Profiter d’une crise

( Pour une comparaison entre la France et l’Allemagne, l’Italie, les USA
au format PDF
Tableau comparatif France et USA- 21-04-2020

Tableau comparatif France et Italie 21-04-2020

Tableau comparatif France et Allemagne – 21-04-2020

Tableau Excel
Tableau comparatif France et Allemagne Italie USA – 21-04-2020 )

 

 

 

Pour profiter d’une crise et imposer des réponses,
à soi, favorables,IL N’ EST PAS UTILE -le-i

OU DE LES-let-i


Pourquoi citer uniquement l’Italie et l’Espagne, c’est à dire les pays qui ont proposé comme la France un confinement très rigoureux (Excessif ?) et très vigoureux (Brutal ?) et pas l’Allemagne ? Où les aires de promenade (parcs, jardins publics etc.) sont restées ouvertes.
Pourquoi donner les chiffres des USA comme les plus importants de tous les pays, sans indiquer un ratio* qui serait bien plus parlant, puisque c’est aussi le pays le plus peuplé (hors la Chine, s’est mise hors de l’épidémie, mais à la merci de tout nouveau cas à propagation rapide, puisqu’aucune immunité n’a été acquise de la part des régions non concernées jusqu’alors.

Létalité et contamination comparée (ration) : France / USA

Létalité et ration des nombres de cas France - USA

La contamination est plus forte aux USA qu’en France.
Ce qui est normal compte tenu du choix fait de parvenir plus rapidement au pic, en pariant sur le fait que la reprise économique et la faible durée de l’épidémie fera moins de mort qu’un étalement de celle-ci avec un pic peu visible, et une descente très lente en plateau (nécessitant éventuellement une reprise de confinement)

Mais la donnée importante est ailleurs. On voit qu’aujourd’hui encore, la létalité du covid 19 est 3 fois plus grande en France qu’au USA (elle est 6 fois plus grande que celle de l’Allemagne.)


Pour avoir une idée des tendances des pays qui ont choisi ou non un confinement dur.cas actifs en espagne le 18 avril 2020

L’Espagne, dont on dit qu’elle a dépassé le pic de l’épidémie a un nombre de cas actifs qui au mieux stagne, au pire repart parfois à la hausse.

cas actifs en Italie le 18 avril 2020-

L’Italie a une courbe très semblable avec, semble-t-il un pic, avec une descente qui s’annonce lente. (Retardant le déconfinement ?)

cas actifs en France le 18 avril 2020-

La France, à laquelle beaucoup d’observateurs ont reproché des résultats peu fiables (données parvenue un jour après et donc rattrapage faussant la courbe et rendant difficile la vision d’une tendance.) On voit 4 moment qui auraient pu faire croire à l’arrivée d’un pic.
Courbe assez similaire aux deux autres pays à confinement dur.

cas actifs aux USA le 18 avril 2020

Une pente assez raide, qui démarre bien plus tard et qui montre une augmentation importante des cas.
Qui correspond à la politique menée (espérant une baisse aussi rapide que la montée) et fait espérer une descente tout aussi rapide.

Les difficultés des USA tiennent au fait que le système de santé n’a rien à voir avec l’autre pays qui n’a pas confiné strictement, à savoir l’Allemagne. Mais l’atout des USA est que la population (et c’est la tradition même des fondateurs de ce pays) ont une mentalité très différente (notamment hors des grandes villes modernes) de celle des pays européen. La valeur qui prime avant tout (celle mise en avant par ceux qui ont « conquis » ces territoires) est la liberté. C’est pourquoi on a pu y voir des manifestations de désobéissance massive aux décrets de confinement.

cas actifs en Allemagne le 18 avril 2020-

Avec ici aussi un démarrage plus tardif que dans les trois pays à strict confinement, on voir une montée des cas très rapide (liée à la mortalité la plus faible de l’Europe).
Le pic est très visible et la « descente est très nette.

 

La conclusion – Aurélien Bellanger – Allemagne (2)

Dans sa chronique quotidienne 
Aurélien Bellanger,
quasi-inégalable dans ses images/analogies/métaphores/…,
en sa course perpétuelle pour caser la totalité de sa « conclusion »
dans le temps imparti par France Culture
et donc
toujours à la limite de trébucher sur un des ses mots,
lancés à la vitesse d’une mobylette 103 kitée 80
qui poursuivrait une zundapp 50 
dont le conducteur lui aurait fait un pied de nez*
a dit/écrit.
(*pâle tentative ici pour tenter d’approcher le débit supraluminique d’A.B.)

« Le Moyen Âge comme nation : l’idée d’un achèvement quelconque de l’Occident dans les rues du premier bourg venu, d’un paradis modeste pour urbanistes prudents — non seulement tous les feux tricolores fonctionnaient à Sarrebruck, mais même leurs signaux sonores, système de redondance destiné aux aveugles, tintait impeccablement dans la petite ville :
mais d’aveugles, je n’en ai pas vu un seul, comme si ces tintements étaient là seulement pour en éterniser le souvenir médiéval. Je n’ai pas vu d’enfant non plus, d’ailleurs, et même pas

CONB04-UN CRI EN PASSANT -le-i

(Plus facile ici)


(Solution)

 

La conclusion – Aurélien Bellanger – Allemagne (1)

Dans sa chronique quotidienne
Aurélien Bellanger,
– quasi-inégalable dans ses images/analogie/métaphore/…,
toujours à la limite de trébucher sur
un des ses mots
lancés à la vitesse du galop d’un cheval qui aurait
la vaillance de celui d’Attila et la force de celui de Gengis Kahn –
a dit :

« Le Moyen Âge comme nation : un sentiment d’achèvement, des fenêtres bien peintes aux pelouses bien propres, un sentiment de grâce permanente, si la grâce était quelque chose de fade et de monotone — une sorte de régularité concédée à la vie bonne, de régularité comme récompense :

CONB03-SI VOUS TENEZ BIEN VOS MAISONS-le-i

(Plus facile ici)


(Solution)