LE GRAND MEAULNES – ALAIN FOURNIER – 31


« Vacillant comme un homme ivre, le grand garçon, les mains dans ses poches, les épaules rentrées, s’en alla lentement sur le chemin de Sainte-Agathe ; tandis que, dernier vestige de la fête mystérieuse, la vieille berline quittait le gravier de la route et s’éloignait, cahotant en silence, sur l’herbe de la traverse…. 

ON NE VOYAIT PLUS - letc1

—-

(Pour une lecture plus lente encore
à cliquer)

ON NE VOYAIT PLUS - let1

Extrait du roman « Le grand Meaulnes » de Alain Fournier

Parcours de lecture

ON NE VOYAIT PLUS - s

En clair sur babelio

*

ON NE VOYAIT PLUS - txt0

Un extrait plus long qui contient cette citation

ON NE VOYAIT PLUS - txt1

 


____________________________

Les TAGS donnent des mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir cliquer


N’hésitez pas à signaler une erreur


Vacillant comme un homme ivre, le grand garçon, les mains dans ses poches, les épaules rentrées, s’en alla lentement sur le chemin de Sainte-Agathe ; tandis que, dernier vestige de la fête mystérieuse, la vieille berline quittait le gravier de la route et s’éloignait, cahotant en silence, sur l’herbe de la traverse.
On ne voyait plus que le chapeau du conducteur, dansant au-dessus des clôtures…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s