Almanach – 2 Mai 1916 – L’aide aux réfugiés

En France, la grande guerre fait rage, et tout particulièrement dans l’Est, d’où proviennent de nombreux réfugiés.
Ce jour-là, à la Comédie Française …
02-05-1916-LE 2 MAI 1916 MATINÉE DE LA COMÉDIE -letcr1-exp


Grille sans image
02-05-1916-LE 2 MAI 1916 MATINÉE DE LA COMÉDIE -letcr1(à cliquer pour l’agrandir)

Parcours de lecture

02-05-1916-LE 2 MAI 1916 MATINÉE DE LA COMÉDIE - sr

(à cliquer pour retourner)


L’affiche
02-05-1916-LE 2 MAI 1916 MATINÉE DE LA COMÉDIE - image

En clair

02-05-1916-LE 2 MAI 1916 MATINÉE DE LA COMÉDIE - txt0r

(à cliquer)


Des précisions

La bataille de Verdun

(Une moyenne de 2000 victimes par jour … on comprend la fuite des Lorrains
et leur désir de s’éloigner, notamment des bombardements.
Comme un écho lointain à ce qui se passe cent ans plus tard, à l’échelle de la planète.)

 


Le 2 mai 1916 matinée de la comédie française consacrée à des œuvres d’auteurs Messins au profit de réfugiés lorrains

JOURNAL DE LA BROUSSE ENDORMIE – Dans la chambre – SERGE MARCEL ROCHE –

[version au titre corrigé – Merci à Eric Schulthess
qui n’a visiblement pas une vie de lézard (sourire)²]


Journal de la brousse endormie - couverture

Serge Marcel Roche apprivoise nos esprits d’une phrase douce et puissante (à lire impérativement à haute voix) qui peu à peu nous fait pénétrer ce monde où il a choisi de vivre pour en partager les senteurs et les couleurs aussi vives que la flamme qu’on devine sans ses yeux.

À propos de ses poèmes* il dit :

(*Précédés dans l’oeuvre d’une introduction de Anna Jouy qui met en parallèle deux mondes visibles/invisibles.)

« Poèmes écrits dans la chambre, de nuit.
Lui à la table ne fait rien que chercher
la douceur trop souvent absente du cœur humain,
la cherche dans la forme enneigée de l’effraie,
le nid de l’oiseau-soleil,
le silence du bois,
le coq sur le toit,
les arbres des forêts
et la chair tremblante du vent sous le poids de la gloire.

Vient le jour,
son pendant à porter,
les pistes à départir,
les heures à remonter,
le prochain pas à faire
avec la terre battue du corps
sous le couvert des nuages. »

L’oeuvre est disponible (à ce jour gratuitement) aux éditions Qazaq (de Jan Doets)  ici


LE DÉCOR EST UNE MOUSTIQUAIRE - letcr1-exp
       

Extrait du recueil de poèmes

 « Journal de la brousse endormie »
de

Serge Marcel Roche

« La chambre »

Itinéraire de lecture

LE DÉCOR EST UNE MOUSTIQUAIRE - sr

En clair

LE DÉCOR EST UNE MOUSTIQUAIRE - txt0r

 Un extrait plus long
LE DÉCOR EST UNE MOUSTIQUAIRE - txt1r

Proposition de lecture de ce passage

Serge Marcel Roche en ses lieux virtuels : Chemin tournant



Dans la chambre, le décor est une moustiquaire. Lui, rêve de murs blancs, d’une case au bord de la rivière, d’une pile de livres à terre pour franchir le jour, passer d’une rive à l’autre dans l’esprit, revenir à la nuit, dormir à la frontière. Il cherche la forme de sa vie, pour n’avoir pas sans cesse à fuir l’inconcevable présent, l’impossible destin, le parti pris du monde qui lui fut imposé. La mise en terre de toute naissance.