Refrain – Christophe Sanchez

[poème de musique
en musique
céleste]


Christophe Sanchez, sur son blog « Fut-il.net »
donnait ce jour
« Refrain«

UN COURANT D AIR TRAINAILLE-letex(clic…)

Le poème en son entier

 


 

Christophe Sanchez en ses murs 
(percés d’ouvertures multiples)


Le rideau danse

sur un refrain de Chet Baker. 

Un courant d’air trainaille 

sans se soucier de la mélancolie 

qui se love entre le balcon

et ce dimanche soir 

où le ciel blanc 

rêve de jouer de la trompette.

Là où la vie patiente – Anna Jouy – [bientôt aux éditions Qazaq]

Après plusieurs recueils de poésie (qui ont suivi « Strasbourg verticale« ), Anna Jouy publie à nouveau un roman (autobiographique) aux éditions Qazaq (de Jan Doets).

La date prévue pour cette sortie est … juste un peu avant la grande rentrée littéraire de septembre, le 26 août prochain.

On peut voir une présentation vidéo très poétique (on ne se refait pas !) sur le site des éditions Qazaq.

Anna a bien voulu m’autoriser à citer une phrase de son texte et m’a laissé la choisir en me procurant un extrait de son roman.

J AI TENTÉ LA MARE MYSTÉRIEUSE-lex2


Proposition de lecture pour l’extrait complet :

De la production du poème

Un peu comme un écho à

« Lélio Lacaille s’entretient avec aunryz à propos de la lecture-rencontre qui a réuni Michaël Batalla, Raymond Galle et Lucien Suel en la médiathèque de Port de Bouc. »

ici


LE POÈME EST MOINS SOUILLÉ - letcr1-exp2-n&b


Le poème est moins souillé par les tâches d’encre
ou trahi par la maladresse
que par la traque de celui qui lui veut du bien.

theese flatlands

[bien évidemment une surface stable est toujours utile
pour poser le pied
et plus confortable
pour y progresser … mais]


DU POINT DE VUE DE L ÉPAISSEUR - letcr1-exp

(Texte plus contrasté, cliquer ici)

Parcours de lecture

DU POINT DE VUE DE L ÉPAISSEUR - s
(à cliquer)

En clair

DU POINT DE VUE DE L ÉPAISSEUR - txt0
(à cliquer)

Du relief  ici :  Tokaïdo     Yoshida (Toyogawa – bashi -34e relais)


Du point de vue de l’épaisseur, le ragot est au discours scientifique ce que le poème est au discours politique.

 

HUIT HISTOIRES DE FANTÔMES – La fiancée disparue – JEAN-BAPTISTE FERRERO – 7

« Le monde est une vaste chambre pleine de recoins, de cachettes et d’ombres où se dissimulent des ombres. La plupart
des gens ne s’en rendent pas compte, tout occupés qu’ils sont à se livrer à de graves et inutiles affaires de première importance. Ils s’agitent, caquètent, paradent et se pavanent, amoureux de leurs reflets dans les flaques d’eau et aveugles, sourds à tout ce qui n’est pas eux.
Moi, j’ai arrêté de jouer il y a longtemps.
Quand Elle est partie. »
(De la préface)

Une présentation chez les cosaques des frontières

L’oeuvre est disponible au prix d’un café au bord de mer* au format epub ou pdf
aux éditions Qazak (de Jan Doets)  ici

*Dixit Christophe Sanchez, et il s’y connait en bord de mer … et en café.


[Une enquête qu’il était sur le point de refuser … parce qu’il n’est pas un charognard.] J AI LE COEUR BIEN ACCROCHÉ - letcr1-exp

        …et la bêtise ordinaire des organisations publiques et privées suffit à satisfaire mon appétit d’anecdotes déprimantes.

 

Extrait de « Huit histoires de fantômes – la petite voix des morts »
de Jean-Baptiste Ferrero

 « La fiancée disparue »

Itinéraire de lecture

J AI LE COEUR BIEN ACCROCHÉ - sr

(cliquer pour retourner)

  —

 En clair le passage complet


(cliquer pour retourner)

 —

Un extrait plus long

J AI LE COEUR BIEN ACCROCHÉ - txt1r
(cliquer pour retourner)

