« Le pays où l’on arrive jamais » – André Dhôtel – page 4

P04-TRAVERSER LA PLACE-image1

« Je n’ai jamais interdit à un élève
de regarder par la fenêtre.
«

disait André Dhôtel à propos de
cette forme ultime de l’école buissonnière
qui est encore possible (?) à l’époque moderne.

C’est ce que le Livre permet

et « Le pays où l’on arrive jamais »
est une de ces fenêtres ouvertes sur
ce qui buissonne à deux pas de nous.

Croire qu’elle ne s’adresse qu’aux enfants
parce que deux enfants en sont les personnages (humains) principaux
serait (un bien grand) dommage
(ce serait un peu comme : croire que les pâtes ne s’adressent qu’aux italiens …
on y perdrait la connaissance d’un continent entier du goût)


Quatrième page,
Quelques années
– bien surveillées par la tante –
passent
sans une autre alerte

… et puis
à nouveau
sans que ce soit de sa faute


 

« Il n’y avait pas deux semaines qu’il recevait l’enseignement de M. Dumeron, qu’un soir, en revenant de l’école, il s’avisa de monter dans la camionnette de l’hôtel qui stationnait devant la porte. Le commis devait aller faire une course à la ville et il avait laissé la voiture sur le terre-plein. Dès que Gaspard y fut monté par derrière, la camionnette démarra. Il y a une pente très légère devant l’hôtel du Grand Cerf, on s’en aperçut bien en cette occasion. Le commis avait négligé de serrer le frein et insensiblement le véhicule s’était mis en mouvement pour gagner la rue où une brusque déclivité dévale sur la place de l’église. On vit donc bientôt la camionnette …  

P04-TRAVERSER LA PLACE-let


 

P04-TRAVERSER LA PLACE-image1

 


… traverser la place, tandis que Gaspard tout étonné, demeurait assis, les jambes pendantes, à l’arrière. »