Le Temple … qui fut Neuf – (emprunt à Mathias)

IL EST DE VIEUX TEMPLES NEUFS-letexx*

Sur une rivière
qui naît en France
et se donne en Allemagne
il se dresse
drapé dans son orgueil
et sa gloire passée.

*


La photographie est de Mathias
  Le monument est de Conrad Wahn

IL EST DE VIEUX TEMPLES NEUFS-letex

*
*

A l’inverse de la Moselle qui entoure son île
il fut d’abord Allemand sous Guillaume
avant de devenir Français sous … la république.

IL EST DE VIEUX TEMPLES NEUFS-s
(à cliquer)


Il est des vieux temples neufs qui sont aussi des nefs
perdues sur le bras mort d’un presque fleuve. 

[Almanach] Christine Jeanney …

[Le muscle est encore parfois utile]

vendredi 10 juin 2011
Les éditions publie.net donnaient
Cartons de Christine Jeanney

LES GROS BRAS LES PRENDRONT-letcr1-exp

                               

(à cliquer pour obtenir le parcours de lecture)

L’extrait complet

Proposition de lecture :


LIVRES SALON écrit au feutre noir une fois dessus, une fois sur le côté, les gros bras les prendront trois par trois et même plus, je m’échine sur un seul, poussé péniblement, tiré, il s’arrache, je recouvre de scotch la plaie, cache un morceau de couverture violette, livre en allemand, historique, familier, mystérieux, pas ouvert à cause d’une langue impénétrable mais gardé, rassurant, l’obscurité pour lui, tiens, me promettre de l’ouvrir à l’arrivée, là-bas, au moment de remplir les étagères vides, déménager c’est se faire de petites promesses, là-bas, il faudra, on pourra, on fera attention, et plus question de (et puis on fait comme on a l’habitude, le temps de retrouver nos déplacements et de lever la tête dans la bonne direction, déménager c’est se demander souvent et plusieurs fois par jour où est accrochée la pendule)

UN HYMNE À LA PAIX (16 FOIS) – LAURENT GRISEL – 3

( …Enfin parce qu’ainsi, au centre des seize hymnes, comme leur axe, on sait que sans Voix de Femme il n’y a pas de paix. *)


Slow²Reading

[la guerre tue … rend autre, mutile aussi …
que faire avec ceux qui reviennent ainsi ?]

« Et …

CES GARS QUE LA GUERRE NOUS A RENDUS - letcr1-exp

(si tu es novice, une lecture plus facile pour commencer
avec les liens d’un mot à l’autre
– à cliquer -)

CES GARS QUE LA GUERRE NOUS A RENDUS - letc1-sr

Extrait du recueil
« Un hymne à la paix (16 fois) »

de Laurent Grisel

Parcours de lecture

CES GARS QUE LA GUERRE NOUS A RENDUS - sr

L’extrait

CES GARS QUE LA GUERRE NOUS A RENDUS - letc1-txt0r

Un entretien avec l’auteur à propos de ce livre
Son site  imagine36tigres

____________________________

les TAGS
donnent des mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image, cliquer dessus


Merci de signaler une  erreur


On accueille la paix, on lui ouvre les bras –
allègres : quitter les usines d’armes,
plus de caisses d’obus ; sortir en plein jour,
le ciel est sans avions.
 
Et ces gars que la guerre nous a
rendus, étrangers, mutilés tous,
on les prend dans nos bras.
On fait vie avec. On refait vie avec.
 
Aller librement dans les ruines,
chercher librement de quoi nourrir,
habiller, bercer – se blottir, se reposer –
ouvrir grand les bras, embrasser,
recevoir les baisers, aimer,
serrer fort.

LE VILLAGE PATHÉTIQUE – ANDRÉ DHÔTEL – 8

affiche information défi qazaq-petit

En téléchargement un livret de jeu gratuit des citations d’auteurs de l’écurie « Qazaq« .
(pour ordinateur .pdf  ou .epub pour liseuse)
Un livre ancien, offert par Jan Doets, et une lithonumérique numérotée, don de Anna Jouy, à gagner pour Noël.


« – Ce saoulard est le deuxième adjoint au maire.
N’est-ce pas une honte ? …

       JULIEN TROUVAIT ADMIRABLE - letcr1-expo
Elle rentra chez elle dans le mouvement d’une robe rapidement enfuie, tandis que Blunay descendait la rue la tête haute, réussissant à maîtriser superbement son ivresse. »

Extrait du roman « Le Village pathétique »
de André Dhotel

 —

Parcours de lecture

JULIEN TROUVAIT ADMIRABLE - sr

En clair

JULIEN TROUVAIT ADMIRABLE - txt0r

—-

L’extrait complet

 JULIEN TROUVAIT ADMIRABLE - txt1r

 

 


Merci de  signaler une erreur 


 

– Ce saoulard est le deuxième adjoint au maire.
N’est-ce pas une honte ? …
Julien trouvait admirable la fragilité de Mathilde, Quelle secrète énergie animait ces bras de statuette ?
Elle rentra chez elle dans le mouvement d’une robe rapidement enfuie, tandis que Blunay descendait la rue la tête haute, réussissant à maîtriser superbement son ivresse.

