[Almanach] Jean-Yves Fick …

[Dans un long poème qui évoque la ville
ce qui la fait ville
ce qui l’immerge dans la durée]

Dimanche 5 Juin 2011
Jean-Yves Fick donnait le poème sans filet 58 (V)

LES ANCRES DE CHAÎNAGE - letcr1-exp

                               

(à cliquer pour obtenir le parcours de lecture)

L’extrait complet

Proposition de lecture :

 

Le lieux d’écriture virtuelle de Jean-Yves Fick : Gammalphabet

Ses recueils chez Publie.net 


De l’une à l’autre rive
ce sont mêmes aspects
qui s’offrent à la vue

dans le peu de lumière

la même cendre prend
en poudre grise aux murs
plaqués de parements

ou les feux du plein jour

les ancres de chaînage
pauvres ou ouvragées
pleurent rouges leurs rouilles

ne passent que les masses

les surplombs d’avenues
horizontales noires
sillonnées d’autres masses

les mouvements s’écroulent
dans leurs propres néants
avec les immobiles

il préfère bien plus
se fier à la danse
des ombres de la flamme

plus vives et légères
dont rien ne le distrait
il arrive qu’il doute

que tout ne soit que songes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s