« Le pays où l’on arrive jamais » – André Dhôtel – page 20

P19-SOUDAIN IL AVAIT COMPRIS - imageP20-LÀ TU OUVRES LA FENÊTRE-image

 

« Je n’ai jamais interdit à un élève
de regarder par la fenêtre.»


disait André Dhôtel à propos de
cette ultime forme de l’école buissonnière
qui est encore possible (?) de nos jours.

C’est ce que le Livre permet depuis toujours
fenêtre ouverte sur
ce qui buissonne à deux pas de nous.


Vingtième page,
Gaspard va tenter quelque chose
C’est l’heure des adieux
Gaspard a un plan
L’enfant fugitif
peut compter
sur lui

 


«  Peut-être je ne te reverrai plus. En tout cas, écoute-moi bien. Je vais revisser l’écrou du tuyau, et puis je frapperai sur le tuyau. Alors tu compteras lentement jusqu’à mille. Lentement, tu as bien compris. Ne t’occupe de rien d’autre. A mille, tu sors de ta chambre et tu descends jusqu’au premier étage.  »…
  

P20-LÀ TU OUVRES LA FENÊTRE-let


 

P20-LÀ TU OUVRES LA FENÊTRE-image


…Là tu ouvres la fenêtre, tu sautes dans la cour, et après tu verras bien. Je te promets qu’il n’y aura personne …»

____________

La présence d’un enfant rebelle
est le petit incident
qui dérègle tout ce que
la tante raisonnable avait mis de mécanique
pour capturer Gaspard
Si on demandait à celui-ci
pourquoi il agit ainsi
probablement qu’il n’aurait pas
de mots pour le dire « clairement »

Il faut croire qu’il n’est pas
des disciples de Boileau.

Sur la table – Murièle Modely – 1

Avec ce recueil, Murièle Modely, a rejoint le groupe des poètes et poétesses de Qazaq.
Écriture qui se construit en construisant le monde et le pose ici tout entier « sur la table »
ou tout du moins ce qui mérite d’y être posé
quant au reste « on se contrefout »

L’oeuvre est disponible aux éditions Qazak (de Jan Doets)  ici

 L’illustration de la couverture ainsi que
celles du recueil lui-même sont de Maxime Dujardin


[Pour ce qui est de la découverte du monde
et de tout ce qu’il dissimule à ceux
qui en parcourent les courbes en nouveau voyageurs,
ici est adressé un demi-reproche à … ]

« Personne…

   NE M AVAIT PRÉVENU QUE - letcr1-exp

 

 « Sur la table»
de Murièle Modely

Itinéraire de lecture

NE M AVAIT PRÉVENU QUE - sr
(à cliquer pour le retourner)

 En clair

NE M AVAIT PRÉVENU QUE - txt0r

Proposition de lecture :


Murièle Modely en ses contrés virtuelles de « L’Oeil bande« 



LE VILLAGE PATHÉTIQUE – ANDRÉ DHÔTEL – 17

[L’humain et sa méteo
tout aussi incompréhensible
que celle de la terre.]


 TOUT LE MONDE CONNAÎT - letcr1-exp1    

 —
(ou à cliquer)
TOUT LE MONDE CONNAÎT - letcr1-exp

Extrait du roman « Le Village pathétique »
de André Dhotel

 —

Parcours de lecture

TOUT LE MONDE CONNAÎT - s

En clair

TOUT LE MONDE CONNAÎT - txt0

 Un extrait plus long

TOUT LE MONDE CONNAÎT - txt1

Proposition de lecture


 Merci de  signaler une erreur 


Tout le monde connaît ces sentiments à éclipses et personne ne pourra jamais dire sur quoi ils reposent exactement. Odile combinait des pensées monotones. Aucun garçon ne cherchait à lui parler. Elle évita de traverser Charleville ou Sedan et regagna la région de Vaucelles par un réseau de voies exiguës. Après avoir dépassé les jardins dont l’autobus frôla les dahlias, on parvint sur la face d’un plateau d’où la vue s’étendait au loin. Odile bloqua les freins, affirmant qu’il était trop tôt pour rentrer, et tous descendirent. On se promena sur la route. A une dizaine de kilomètres, sur une colline saillante et longue parmi d’autres plus abruptes, brillait le village de Vaucelles. Monclin, toujours silencieux, regarda dans une longue-vue dont il s’était muni et passa quelque temps à rechercher des points de repère, l’école, la chapelle et la mairie perdues au milieu des murs. L’Auberge du Soleil, trop en vue, ne présentait pas d’intérêt. Il s’écria : – Je vois le fumier de chez Blunay. 