LE GRAND MEAULNES – ALAIN FOURNIER – 30



« Et tandis qu’il secouait la vitre, le visage collé au carreau, il aperçut, grâce à un coude du chemin, une forme blanche qui courait. C’était, hagard et affolé, le grand pierrot de la fête,…LE BOHEMIEN EN TENUE - letc1… Puis tout disparut. »

—-

(Pour une lecture plus lente encore
à cliquer)

LE BOHEMIEN EN TENUE - let1

Extrait du roman « Le grand Meaulnes » de Alain Fournier

Parcours de lecture

LE BOHEMIEN EN TENUE - s

En clair sur babelio

*

LE BOHEMIEN EN TENUE - txt0

Un extrait plus long qui contient cette citation

LE BOHEMIEN EN TENUE - txt1

 


____________________________

Les TAGS donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image la cliquer


N’hésitez pas à signaler une erreur


Et tandis qu’il secouait la vitre, le visage collé au carreau, il aperçut, grâce à un coude du chemin, une forme blanche qui courait. C’était, hagard et affolé, le grand pierrot de la fête, le bohémien en tenue de mascarade, qui portait dans ses bras un corps humain serré contre sa poitrine. Puis tout disparut.

RICORDI – CHRISTOPHE GROSSI – 59

(Le n° 59 des 480 ricordi du recueil de Christophe Grossi, avec des dessins de Daniel  Schlier – ATELIER CONTEMPORAIN)                  

              

                        « 59.  Mi ricordo*…

D ACCOLADES TAP - letcg2
                                       

                         —                            

Extrait du recueil « Ricordi »
de Christophe Grossi

 —

Parcours de lecture

D ACCOLADES TAP - s

En clair

*

D ACCOLADES TAP - txt1

—-

* Mi ricordo : Je me souviens

Christophe Grossi chez lui (déboîtements.net) 

____________________________


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur


59. Mi ricordi

d’accolades tap tap tap dans le dos, puis, dès
la frontière franchie, de bras qui se lèvent, de
mains qui s’agitent : adieu.

COLLINE – JEAN GIONO – 08

              « Nous l’avons couché. Depuis, …

IL MANGE IL BOIT IL CHIQUE IL PARLE IL REMUE LES DOIGTS ET LA MOITIE DES BRAS LE RESTE C EST DE LA SOUCHE MORTE-let

Extrait du roman « Colline»
de Jean Giono

parcours de lecture

IL MANGE IL BOIT IL CHIQUE IL PARLE IL REMUE LES DOIGTS ET LA MOITIE DES BRAS LE RESTE C EST DE LA SOUCHE MORTE-s

—-

En clair (sur babelio)

*

IL MANGE IL BOIT IL CHIQUE IL PARLE IL REMUE LES DOIGTS ET LA MOITIE DES BRAS LE RESTE C EST DE LA SOUCHE MORTE-txt

Un extrait plus complet

IL MANGE IL BOIT IL CHIQUE IL PARLE IL REMUE LES DOIGTS ET LA MOITIE DES BRAS LE RESTE C EST DE LA SOUCHE MORTE-txt2

___________________________________

Pour agrandir une image, cliquer dessus


 N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


« J’ai crié : Janet. Oh Janet. Rien. Il ne répondait pas. Sur le coup je ne me suis guère inquiété ; je le connais : il se couche dans l’herbe et tant que l’eau ne lui chatouille pas la tête il ne se réveille pas. C’est sa manière à lui. Je lui ai dit cent fois : Un beau jour vous vous noierez. Ça lui fait autant…
« Donc, il ne répond pas. Je me pensais : “Quand même : c’est étonnant que l’eau ne soit pas encore là-bas.” Seulement avec ces putains de trous de taupes, on ne sait jamais. Et je débouche le gros canal à coups de bêche.
« L’eau coulait à plein. L’herbe chantait, comme du vent. Au bout d’un moment, je crie encore. Rien. Ça, c’était plutôt drôlet. Je descends en faisant le tour. Je n’avais pas de fanal. À vous dire vrai, j’avais peur : Ça, si tu le trouvais mort. À son âge.
« Il était tout de son long étendu et raide. L’eau arrivait à un doigt de sa bouche. Pour le sortir de là, ça n’est pas allé tout seul. Je me suis enfoncé dans la terre mouillée jusqu’aux genoux.
« Nous l’avons couché. Depuis, il mange, il boit, il chique, il parle, il remue les doigts et la moitié des bras ; le reste, c’est de la souche morte.