La beauté / la grâce

Il est bien plus facile à la science de définir pour l’art (qui n’en demandait pas tant*), les divines pro-portions ou les canons de la beauté
que de donner la moindre indication à propos de ce qui, dans le déséquilibre et le défit à ces normes produit un frémissement aux caractéristiques tout à fait aléatoires, du coeur à la peau.
la-beaute-est-souvent-le-resultat-let la-grace-est-toujours-let

L’image de synthèse, la musique qualité cd, ont longtemps fasciné du fait de la disparition, du grain, de la poussière.

Mais c’est une amplitude excessive (dosée) des hanches (d’un tissus) …, une note un peu en avance, en retard par rapport à la norme de la partition …, qui créent la grâce.

[ceci n’est bien sur
– tout comme un poison –
utile/vrai qu’en quantité infime]


la-beaute-est-souvent-le-resultat-letex1

la-grace-est-toujours-letex


La beauté est souvent le résultat d’un effacement.
La grâce est toujours celui d’un ajout.


Dans une époque frileuse, craintive
et dont
toutes les expressions vitales sont scientifiquement normées
on préférera bien entendu
la beauté à la grâce.


* Je ne parle pas ici des artistes. Chez eux, les avis sont … très partagés.

Technique et Civilisation – N°0 – Lewis Mumford

*

*

*pour-reconquerir-la-machine-let

*

[En 1934 on pouvait
croire
espérer
cette vague là.]


Lewis Mumford ouvre, avec cet essai (qu’il prolongera plus tard par « Le mythe de la machine ») une porte que bien peu après lui emprunteront.
Et c’est bien regrettable. Car il manque un peu de clarté en cette nuit dans laquelle nous nous enfonçons un peu plus, chaque fois qu’un nouvel objet technologique est inventé … sans autre squelette (ou âme) que son « cahier des charges fonctionnel »


extrait de la page 16

pour-reconquerir-la-machine-letex

(pour le parcours de lecture, cliquer sur l’image)

___


Lecture du chapitre « But de cet ouvrage »


Pour reconquérir la machine et la soumettre à des fins humaines, il faut d’abord la comprendre et l’assimilier.

LA PENSÉE MOLLE – DANIEL ACCURSI – 04

*peut-on-echapper-a-la-machine-moralisante-let

*

*

*

*

 


 

[airbag de l’esprit ou camisole]

peut-on-echapper-a-la-machine-moralisante-letx

Extrait de l’essai « La Pensée molle »

de Daniel Accursi

(voir article de l’Hebdo.ch : Sus à la pensée camembert !


Peut-on échapper à la machine moralisante, celle qui marche avec des pantoufles ?
L’homme est asphyxié par les miasmes de la tradition et de la hiérarchie.
Le moralisme comme un engluement, comme un édredon, comme un immense ventre mou, comme une pluie de lieux communs, comme une transcendance inexorable, comme un voile noir funèbre.

HOPPER, ou « La seconde échappée » – CHRISTINE JEANNEY -« South Carolina morning »

c-est-le-propre-du-reve-letc

*

*

*

*

*

 

J’ai déjà évoqué le livre de Christine Jeanney aux éditions Qazaq, en version numérique, 21 textes consacrés à 21 tableaux de Hopper.

« Hopper ou « la seconde échappée »

[ Évocation de cette temporalité particulière aux œuvres de Edward Hopper dont Christine Jeanney donne à percevoir l’épaisseur et la texture à travers ces 21 écrits.]

L’oeuvre est disponible aux éditions QazaQ (de Jan Doets)
(cliquer sur le titre)

Ici c’est à propos de son texte sur le tableau intitulé :
« South Carolina morning »

c-est-le-propre-du-reve-letex

Proposition de lecture :

 

 


Christine Jeanney  aux édition  Qazaq
chez publie.net

son espace d’écriture sur la toile : Tentatives


Elle amplifie le ciel et le chemin à parcourir jusqu’aux limites de la terrasse, du paysage, et de la terre, elle force la hauteur des murs, étend les branches du labyrinthe aux couloirs qu’on devine à l’intérieur, derrière son dos, qu’elle cache et offre en même temps avec son air « viens les chercher ». C’est le propre du rêve d’emmener clairement où l’on ne sait pas marcher, du contraire au contradictoire, d’élever des maisons en équilibre instable en bord de vide.
Une fois de plus, c’est tournoyant (peut-être ça l’explication de la seconde figée en vol, elle dépasse la logique, elle tourne sur elle-même alors que rien ne l’y prépare que de fines courbes et des lignes toutes droites).

Et si la haut … c’était en bas … ?

Et réciproquement.


Il est à peu près acquis
que c’est en devenant plus fragile (perte des poils qui protégeaient sa peau) que l’homme a acquis une sensibilité et les habiletés qu’on lui connait
que c’est en adoptant la station debout, perdant ainsi de la performance à la course, se trouvant moins caché, plus vulnérables, qu’il a mieux maîtrisé visuellement son environnement.

Bien plus en amont, la rétine est une partie de la peau qui s’est fragilisées davantage pour mieux déchiffrer la (la cicatrice de la) blessure que lui fait la lumière

Aussi on peut s’interroger sur la phase actuelle de son … évolution.

s-il-est-vrai-que-l-humain-a-evolue-letex

 


S’il est vrai que l’humain a évolué parce qu’il était moins adapté au réel son accession au confort est alors une régression

Le robot, la bête et l’homme

*je-trebuche-donc-je-suis-let

*
Le titre de cette page fut le thème des Rencontres Internationales de Genève de 1965.

(Le texte est disponible ici)

Encore fascinés par les progrès de la machine dans sa capacité à simuler l’humain, nombreux étaient alors ceux qui voyaient là les prémices d’une « intelligence » ou même dans l’automatisation de procédés utilisés en poésie par certains, une oeuvre « plus poétique » que celle d’Eluard, dans une séance de dégustation en aveugle

(p 238, lire les deux textes avant la présentation qui en est faire, celle-ci annonce lequel est le vrai – coquille dans la prise de note ? ).

Que reste-t-il à l’homme 50 ans, plus tard, alors qu’on pense à l’augmenter (corps et pensée) grâce aux performances de la machine ?


La fragilité, l’hésitation, le déséquilibre ?

je-trebuche-donc-je-suis-letx5


Je trébuche, donc je suis !

Assis face à la montagne Chin ting – [Cartes Postales de la Chine ancienne]

et-disparaissent-le-nuage-solitaire-let

*

*

*

[quand le Je s’émiette]

*

*

*


Un des poèmes de
« Cartes Postales de la Chine ancienne »
Traductions de l’Apatride
(auquel Anh Mat a prêté sa voix)
publié aux éditions Qazaq

Disponible au format numérique pour le prix d’un café en bord de mer

« Les oiseaux s’envolent haut  …

et-disparaissent-le-nuage-solitaire-letcx


 

Anh Mat a également publié
aux éditions Publie.net

« Monsieur M« 


assis face à la montagne Chin ting

les oiseaux s’envolent haut et disparaissent
le nuage solitaire oisif doucement s’éloigne
assis seul et sans lassitude
face à la montagne Chin ting