HUIT HISTOIRES DE FANTÔMES – La petite voix des morts – JEAN-BAPTISTE FERRERO – 6

« Le monde est une vaste chambre pleine de recoins, de cachettes et d’ombres où se dissimulent des ombres. La plupart
des gens ne s’en rendent pas compte, tout occupés qu’ils sont à se livrer à de graves et inutiles affaires de première importance. Ils s’agitent, caquètent, paradent et se pavanent, amoureux de leurs reflets dans les flaques d’eau et aveugles, sourds à tout ce qui n’est pas eux.
Moi, j’ai arrêté de jouer il y a longtemps.
Quand Elle est partie. »
(De la préface)

Une présentation chez les cosaques des frontières

L’oeuvre est disponible à l’achat  (2€49 au format epub ou pdf )
aux éditions Qazak (de Jan Doets)  ici


[Il n’y a pas que du noir et du gris dans ces histoires de Jean-Baptiste Ferrero

il y a aussi des accalmies.]

ELLE FAISAIT PARTIE DE CES - letcr1-exp

        …et pour qui l’écoute ne constitue pas un effort mais une seconde nature.

Elle me fit asseoir dans le cagibi qui lui servait de bureau et dont les murs étaient tapissés de dessins d’enfants.
– Alors monsieur qu’est–ce qui vous amène ?
« 

Extrait de « Huit histoires de fantômes – la petite voix des morts »
de Jean-Baptiste Ferrero

 « Le visage à la fenêtre »

Itinéraire de lecture

ELLE FAISAIT PARTIE DE CES - s

  —

 En clair le passage complet

ELLE FAISAIT PARTIE DE CES - txt1


Merci de signaler une erreur 


Elle faisait partie de ces personnes trop rares qui semblent avoir toujours tout leur temps à vous consacrer et pour qui l’écoute ne constitue pas un effort mais une seconde nature.

Elle me fit asseoir dans le cagibi qui lui servait de bureau et dont les murs étaient tapissés de dessins d’enfants.

– Alors monsieur qu’est–ce qui vous amène ?

LA CROISÉE DES MARELLES – ISABELLE PARIENTE-BUTTERLIN et LOUISE IMAGINE

Chez Publie.net

Isabelle Pariente-Butterlin nous dit quelques mots à propos de la croisée des marelles  :
« Kafka pense que le bonheur est quelque chose de mousseux. Quand nous les avons conçues, chacune de ces croisées des marelles était une bulle à l’intérieur de la structure du monde. C’est très précisément une histoire d’amitié qui est racontée ici, entre l’image et le texte, qui se répondent, s’entendent, se tiennent et forment une bulle de rêverie à l’intérieur du monde. »

————–

COMME UN JOUR DE NEIGE - letcr1

Extrait du recueil

« La croisée des marelles »

où se croisent les textes de
Isabelle Pariente-Butterlin
et les photographies de
Louise Imagine

 —-

Parcours de lecture

COMME UN JOUR DE NEIGE - s

 L’extrait en clair sur babelio

*

COMME UN JOUR DE NEIGE - txt0

Un extrait plus long
COMME UN JOUR DE NEIGE - txt1

Présentation sur Publie.net

En librairie de Publie.net

Chez Gabriel Franck

____________________________

Les TAGS
donnent des mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir cliquer


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur 


Comme un jour de neige, au petit matin, la neige est encore intacte, personne ne l’a foulée salie écrasée et le silence qui plane dans l’air comme un parfum est délicieux et absolument inespéré. D’autant plus gracieux que sa grâce éphémère et fragile disparaîtra bientôt sous les pneus encrassés des voitures dans un craquement crissement frottement et les pas de l’insomniaque sont seuls à l’apprécier dans ce que l’angoisse lui a permis de gagner sur l’angoisse.

RENTREZ SANS MOI – CHRISTINE ZOTTELE – 6

Rentrez sans moi - couverture« À la mémoire de Lise Bonnafous* et de Nathalie Filippi* et à tou(te)s les immolé(e)s du silence… » Christine Zottele
L’oeuvre est disponible aux éditions Qazak (de Jan Doets)  ici

(* Liens ajoutés ici)

 

VOUS AVEZ REUSSI A CRISTALLISER - letc1… en moi. »

        

      —
Une lecture plus lente
(cliquer)

VOUS AVEZ REUSSI A CRISTALLISER - let1

                          

Extrait de « Rentrez sans moi » de Christine Zottele 

Brouillons et notes éparses
4 – Prof en miettes

 —

Itinéraire de lecture

VOUS AVEZ REUSSI A CRISTALLISER - s

En clair

VOUS AVEZ REUSSI A CRISTALLISER - txt0

 Extrait plus long

VOUS AVEZ REUSSI A CRISTALLISER - txt1


N’hésitez pas à signaler une erreur 


Je vous adresse cette lettre personnellement car vous avez réussi à cristalliser en votre petite personne toute l’aigreur et toute la haine que je ne savais pas avoir en moi. Le gentil petit soldat obéissant est devenue une tueuse redoutable.

