« La grande beuverie » – René Daumal – Dialogue laborieux – 14 –

A14- UN SPECTACLE TERRIFIANT-image

La grand beuverie - en Calabre

Tout ce qui est sans chair et sans émotion vraie, en prend pour son grade dans cette oeuvre truculente.


Dialogue laborieux – 14 –
Un petit écho à
« L’évidence absurde »*
dans cette mise en abyme

 

 


« Une nuit, je fais un rêve terrifiant.
Un énorme tire-bouchon, c’était le monde, tournait en se vissant sur place dans sa propre spirale, comme l’enseigne des coiffeurs américains, et je me voyais, pas plus grand qu’un pou mais moins adhérent, glisser et culbuter sur l’hélice et me tourbillonner la pensée sur des escaliers roulants de formes a priori.
Tout à coup, c’était fatal, le grand craquement, ma nuque éclate, je tombe sur le nez, j’émerge dans un éclaboussement d’étincelles devant le Cafre, venu pour m’éveiller.
Il me dit : « Tu as eu la grande catacouiche, hein ? Alors viens voir. »
Il me mène au pigeonnier, me fait regarder par un trou de la paroi. Je mets un œil. Je vois »…

  

A14- UN SPECTACLE TERRIFIANT-let


 

A14- UN SPECTACLE TERRIFIANT-image


« un spectacle terrifiant : un énorme tire-bouchon, c’était le monde, tournait en se vissant sur place …

dans sa propre spirale, comme l’enseigne des coiffeurs américains, et je me voyais pas plus grand qu’un pou mais moins adhérent » 

____________

Par les petits trous
on voit
la même chose que par les grands
C’est un peu ce que disait
la « Table d’Émeraude »**

(mille excuses pour les allergiques aux textes ésotériques anciens
dont il faut retraduire le sens
en se rappelant qu’alors
de même que la distinction artiste / artisan n’existait pas
il en était de même pour magie / science)


Dialogue laborieux 14,  complet (au format pdf) Dialogue Laborieux 14

 


* "... Le Vieillard de la Mer, semble-t-il, avait coutume de répondre more
pataphysico aux questions saugrenues que les voyageurs grecs aimaient
poser aux sages qu'ils rencontraient. Ainsi, interrogé par Cléombrote
sur la question de l'unicité ou de la pluralité des mondes, il répondit :
« qu'il n'y avait ni une infinité de mondes ni un seul, ni cinq,
mais 183 disposés en triangle, qu'ils se touchent les uns les autres et
dans leur révolution forment une espèce de danse... etc... ».
Cléombrote prit cette réponse pour du bon pain ; pour moi,
ataviquement instruit des usages pataphysiques, je sais que c'est la seule
réponse qui puisse convenir à aussi sotte question : réponse enrobant le
vrai dans l'absurde, propre à éveiller chez le voyageur des doutes et de
nouvelles questions. Comme le Sphynx, mon Père marin parlait par
énigmes. Mais au lieu de dévorer l'incapable de répondre, il le faisait,
au contraire, naître, et le déposait, revêtu d'un corps d'enfant et plein
de questions, sur la grève où je me connus humain pour la première
fois. Et nous autres enfants de la Mer Rouge, autrement dit
pataphysiciens, continuons à abasourdir la race questionneuse des
Cléombrote de nos évidences absurdes. "

** « Tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas …
miracle de l’unité. »