CLIMATS- LAURENT GRISEL – 4

« le monde est sans intention
le monde est sensible  »
Laurent Grisel


Slow²Reading

[De la dépossession (ici encore) des lieux qui semble aller de soi
– puisqu’elle est au service de « l’environnement » –
de tous ceux
dont c’est depuis toujours l’environnement.]
___

IL FAUT CONSERVER LE REVE - letc1-exp

(si tu es novice
ici les liens entre les mots sont donnés
-à cliquer-)

IL FAUT CONSERVER LE REVE - letc1-sr

Extrait du poème
« Climat »

de Laurent Grisel

Editions publie.net
dans la collection L’Inadvertance, poésie

—–

Parcours de lecture

IL FAUT CONSERVER LE REVE - sr

 —-

En clair
(cliquer)

IL FAUT CONSERVER LE REVE - txt0r

Un extrait plus long
(cliquer)

IL FAUT CONSERVER LE REVE - txt1r

Une lecture de Climat (version courte) par l’auteur
Son site  imagine36tigres

____________________________

les TAGS
donnent des mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image, cliquer dessus



par malheur quelques-uns de leurs chefs ont signé un contrat éblouissant avec
Celestial
Green
Ventures
 
sur 2 millions d’hectares
aucun droit de planter ni brûler ni exploiter selon les traditions
car
pour les marchés de compensation carbone, de droits à polluer
violemment il faut conserver
le rêve d’une forêt vierge
qui ne l’est pas —
prudes, puritains armés d’avocats et de fusils —
 
et ce rêve sera conservé sur pied
pendant 30 ans
120 millions de dollars, versés aux Indiens
en 30 fois
de 2012 à 2041
une misère
au regard d’un commerce de droits à polluer
colossal

LA GRANDE BEUVERIE – RENÉ DAUMAL – 05

EN GENERAL ON PARLE COMME ON TIRERAIT DES COUPS DE FUSIL AU PETIT BONHEUR ENTENDE QUI PEUT-let

Extrait de  « La grande beuverie »
de René Daumal

Parcours de lecture
EN GENERAL ON PARLE COMME ON TIRERAIT DES COUPS DE FUSIL AU PETIT BONHEUR ENTENDE QUI PEUT-s

En clair sur babelio

*

EN GENERAL ON PARLE COMME ON TIRERAIT DES COUPS DE FUSIL AU PETIT BONHEUR ENTENDE QUI PEUT-txt

____________________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


En général on parle comme on tirerait des coups de fusil au petit bonheur, entende qui peut.

UN SOIR (Les nuits de Malmont ) – ANDRÉ DHÔTEL – 03

 BERRACHE ENTRA SANS PREVENIR DANS LA CUISINE IL AVAIT SON FUSIL SUR L EPAULE IL SAISIT AUSSITOT LE JEUNE HOMME PAR LE BRAS

Extrait de la nouvelle « Les nuits de Malmont »
de André Dhotel
(du recueil de Un soir  )

Parcours de lecture

BERRACHE ENTRA SANS PREVENIR DANS LA CUISINE IL AVAIT SON FUSIL SUR L EPAULE IL SAISIT AUSSITOT LE JEUNE HOMME PAR LE BRAS-s

En clair sur babelio

*

_____________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Alors Berrache entra sans prévenir dans la cuisine. Il avait son fusil sur l’épaule. Il saisit aussitôt le jeune homme par le bras.