UN FOU ORDINAIRE – Edward Abbey – 1



PERSONNE A MA CONNAISSANCE - letc1                                                             

—-

dans le roman  » Un fou ordinaire « 

de Edward Abbey

Parcours de lecture

PERSONNE A MA CONNAISSANCE - s

En clair (sur Babelio)

*

 —

PERSONNE A MA CONNAISSANCE - txt

PERSONNE A MA CONNAISSANCE - txt2

l’extrait … et ce qu’il y a autour


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur 


Personne, à ma connaissance, n’a encore tenté de faire entrer le désert américain dans la fiction, c’est-à-dire de placer le désert lui-même – paysage, lumière, air, habitants primordiaux – dans le rôle de personnage principal d’un roman. C’est probablement impossible . Pour ce qui me concerne, entraîné comme je le fus il y a seize ans dans mes errances désertiques, je n’ai plus l’intention d’écrire quoi que ce soit d’autre sur un sujet aussi stérile et désolé. Cet ouvrage sera mon dernier livre “écrit sur le sable”. Plus jamais je ne vandaliserai la pente vierge d’une dune avec mon inopportune signature. Je n’ai rien de nouveau à dire sur les vautours, le roc, les scorpions, les insectes, les alcalins, le silence, la mort ou la sphinxienne roche Medusa qui attend les imprudents au bout, au fond, au bout du fond de l’ultime cul-de-sac de Skeleton Gulch. Je passe le flambeau à d’autres voix, plus jeunes et plus optimistes.

NO ET MOI – DELPHINE DE VIGAN – (Citations choisies par des élèves ) – 11 – (Lucien G.)

   Lettres au collège de Buis les Baronnies

                                        

SELON LES ESTIMATIONS IL Y A ENTRE TROIS CENT ET DEUX CENT MILLE PERSONNES SANS DOMICILE FIXE-let

                                 … quarante pour cent sont des femmes, le chiffre est en augmentation constante. « 

Extrait du roman « No et moi« 

de Delphine de Vigan

collecté et proposée par Lucien G.

Son commentaire :

SELON LES ESTIMATIONS IL Y A ENTRE TROIS CENT ET DEUX CENT MILLE PERSONNES SANS DOMICILE FIXE-com

Parcours de lecture

SELON LES ESTIMATIONS IL Y A ENTRE TROIS CENT ET DEUX CENT MILLE PERSONNES SANS DOMICILE FIXE-s

En clair
*

SELON LES ESTIMATIONS IL Y A ENTRE TROIS CENT ET DEUX CENT MILLE PERSONNES SANS DOMICILE FIXE-txt

La phrase complète

SELON LES ESTIMATIONS IL Y A ENTRE TROIS CENT ET DEUX CENT MILLE PERSONNES SANS DOMICILE FIXE-txt2


On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Selon les estimations il y a entre 200 000 et 300 000 personnes sans domicile fixe, 40 % sont des femmes, le chiffre est en augmentation constante. Et parmi les SDF âgés de 16 à 18 ans, la proportion de femmes atteint 70 %. Vous avez choisi un bon sujet, mademoiselle Bertignac, même s’il n’est pas facile à traiter, j’ai emprunté pour vous à la bibliothèque un ouvrage très intéressant sur l’exclusion en France, je vous le confie, ainsi que cette photocopie d’un article récent paru dans Libération. Si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à me solliciter. Je compte sur vous pour faire un exposé moins rébarbatif que ceux de vos collègues, vous en avez les capacités, je vous laisse filer, profitez de votre récréation.

NO ET MOI – DELPHINE DE VIGAN – (Citations choisies par des élèves ) – 2 – (Noémie J.)

Lettres au collège de Buis les Baronnies

UN JOUR ON S'ATTACHE A UNE SILHOUETTE A UNE PERSONNE ON POSE DES QUESTIONS ON ESSAIE DE TROUVER DES RAISONS-let

…des explications. »

Extrait du roman « No et moi« 

de Delphine de Vigan

collecté et proposée par Noémie J.

Commentaire :

UN JOUR ON S'ATTACHE A UNE SILHOUETTE A UNE PERSONNE ON POSE DES QUESTIONS ON ESSAIE DE TROUVER DES RAISONS-com

 —

Parcours de lecture

UN JOUR ON S'ATTACHE A UNE SILHOUETTE A UNE PERSONNE ON POSE DES QUESTIONS ON ESSAIE DE TROUVER DES RAISONS-s

En clair

UN JOUR ON S'ATTACHE A UNE SILHOUETTE A UNE PERSONNE ON POSE DES QUESTIONS ON ESSAIE DE TROUVER DES RAISONS-txt

cliquer dessus


On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Un jour, on s’attache à une silhouette, à une personne, on pose des questions, on essaie de trouver des raisons des explications.