Je ne peux pas oublier : Refus d’obéissance – Jean Giono – 24 – pour qui

Ici L’auteur motive ce refus d’obéissance par un doute. Quand un sacrifice est obligatoire et que ceux qui le refusent sont punis de mort, pour qui est-il vraiment ?


Ce doute, cette interrogation à propos de la justification d’une exigence imposée à des hommes et femmes libres,  est  tout aussi légitime en cette période de panique totale en France et dans le monde à propos d’un danger qui cause moins de décès que la voiture, la grippe et les accidents domestiques.)
Sans qu’il s’agisse de conclure ! La réalité est – quand elle n’est pas aussi brutale qu’en 14-18 – un fin dosage d’intentions, d’actes conditionnés, de suggestions fines, d’infusions lentes et inconscientes.
Rappelons que nous ne mettons pas la ceinture de sécurité pour nous protéger, puisqu’elle est obligatoire, y compris pour les personnes majeures, mais pour épargner à notre prochain un possible surcoût de son assurance santé.


« Il faut que moi, toi et les autres, nous nous sacrifiions. A qui ?

L’état capitaliste nous cache gentiment le chemin de l’abattoir : vous vous sacrifiez à la patrie (on n’ose déjà plus guère le dire) mais enfin, à votre prochain, à vos enfants, aux générations futures. …

JNPgi-24-ET AINSI DE SUITE-le-i


(Plus facile)


(Solution)


« Il faut trouver le moyen de conduire les gens à la mort, sinon, il n’y a plus de guerre possible ; ce moyen, je le connais ; il est dans l’esprit de sacrifice, et non ailleurs »

« Les pertes ? – c’est bien, en effet, le prix dont on paye chaque pas en avant, car on n’avance qu’à coups d’hommes ; vaincre, c’est avancer et tout dépend du prix qu’on voudra y mettre. Ce sont les braves semés sur la route qui, en effet, ouvrent le chemin aux autres. »

Général Lucien Cardot

2 commentaires sur “Je ne peux pas oublier : Refus d’obéissance – Jean Giono – 24 – pour qui

  1. « il faut trouver le moyen de conduire les gens à la mort » ; ça me rappelle ce que j’ai lu dans un livre sur l’évolution des techniques de la guerre. L’invention des fusils à tir rapide et des mitrailleuses n’a pas eu, dans un premier temps, les résultats escomptés : l’arme tirait « mieux » et plus, mais les soldats qui la tenaient n’arrivaient pas à viser « efficacement » : même les plus appliqués tiraient souvent en l’air ou à côté, n’arrivant pas se déprendre du dégout spontané de toucher l’homme en face : il a fallu apprendre aux soldats à tuer « pour de bon »… et donc déshumaniser l’adversaire, en faire une cible.
    ce que dit ton général est donc l’autre pendant de la médaille (militaire,of course !)

    J'aime

  2. Ce que tu décris là est la Guerre
    la vraie
    l’industrielle
    l’anonyme.
    Celle qui a fait mentir les militaires qui croyaient encore au corps à corps
    (et qui ont causé les déroutes que l’on sait en début de conflit)
    Il y a toujours eu des heurts violents et sanglants entre les humains (souvent les hommes)
    mais ils avaient toujours une raison et un but limités
    Les Guerres que l’on connait sont des Guerres d’éradication.
    A ce titre la guerre que nous menons (paraît-il) contre un ennemi (?) particulièrement hostile
    (et idéalement anonyme … ce qui en fait l’adversaire idéal) est un exemple à observer le plus objectivement possible. Pour voir tout ce qu’il demande de sacrifices (désolé à ceux qui sont des soignants et ne peuvent accepter ce que je dis là) pour un « gain minime » (Une bonne prévention pourrait diminuer les accidents domestiques qui causent 20 000 morts par ans et surtout des enfants !)
    Sacrifices qui coûtent peu à ceux qui vivaient déjà isolés des autres (les grands de ce monde) mais énormément à ceux qui n’avaient de lieux de bonheurs et de rencontre que les lieux publics.
    ___
    La mitrailleuse est une arme de près !
    Le fait de tirer plusieurs balles à la suite les unes des autres, chauffe énormément le canon et rend l’arme très imprécise.
    A l’armée, (référence l’AA52) le tir à la cible de 200 m d’une bande de cartouches (200) donne dans le meilleur des cas un ou deux impacts dans la cible.
    C’est une arme (idéale) de la phase industrielle … elle est MOINS EFFICACE, mais fait rapidement un grand nombre de victimes (d’assez près) en CONSOMMANT un très grand nombre de projectiles.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s