UN DE BAUMUGNES – Jean Giono – 005

un de baumugnes - image 2 flou

 

 

 

 

(Présentation … intention … rappel)


Albin
s’approche à petit pas de ce qui le hante
un détour le conduit à parler de son pays

occasion pour Giono d’évoquer
une nature vécue comme une compagne
dans un moment de poésie
certains diraient : « d’un autre temps »
il est, de fait
du temps.


baumugne-nb


Un soir, on se met ici où nous sommes, sur la terrasse, un soir comme ce soir.
C’était tard. Il coulait entre les arbres un torrent de silence qui noyait tout.
Moi, je pensais au pays. Ça faisait trois mois à peine que j’en étais parti. D’ailleurs, ce pays, tout à l’heure, je te dirai … parce que ça explique pourquoi l’histoire et parce que ça va me faire du bien, maintenant que je vais en prendre la route.
Une belle nuit !
Les choses de la terre, mon vieux, j’ai tant vécu avec …

ELLES J AI TANT FAIT MA VIE DANS L ESPACE-letnb

                                                         … que, quand j’ai de la peine c’est à elles que je pense pour la consolation.
Je regardais donc mon pays dans moi, et c’était de la douleur ; mais dans l’orme, là en face, ce fut le rossignol qui chanta, puis, tous les bassins ronflèrent sous les gosiers des rainettes, puis la chouette se mit à chouler et, alors, la lune sauta par-dessus la colline.


Un soir, on se met ici où nous sommes, sur la terrasse, un soir comme ce soir.
C’était tard. Il coulait entre les arbres un torrent de silence qui noyait tout.
Moi, je pensais au pays. Ça faisait trois mois à peine que j’en étais parti. D’ailleurs, ce pays, tout à l’heure, je te dirai … parce que ça explique pourquoi l’histoire et parce que ça va me faire du bien, maintenant que je vais en prendre la route.
Une belle nuit !
Les choses de la terre, mon vieux, j’ai tant vécu avec elles, j’ai tant fait ma vie dans l’espace qu’elles faisaient, j’ai tant eu d’amis arbres, le vent c’est tant frotté contre moi que, quand j’ai de la peine c’est à elles que je pense pour la consolation.
Je regardais donc mon pays dans moi, et c’était de la douleur ; mais dans l’orme, là en face, ce fut le rossignol qui chanta, puis, tous les bassins ronflèrent sous les gosiers des rainettes, puis la chouette se mit à chouler et, alors, la lune sauta par-dessus la colline.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s