

Dix sacs pour Sonia. Trouve-la, bordel. Minuit, les yeux rouges, des visions aquatiques : les algues sur son cul brûlant.

Kodachrome.

Dormir.

Vingt minutes pour gagner Aubervilliers.

Gardinoux Street, le quatre pièces.

Vomir, vomir, Dieu,

donne-moi cette femme.

La porte blindée.

Brigitte.

Non pitié, pas Brigitte.

— Merci de rentrer, Dan, Lulu a une bronchiolite. T’es un vrai réconfort pour une femme.

Chier. Crève.

Le lit. Je plonge et m’endors dans la minute.

[Almanach] KMS …

[Ballade dans le passé
à travers la musique
qui l’a
et nous a
traversé.]

Jeudi 24 mai 2012,
Les éditions Publie.net donnaient
de Kill Me Sarah ( KMS)
« Chroniques des temps perdus et bande-son pour orgasme« 

ALEX CHILTON EST MORT-letcr1-exp

                                                                       

(à cliquer pour obtenir le parcours de lecture)

Le passage en son entier


Lies de Alex Chilton


Une lecture de Guillaume Vissac :


kms couverture

Pour une version papier :


Avant de tourner pour remonter vers la gare, un peu comme dans la chanson de Dylan, c’était comme si elle me disait par-dessus mon épaule, sans que je me retourne, we’ll meet again some day on the avenue. Le soleil m’a aveuglé, il était juste entre la rangée d’immeubles bordant le trottoir brillant, j’ai oublié la suite.
J’ai ensuite longtemps évité les avenues, avant de comprendre que les chansons ne disaient pas toujours la vérité.
P.S. : C’est après ça que j’ai acheté les albums de Big Star, en commençant par le troisième, il venait d’être réédité, le plus triste, celui où il y avait Holocaust, la version originale encore plus triste que celle de Devoto. Alex Chilton est mort mercredi dernier, j’ai cru voir un peu de fumée s’envoler dans le vent. Je n’ai pas osé me retourner.

[Almanach] Aimé Césaire …

[Il a marqué de son verbe dense et lumineux
la poésie de son siècle
l’a colorée du suc de ses racines
l’a projetée vers le ciel
tout en l’arrimant au coeur de la terre.]

Vendredi 24 mai 1946,
Les éditions Gallimard publiaient
le recueil de Aimé Césaire
« Les armes miraculeuses« 

VOLEZ EN ÉCLATS DE JOUR -letcr1-exp

                                                                       

(à cliquer pour obtenir le parcours de lecture)

Le passage en son entier


Proposition de lecture


La femme et le couteau

chair riche aux dents copeaux de chair sûre
volez en éclats de jour en éclats de nuit en baisers de vent
en étraves de lumière en poupes de silence
volez emmêlements traqués enclumes de la chair sombre volez
volez en souliers d’enfant en jets d’argent
volez et défiez les cataphractaires de la nuit montés sur leur onagres
vous oiseaux
vous sang
qui a dit que je ne serai pas là ?
pas là mon cœur sans-en-marge
mon cœur-au-sans-regrets mon cœur à fonds perdus
et des hautes futaies de la pluie souveraine ?

tournois
il y aura des pollens des lunes des saisons au cœur de pain et de clarine
les hauts fourneaux de la grève et de l’impossible émettront de la salive des balles des orphéons des mitres des candélabres
ô pandanus muet peuplé de migrations
ô nils bleus ô prières naines ô ma mère ô piste
et le cœur éclaboussé sauvage
le plus grand des frissons est encore à fleurir
futile