Dictionnaire de l’académie française – Rouge, Vert.

L’évolution des définitions des mots, nous dit beaucoup des portes par lesquelles le sens entre en nous.

 

Rouge édition actuelle

 

Le 11 mai, une partie de la France sera à une des extrémité du spectre … des couleurs.

Metz à l'autre bout du spectre

Jarny à l'autre bout du spectre

Tandis que l’autre …

Vert 1935

(Grâce au retard qu’a pris l’Académie des 40  dans son dictionnaire ?)
… retrouvera l’accès à la nature, aux jardins, aux parcs,
à leur feuilles, leur herbe …Buis les Baronnies retrouve le vert


QUAND LA PERCEPTION-let


Ancienne définition pour l’adjectif rouge

Rouge 1694

Contrairement à la définition récente proposée, celle-ci donne immédiatement à voir une image à notre pensée.

contes-et-histoires-arc-en-ciel-quatorze-nouvelles-sous-le-signe-de-la-diversite-02
Sous l’action conjuguée de la disparition (par disqualification) de la perception directe liée à l’émotion, l’abstraction est devenue progressivement une seconde nature chez l’humain. Au point que la plupart d’entre nous pense qu’il y a une limite précise et objective entre deux couleurs… avant cette limite, ce serait de l’orange, après elle ce serait du rouge.

Et cette croyance en est venue à asservir notre perception au point que, lorsque nous regardons l’arc en ciel, nous voyons distinctement (5,) 6 (ou 7) couleurs !

arc_en_ciel_cc_cheryl_brind

(On peut en guérir !
En fixant suffisamment longtemps une photographie de l’arc en ciel, et en laissant l’oeil libre de … « penser » jusqu’au cerveau – sans passer par la douane filtrante de l’abstraction – , nous pouvons parvenir à voir … l’absence de limite et un dégradé infini entre les deux extrémités du spectre.)
Concernant les couleurs, cette atteinte à notre perception n’a pas de grosses conséquences … pour le reste, nous en voyons l’effet, sans souvent en comprendre la cause, tous les jours. La capacité à l’abstraction étant considérée comme la base de l’intelligence* et pour cette raison devenue l’outil de sélection des élites … ceux qui, à ce jour, sont au commandes de ce monde.


*L’abstraction, c’est à dire la non prise en compte d’un grand nombre de dimensions de la réalité permet ce qui est le plus recherché dans nos civilisation : la vitesse et l’efficience (maximum de « résultats » avec un minimum de ressources.)

Le mythe de la machine – Lewis Mumford – modification des perceptions

Pourquoi il faut (re)lire « Le Mythe de la machine »

Plus de cinquante années après sa publication
(Réédité récemment, sa première impression a été rapidement épuisée)


« Il n’est pas possible de comprendre le rôle que la technique a joué dans l’évolution de l’humanité sans porter un regard plus aigu sur la nature historique de l’homme.
Or ce regard s’est profondément brouillé au cours des cent dernières années, conditionné qu’il a été par un milieu social brusquement confronté à une succession ininterrompue d’inventions mécaniques qui ont balayé les savoir-faire et les institutions anciennes, …

LMDLM04-TOUT EN TRANSFORMANT-let-i


Un bon indicateur de ce que dit là Lewis Mumford se trouve dans la disparition progressive de la nuance.
Loin d’une perception de la parole, du mot, de l’écrit, de ce qui se dit, que pouvaient avoir (à l’excès parfois) les cabalistes, où encore de nos jours ceux qui passent une grande partie de leur vie à interpréter des écritures considérées comme saintes (et elles le sont d’une certaine manière, si elles ont traversé les siècles jusqu’à nous.) ce qui devient la norme est une perception réduite à un contour précis (souvent disputé) à la manière du langage scientifique (ou des organismes de certification). Les mots n’ont plus un espace de signification, mais celle-ci est réduite à un point.
Ainsi « complexe et compliqués étant donnés comme synonymes, c’est qu’ils ont le même sens » (réponse faite à une tentative de nuance concernant ces deux concepts. A la limite ON acceptera que complexe signifie « très compliqué » )
La technologie que nous utilisons, et notamment le simple bouton poussoir, modifie notre perception de la réalité. Privilégiant la notion de oui/non , vrai/faux , dehors/dedans, alors que, concernant cette dernière opposition, dans le monde réel on ne passe pas, comme en mathématiques d’un état ou lieu à un autre sans transition.
Seules les mathématiques peuvent « imaginer » un point d’épaisseur nulle, comme par exemple (dans le domaine du temps) celui qui est à la fois aujourd’hui et demain et que l’on peut aussi bien nommer 24h et 00h00 (ce qui met en évidence cette double appartenance)*.

