« La grande beuverie » – René Daumal – Dialogue laborieux – 6 –

A06-J’ AI OUBLIÉ DE DIRE-image

La grand beuverie - en Calabre

Tout ce qui est sans chair et sans émotion vraie, en prend pour son grade dans cette oeuvre truculente.


Dialogue laborieux – 6–
Quelques petites égratignures
– ce n’est qu’un début … –
à ce qui est parfois considéré comme de l’art
et que mon correcteur orthographique
remplace parfois (dois-je dans ce cas précis lui donner tort ?)
par « lard ».
La science n’étant pas laissée de côté dans cette distribution.

 


«— … Le plus crétin des virtuoses, au bout de quelques années d’exercice, arrive à briser une coupe de cristal à distance, par la seule émission de la note exacte correspondant à l’équilibre instable de la matière vitreuse. On cite plusieurs violonistes, pas plus bêtes que d’autres, qui faisaient ça presque naturellement.

La maîtresse de maison est toujours très fière d’avoir sacrifié à l’Art, ou à la Science, selon les cas, la plus belle pièce de sa verrerie, un souvenir de famille, qui plus est, elle est tellement ravie qu’elle en oublie de gronder son fils qui vient de rentrer du lycée complètement saoul, le fils persistera dans le vice, échouera à ses examens, sera réduit à faire du commerce, deviendra riche et considéré, et toute cette chaîne d’effets est suspendue à un son musical déterminé, exprimable par un nombre.  »…

  

A06-J’ AI OUBLIÉ DE DIRE-let


 

A06-J’ AI OUBLIÉ DE DIRE-image


J’ai oublié de dire que le mot « Art » est le seul que les carpes soient capables de prononcer.

»

____________

Dans le texte complet du chapitre (donné ci-dessous en pdf), on trouvera
une dernière phrase délicieuse
qui évoque la raison possible
pour laquelle
certaines émissions télévisées
ont
et gardent
de l’audience
grâce ou en dépit
de la bêtise frôlant parfois l’absolu
(j’exabuse un peu bien sur …
on ne peut frôler « l‘absolu quoique » ce soit … et en revenir indemne)


Dialogue laborieux 6,  complet (au format pdf) Dialogue Laborieux 05

L’art perforant

Esthétique partout, beauté nulle part?…

… peut-on lire dans la présentation que donne France Culture du billet culturel de Vendredi (29 septembre 2017).

L’image donnée (« Grossière ballerine de Jeff Koons ») illustre bien cette question, autant que le titre de l’émission (« Qu’est ce que la beauté aujourd’hui? ») , ces huit minutes (format condensé) de Mathilde Serrell.

A cet art contemporain (la méchante langue de Lélio Lacaille dit « Content pour rien »)
qui, en performant cherche souvent à choquer, à perforer, à s’introduire par surprise
ou violence même dans nos sens,
à cet art qui est, comme la plupart des activités phares de notre époque, du côté de la compétition, en matière de réponse à la question posée  :
(Emprunt à Hanns Johst)


L ART CONTEMPORAIN QUAND ON LUI PARLE-letex

L’image de fond évoque « l’oeuvre de Wang Luyan

Voir aussi au MAM de Saint Etienne

(solution)


L’art contemporain, quand on lui parle du beau, il sort son revolver.

Le naufrageur – Stevenson – 01

[Merci à la « Bibliothèque Numérique Romande » pour l’édition gratuite de ce livre au format numérique]


 

ELLE AVAIT ABRITÉ SES YEUX - letcr1-exp

(Sans l’image
à cliquer pour agrandir)

ELLE AVAIT ABRITÉ SES YEUX - letcr1


Extrait du roman  Le Naufrageur,
(roman traduit de l’anglais… par L.-M. Zeys)
de Robert Louis Stevenson

Parcours de lecture

ELLE AVAIT ABRITÉ SES YEUX - s

En clair

ELLE AVAIT ABRITÉ SES YEUX - txt0

Un extrait plus long

ELLE AVAIT ABRITÉ SES YEUX - txt1

Lecture

 


