Filatures en soi – 3- Dominique Hasselmann – 3- Les vignes du saigneur


Filatures-couverture-QazaQ-225x300

Ambiance polar pour ces 29 petits morceaux du quotidien, auxquels Dominique Hasselman applique de subtiles distorsions.

Livre électronique illustré de photographies de l’auteur (excepté une)
 

L’oeuvre est disponible aux éditions Qazaq (de Jan Doets)  ici


[le jeu de mot du titre laisse présager du pire …
ce n’est pas un présage … ]

IL TRAÎNA LE CORPS PAR - letcr1-exp

(Grille sans image
à cliquer)

IL TRAÎNA LE CORPS PAR - letcr1

Parcours de lecture

IL TRAÎNA LE CORPS PAR - sr

(cliquer pour retourner)

En clair

IL TRAÎNA LE CORPS PAR - txt0r

Un extrait plus long

IL TRAÎNA LE CORPS PAR - txt1r

Extrait du début jusqu’à …



Là, ça se verrait moins : ton sur ton, rouge sur rouge. Il traîna le corps par les pieds, les cheveux blonds balayaient le sol caillouteux mieux qu’un instrument domestique. Des feuilles mortes s’accrochaient au visage défait. 
Oh, elle ne pesait pas très lourd, elle se laissait faire, on aurait presque pu croire qu’elle y mettait du sien. Entre les ceps noueux (les ceps sont  toujours noueux), il se frayait un passage, il fallait aller assez loin pour perdre la route de vue.

 

Etat d’ur – ça ne suffira pas

Tout ça ne va pas vraiment passer comme dans un fauteuil

LES NOMBREUX SAVENT BIEN QUE - letcr1-exp-

LES NOMBREUX SAVENT BIEN QUE - sr

LES NOMBREUX SAVENT BIEN QUE - txt0r


« Les journées de juin 1848 – mille cinq cents morts durant les combats, mais plusieurs
milliers d’exécutions sommaires parmi les prisonniers, l’Assemblée qui accueille la reddition de la dernière barricade au cri de «Vive la République!» – et la Semaine sanglante sont des taches de naissance qu’aucune chirurgie n’a l’art d’effacer. »

« Un gouvernement qui déclare l’état d’urgence contre des gamins de quinze ans. Un pays qui met son salut entre les mains d’une équipe de footballeurs.
Un flic dans un lit d’hôpital qui se plaint d’avoir été victime de « violences ». Un préfet qui prend un arrêté contre ceux qui se construisent des cabanes dans les arbres. Deux enfants de dix ans, à Chelles, inculpés pour l’incendie d’une ludothèque.
Cette époque excelle dans un certain grotesque de situation qui semble à chaque fois lui
échapper. Il faut dire que les médiatiques ne ménagent pas leurs efforts pour étouffer dans les registres de la plainte et de l’indignation l’éclat de rire qui devrait accueillir de pareilles nouvelles. »

(IQV 2007)