____
* Les points/Le lieu où deux lèvres se rencontrent sont/est à la fois sur l’une et sur l’autre lèvre.
Ce qui est bien sur, totalement faux (ou autrement vrai) du point de vue de la physique des particules.

*

Le mythe de la machine – Lewis Mumford – domestication

Pourquoi il faut (re)lire « Le Mythe de la machine »

Plus de cinquante années après sa publication
(Réédité récemment, sa première impression a été rapidement épuisée)


« Dotée de cette nouvelle « mégatechnique », la minorité dominante mettra en place une structure supra-planétaire uniforme, englobant tout, conçue pour fonctionner de manière automatique. L’homme n’agira plus de façon autonome, il deviendra un animal passif*, sans but, conditionné par la machine. Etant donnée le rôle que les techniciens assignent à l’homme aujourd’hui, soit il sera dévoré par la machine, …

LMDLM02-SOIT ELLE ASSERVIRA-let-i


* Lewis Mumford aurait pu dire « domestique ».
C’est à dire un animal ayant perdu une grande partie de ses capacités perceptives (la machine agissant alors comme un médiateur entre le réel et … les peaux- ce qui englobe la rétine, le tympan, …) et par conséquence de ses capacités mentales.
Car la nourriture première de la pensée est la perception (Tommaso Campanella
)


 

BALIVERNES HIVERNALES – JY – 1 –

« Balivernes hivernales est …

 L HISTOIRE DE PERCEPTIONS FURTIVES - letcr1-exp

Extrait des « Balivernes hivernales »

de JY

Pour une lecture plus facile
apprendre à lire les mots liés
(à retourner)

L HISTOIRE DE PERCEPTIONS FURTIVES - letcr1-expSR

Parcours de lecture
(à retourner en cliquant)

L HISTOIRE DE PERCEPTIONS FURTIVES - sr

En clair

L HISTOIRE DE PERCEPTIONS FURTIVES - txt0r

 

___________________________________

Pour agrandir une image, la cliquer


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Balivernes Hivernales est l’histoire de perceptions furtives, au commencement de l’écriture d’un traité d’esthétique du désarroi.

LA MACHINE UNIVERS – PIERRE LÉVY – 02

 

LES SCIENTIFIQUES NE CONCOIVENT - letc1-exp


—-

Extrait de l’essai  » La machine univers. Création et culture informatique

  »
de Pierre Lévy


Note à voir plus bas*


Parcours de lecture

 LES SCIENTIFIQUES NE CONCOIVENT - sr

En clair (sur Babelio)

*

Pierre Levy en son Blog

____________________________

Les TAGS
donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


* Près de 30 ans après l’écriture de ce livre, une question plus que jamais d’actualité, notamment lorsqu’on se préoccupe du « rendement décroissant » du système éducatif, en France (certes) et (ce qui est bien plus significatif) dans le monde entier.

Actuellement, dans l’enseignement des mathématiques, la notion d’algorithme prend une place de plus en plus importante. Il en est de même de tout l’outillage nécessaire pour maîtriser  les savoirs faire correspondant.
Dans le même temps, la géométrie et tout ce qui est relatif à l’étude d’un lieu continu autrement que comme limite du discontinu, disparaît.

On pourra lire à ce propos l’ouvrage de Gilles Dowek étonnamment récompensé par le  Grand Prix de Philosophie de l’Académie Française alors qu’il réduit précisément la pensée au calcul dans des développements sans grande originalité si ce n’est quelques provocation – il faut espérer que ce n’est pas le fond de sa pensée –  (en substance) On s’étonnera que des hommes aient un jour fait des démonstrations « à la main ».

Il ne s’agit pas d’avoir des regrets d’une époque révolue, mais simplement de comprendre ce qui se joue au niveau même de notre perception du réel, y compris aux frontières  de notre compréhension, en ces lieux où nous l’imaginons plus que nous le saisissons.


Quand les simulations par ordinateur remplacent de plus en plus l’expérience et que la logique des banques de données impose ses codes au langage scientifique, avons-nous toujours affaire à ce que nous avions l’habitude de nommer la science ?
Le traitement de l’information est en passe de devenir le modèle dominant pour penser les processus physiques et biologiques.
Déjà les sciences de la cognition ne conçoivent plus la mémoire, l’apprentissage ou la perception que schématisés par des algorithmes.