On n’aurait pu découvrir, dans toute la longueur de la rue bordant la plage, une seule créature animée, mais au bout de la jetée, assis sur une pile de vieux effets, se trouvait la curiosité vivante de Taiohaé : le fameux blanc tatoué.
Bien que les grands yeux ouverts de notre personnage semblassent se fixer sur le paysage pittoresque qui se déroulait à l’horizon, il était insensible aux beautés du site et laissait follement vagabonder sa pensée à travers l’espace.
Cependant il fut soudain tiré de son assoupissement par une apparition inattendue. L’accès de la baie n’est pas difficile aux bâtiments ; ils peuvent aisément approcher de l’un ou l’autre des deux îlots qui en gardent l’entrée. Le foc d’un vaisseau émergea brusquement ; bientôt après parurent deux voiles d’avant, et notre rêveur n’avait pas eu le temps de sauter sur ses pieds, qu’un brick contournait l’îlot et se trouvait à l’entrée de la passe.
La ville endormie se réveilla comme par enchantement. De tous côtés accoururent les indigènes, se renvoyant les uns aux autres ce cri magique : « Un vaisseau ! un vaisseau ! » La reine, sous sa véranda, scrutait l’horizon ; pour mieux voir, elle avait abrité ses yeux sous une main, véritable chef-d’œuvre de l’art du tatouage. Le commandant rentra précipitamment pour chercher sa longue-vue ; le gouverneur de la prison courut en hâte vers le port. Enfin, les dix-sept Canaques et le capitaine qui composaient une partie de l’équipage du vaisseau de guerre français se précipitèrent sur le pont. Les marchands et les commis de nationalités diverses s’étaient rassemblés, selon leur coutume, dans la rue, devant le cercle. Tout cela s’était fait en un clin d’œil, avant que le bâtiment eût eu le temps de jeter l’ancre. Quelques minutes plus tard, les couleurs anglaises furent arborées.

 

 

LE TROUBADOUR ALCHIMISTE – LUIS RACIONERO – 2

Plus qu’un roman, il s’agit là d’une somme. Au carrefour des trois religions monothéiste du bassin méditerranéen) Raymond Lulle, homme de toutes les sciences (non limitées à celles de la raison) est ici raconté par Luis Racionero auquel on a beaucoup reproché l’étendue de ses connaissances, lesquelles ont fatigué de nombreux lecteurs. 
Je dois à cette fatigue le bonheur de rencontrer cette oeuvre (au Bleuet de Banon) dans les caisses d’ouvrages soldés à 5€.



MEME LEURS TORTURES - letc1

——

Lecture plus lente
MEME LEURS TORTURES - let1

Extrait du roman «Le troubadour alchimiste »

de Luis Racionero

 —

Parcours de lecture
UN CHEVALIER SUR - s

En clair sur babelio
*

MEME LEURS TORTURES - txt0

Un extrait plus long
MEME LEURS TORTURES - txt1

_________

Les TAGS
donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir cliquer


Merci de signaler une erreur


Vous ne pouvez pas imaginer ! Ils produisent un fil de soie très mince et résistant qui ne peut être tissé de main d’homme. Comment ils le font, c’est un secret impérial que les moines nestoriens cherchent à percer à jour pour le vendre en Europe. Leur peinture est une impression évanescente enveloppée de brume; leur poésie, l’expression réticente d’une sensibilité pratique mais délicate, intérieurement passionnée mais intérieurement précise; leur porcelaine est fine comme une coquille d’oeuf, décorée avec une minutie et une patience surhumaines.
Même leurs tortures sont sophistiquées au point d’atteindre les limites où la cruauté se mue en art.

LA MISSION DE L’ARTISTE – FERDINAND HODLER – 1


 

L ART-let



—     

Extrait de l’essai « La mission de l’artiste »
de Ferdinand Hodler

 —

Parcours de lecture

L ART-s

En clair  sur babelio

*

L ART-txt


[Une conception battue en brèche
par les artistes qui considèrent
qu’il est possible de faire de l’art
sur une tabula rasa
et pour les quels la beauté n’est pas
le but de leur … geste ni ce qui le produit.]


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur 


L’art, c’est le geste de la beauté.

LA GRANDE BEUVERIE – RENÉ DAUMAL – 10

 
C EST AINSI QU A-letc1

   Extrait de  « La grande beuverie »
de René Daumal

 —

Plus difficile
C EST AINSI QU A-let

———–

Parcours de lecture
C EST AINSI QU A-s

En clair sur babelio

*

C EST AINSI QU A-txt

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur 

C’est ainsi qu’à notre époque la science se met au service de l’art pour rendre les maisons inhabitables.