« Le pays où l’on arrive jamais » – André Dhôtel – page 21

P19-SOUDAIN IL AVAIT COMPRIS - imageP21-EN PASSANT SOIGNEUSEMENT-image

 

« Je n’ai jamais interdit à un élève
de regarder par la fenêtre.»


disait André Dhôtel à propos de
cette ultime forme de l’école buissonnière
qui est encore possible (?) de nos jours.

C’est ce que le Livre permet depuis toujours
fenêtre ouverte sur
ce qui buissonne à deux pas de nous.


Vingtième et unième page,
Pour la première fois
de son existence
à la fois sage en intentions
et catastrophique dans ses effets
Gaspard envisage
un désastre
dont il sera l’acteur conscient.

 


«  Il fut tellement saisi qu’il oublia de compter. il pensait que le père Drapeur arrivait, comme il l’avait annoncé, à la première heure du jour. Ce n’était que la voiture de la laiterie. Gaspard reprit son compte approximativement vers cinq cent douze, puis il laissa son balai. Il poussa une table et il monta dessus pour nettoyer la grande glace du fond. En passant soigneusement le torchon, il considérait les attaches qui fixaient la glace au mur. »…
  

P20-LÀ TU OUVRES LA FENÊTRE-let


 

P21-EN PASSANT SOIGNEUSEMENT-image1


… En passant soigneusement le torchon, il considérait les attaches qui fixaient la glace au mur. »

____________

Gaspard regarde enfin
à travers le grand miroir de l’hôtel
qu’il nettoie consciencieusement
la réalité
et lui-même
en face
Et
comme souvent
dans ces ruptures
il lui faut matérialiser
celle qui le saisit.