Je ne peux pas oublier : Refus d’obéissance – Jean Giono – 10 (Utile pour qui alors ?)

Giono jeune, a écrit un texte que Giono sage a partiellement renié, lui reprochant précisément tout ce qui en fait sa force : la colère, la fougue, l’audace, la témérité et cette capacité de faire déborder le sens au-delà des mots.
(Entretien avec Pierre Lhoste Avril 1968 « …C’est une erreur de jeunesse, une exaspération de violence … »)

Pourtant ce texte contient tout de ce qui pourrait réveiller … ce monde.
Autant à propos des guerres permanentes dans lesquelles nous sommes habilement engagés (idéologique, économique, énergétique, climatique …) que concernant la place à laquelle l’homme à le droit … parmi les autres formes de vie sur terre.

Ces extraits concernent la guerre dans laquelle Giono s’est trouvé engagé de 1914 à 1918.
Dans celui-ci on verra Giono envisager l’utilisation de la violence … mais contre les véritables ennemis de ce qu’il chérit le plus, à savoir : la vie.


Tranchée des baïonnette-n&b


« Ce qui me dégoûte dans la guerre, c’est son imbécillité.

J’aime la vie. Je n’aime même que la vie. C’est beaucoup, mais je comprends qu’on la sacrifie à une cause juste et belle. J’ai soigné des maladies contagieuses et mortelles sans jamais ménager mon don total.

A la guerre j’ai peur, j’ai toujours peur, je tremble, je fais dans ma culotte. Parce que c’est bête, parce que c’est inutile.
Inutile pour moi. Inutile pour le camarade qui est avec moi sur la ligne de tirailleurs. Inutile pour le camarade en face. Inutile pour le camarade qui est à côté du camarade en face dans la ligne de tirailleurs qui s’avance vers moi. Inutile pour le fantassin, pour le cavalier, pour l’artilleur, pour l’aviateur, pour le soldat, le sergent, le lieutenant, le capitaine, le commandant. Attention, j’allais dire : le colonel !
Oui peut-être le colonel, …

JNPgi-10- MAIS ARRÊTONS - NOUS . -le-i


(Plus facile)


(Solution)


 

« Mais il est encore bien des Français qui, favorisés de la fortune, vivent oisifs. A ceux-là, nous disons : Vous avez mieux à faire. Vous devez ce qui vous reste de vie à la France; On peut se rendre utile de mille façons et les moyens sont à la portée de tous

Pointeur, c’est à toi qu’appartient la fonction délicate et méticuleuse de repérer, de diriger, de corriger; opérations dont le but est d’obtenir du tir des résultats appréciables. C’est dire l’importance de ton instruction à ce rôle et de son exécution pratique et utile à la guerre.

[Pour nos soldats : GUIDE DU POILU – Charles Charton]


 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s