L’hôpital 1 – Anna Jouy

En les territoires accueillants de JAN DOETS
Anna Jouy.

Elle y dit, avec humour et pourtant tout le poids du lieu … et du reste

« Les heures se comptent en pilules. La rose, la verte, la tricolore, l’obus blanc. Un éventail de bonbons,… 

VOUS DORMEZ BIEN - ME QUESTIONNENT-ILS TOUT EN TORPILLANT MON REPOS DE LEUR ANGOISSE PROFESSIONNELLE-letex


le dentier enfoncé dans la poche de sa robe de chambre.

En plus elle m’appelle Suzanna !

(solution)


 

Lire le texte sur le site des cosaques des frontières

 


Lire Anna en ses lieux virtuels

LE GRAND MEAULNES – ALAIN FOURNIER – 23


POUR LA PREMIERE FOIS MEAULNES-let                                                                               

Extrait du roman « Le grand Meaulnes » de Alain Fournier

Parcours de lecture

POUR LA PREMIERE FOIS MEAULNES-s

En clair sur babelio

*

POUR LA PREMIERE FOIS MEAULNES-txt

Un extrait plus long qui contient cette citation

POUR LA PREMIERE FOIS MEAULNES-txt2

____________________________

Les TAGS donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image la cliquer


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


La course avait fini trop tôt. Il était quatre heures et demie et il faisait jour encore, lorsque Meaulnes se retrouva dans sa chambre, la tête pleine des événements de son extraordinaire journée. Il s’assit devant la table, désœuvré, attendant le dîner et la fête qui devait suivre.
De nouveau soufflait le grand vent du premier soir.
On l’entendait gronder comme un torrent ou passer avec le sifflement appuyé d’une chute d’eau. Le tablier de la cheminée battait de temps à autre.
Pour la première fois, Meaulnes sentit en lui cette légère angoisse qui vous saisit à la fin des trop belles journées. Un instant il pensa à allumer du feu ; mais il essaya vainement de lever le tablier rouillé de la cheminée. Alors il se prit à ranger dans la chambre ; il accrocha ses beaux habits aux portemanteaux, disposa le long du mur les chaises bouleversées, comme s’il eût tout voulu préparer là pour un long séjour.