Lecture des premières pages de la nouvelle


Merci de signaler une erreur 


Ça fait belle lurette que le métier d’enquêteur privé ne se résume plus à la filature des époux volages et de toute façon, j’ai presque toujours refusé les affaires privées pour me concentrer sur le monde des entreprises. Ma vie est bien assez sordide et déprimante sans que je me coltine les pathétiques problèmes familiaux de mes contemporains.  Celui qui, tel le Diable boiteux de Lesage, pourrait soulever le toit des maisons pour scruter la vie intime de ses voisins y découvrirait pour l’essentiel un cloaque de bassesse et de médiocrité, le genre de bouillon de culture qu’un microscope pourrait révéler dans une plaie gangrenée. J’ai le cœur bien accroché mais mon goût pour la charogne s’arrête au fameux poème de Baudelaire et la bêtise ordinaire des organisations publiques et privées suffit à satisfaire mon appétit d’anecdotes déprimantes.

Cartes postales de la Chine ancienne – l’Apatride (via Anh Mat) – 3

Couvert-CartesPostales-QazaQ-225x300

A la racine de ce recueil de poésies de la Chine ancienne
se trouve la biographie
ou comme il préfère la désigner
« Les poussières de vie » du traducteur, puis celles des 8 poètes qu’il a choisi.

L’extrait donné ici provient d’un des textes de Wang Wei
dont il rapporte que
« Tout ce qu’il a écrit ne fut qu’un écho de compassion au silence. »

Une présentation chez l’éditeur (Jan Doets) 

Le recueil est disponible (éditions qazaq)
aux formats liseuse et pdf
en téléchargement ici
au prix d’un « café au bord de mer » (Christophe Sanchez)


LES JAMBES REPLIÉES SUR LES TALONS - letcr1-exp

(ou, à cliquer)
LES JAMBES REPLIÉES SUR LES TALONS - letcr1

Extrait du poème de
Wang Wei
« Montée au Temple de la compréhension »
du recueil
« Cartes postales de la Chine ancienne »
redonnées en français par L’apatride
(transmis par Anh Mat)

On Peut se procurer ce recueil
aux éditions Qazaq
—–

Parcours de lecture

LES JAMBES REPLIÉES SUR LES TALONS - s

En clair

LES JAMBES REPLIÉES SUR LES TALONS - txt0

Le poème en son entier
LES JAMBES REPLIÉES SUR LES TALONS - txt1


 

Proposition de lecture du poème


montée au Temple de la compréhension
 
ici en contrebas de ces verts bambous
du Pic de lotus voilà la cité des mirages
sous son rempart les trois pays de Ch’u
au delà d’épaisses forêts les neufs Affluents
inondent herbes mousses et fougères
et les jambes repliées sur les talons
assis sous le pin le pinceau du poème
relate le vide léger du nuage blanc
le monde sans la venue de l’homme

IL Y A LE CHEMIN – JEAN-YVES FICK – 2

« … Les images n’illustrent pas le texte – elles sont plutôt un voyage, qui s’amorce depuis des points précis du texte, passeront par une mosaïque qui les rassemble toutes, vous permettant de resurgir depuis l’image vers un autre point du texte. »
François Bon

Extrait de la présentation du livre

 


 

[Explorer les densités de … l’absence
c’est hors de portée des sciences
seul le poète peut s’y immerger et en rapporter … un « présent »]


 


LE POÈME SE POSE OU SON REFUS - letcr1-exp

—-

 Extrait de  « Il y a le chemin »
de Jean-Yves Fick

LA TABLE

–—


Parcours de lecture
(à cliquer)
LE POÈME SE POSE OU SON REFUS - s

L’extrait

LE POÈME SE POSE OU SON REFUS - txt0

Un extrait plus long

LE POÈME SE POSE OU SON REFUS - txt1

Présentation de l’oeuvre chez Publie.net

________

les TAGS
donnent des mots

___________________________________

Pour agrandir une image cliquer


Chez Publie.net : Jean-Yves Fick

D’autres mots de Jean-Yves Fick gammalphabet


 Merci de signaler une erreur 


Table carnet page clavier
qu’importe le lieu
c’est même nuit autour même au midi
cette scène s’éclaire seule

le jeu de ce qui s’écrit
dramaturgie
fluide ou plus âpre
le poème se pose
ou son refus

pantomime des mots amuïs sourds autour
la contorsion extrême des phrases
suspend les rythmes à la syncope

et forme sens la figure qui flotte
indistincte
proche et précaire
l’encre capte et crayonne
cela qui échappe déjà
s’évapore se recompose s’évanouit
s’efface et se perd
revient soudain autre
l’apparence renouvelée du même
fugace et légère
un influx ruisselle comme l’eau sur des rocs