Je ne peux pas oublier : Refus d’obéissance – Jean Giono – 29 – Jambe et Tête

Se servir de ses jambes et de sa tête … et Giono dit bien, les jambes avant la tête, tout comme Tommaso Campanella aurait recommandé en premier lieu de questionner nos sens, première nourriture de notre esprit, sans laquelle notre pensée est hors-sol.
(Et on sait ce que le fils de l’Olympe fait au fils de la Terre, lorsqu’il peut lui faire quitter les pieds du sol)


« Je préfère vivre. Je préfère vivre et tuer la guerre, et tuer l’état capitaliste. Je préfère m’occuper de mon propre bonheur.

Je ne veux pas me sacrifier. Je n’ai besoin du sacrifice de personne. Je refuse de me sacrifier pour qui que ce soit.

Je ne veux me sacrifier qu’à mon bonheur et au bonheur des autres.

Je refuse les conseils des, gouvernants de l’état capitaliste, des professeurs de l’état capitaliste, des poètes, des philosophes de l’état capitaliste. Ne vous dérangez pas. Je sais où c’est. …

JNPgi-29-MON PÈRE ET MA MÈRE-le-i

F                                                                 S

Cartes postales de la Chine ancienne – l’Apatride (via Anh Mat) – 3

Couvert-CartesPostales-QazaQ-225x300

A la racine de ce recueil de poésies de la Chine ancienne
se trouve la biographie
ou comme il préfère la désigner
« Les poussières de vie » du traducteur, puis celles des 8 poètes qu’il a choisi.

L’extrait donné ici provient d’un des textes de Wang Wei
dont il rapporte que
« Tout ce qu’il a écrit ne fut qu’un écho de compassion au silence. »

Une présentation chez l’éditeur (Jan Doets) 

Le recueil est disponible (éditions qazaq)
aux formats liseuse et pdf
en téléchargement ici
au prix d’un « café au bord de mer » (Christophe Sanchez)


LES JAMBES REPLIÉES SUR LES TALONS - letcr1-exp

(ou, à cliquer)
LES JAMBES REPLIÉES SUR LES TALONS - letcr1

Extrait du poème de
Wang Wei
« Montée au Temple de la compréhension »
du recueil
« Cartes postales de la Chine ancienne »
redonnées en français par L’apatride
(transmis par Anh Mat)

On Peut se procurer ce recueil
aux éditions Qazaq
—–

Parcours de lecture

LES JAMBES REPLIÉES SUR LES TALONS - s

En clair

LES JAMBES REPLIÉES SUR LES TALONS - txt0

Le poème en son entier
LES JAMBES REPLIÉES SUR LES TALONS - txt1


 

Proposition de lecture du poème


montée au Temple de la compréhension
 
ici en contrebas de ces verts bambous
du Pic de lotus voilà la cité des mirages
sous son rempart les trois pays de Ch’u
au delà d’épaisses forêts les neufs Affluents
inondent herbes mousses et fougères
et les jambes repliées sur les talons
assis sous le pin le pinceau du poème
relate le vide léger du nuage blanc
le monde sans la venue de l’homme

POUR RIRE -25- (Pierre Doris)

Une  grille
pour rire

La première lettre de chaque mot est
mise en couleur et en italique.
Chaque mot est entouré d’une limite.
Le lien entre chaque mot et le suivant indiqué par un point rouge
La phrase à déchiffrer est composée de mots qui se suivent.


Pierre Doris

Tromperie sur la « marchandise »

« Je regrette de ne plus pouvoir épouser votre fille mais
vous ne m’aviez pas dit qu’elle boitait…

D ACCORD MAIS D UNE SEULE JAMBE - letc1-exp


Pour le parcours de lecture
(cliquer)

D ACCORD MAIS D UNE SEULE JAMBE - sr


Pour lire en clair
(cliquer)

D ACCORD MAIS D UNE SEULE JAMBE - txt0r


– Je regrette de ne plus pouvoir épouser votre fille mais
vous ne m’aviez pas dit qu’elle boitait…

– D’accord ! Mais d’une seule jambe !


LE GRAND MEAULNES – ALAIN FOURNIER – 13

PEU A PEU LE FROID LE PENETRANT IL S ENVELOPPA LES JAMBES DANS UNE COUVERTURE QU IL AVAIT D ABORD REFUSEE

Extrait du roman « Le grand Meaulnes »
de Alain Fournier

Parcours de lecture
PEU A PEU LE FROID LE PENETRANT IL S ENVELOPPA LES JAMBES DANS UNE COUVERTURE QU IL AVAIT D ABORD REFUSEE-s

En clair sur babelio

*

____________________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Peu à peu, le froid le pénétrant, il s’enveloppa les jambes
dans une couverture qu’il avait d’abord refusée