« L’iris de Suse » – Jean Giono – 17

« C’est aller plus loin que la lune
mais qui le saura »

écrit Jean Giono dans sa présentation du titre.


Seizième page,
Tringlot ce paye un petit extra
un plaisir de pauvre
mais pourtant
difficile à satisfaire

(une fois encore) il a de la chance …


 

« Dans un quartier excentrique, une boutique de rien du tout, une espèce de pocharde qui trimbalait quarante kilos de mamelles et une barbe de bouc, mais à l’œil tendre, ouvrit un tiroir plein de croûtes de fromages. …

P27 - MAGNIFIQUES ! DES CROÛTES-let


 

P27 - MAGNIFIQUES ! DES CROÛTES-image

Magnifiques ! Des croûtes de roquefort de collection ! A croire qu’elle les aimait elle aussi. »

 

[Almanach] naissance des éditions Qazaq – … Anna Jouy

[Après, les recueils de nouvelles, puis de Poésie
Jan Doets ouvre les éditions Qazaq
au roman.]

Anna Jouy
« Strasbourg verticale« 

Vendredi 10 Juillet 2015

[L’oeil peut tout.]
ELLE ME REPÊCHA-letcr1-exp

(à cliquer pour obtenir le parcours de lecture)

Le texte


Proposition de lecture  du poème :


 

 


Autres publications de Anna Jouy aux éditions Qazaq

Pavane pour une infante défunte

Je et autres intimités – Les dits de solitude

Anna Jouy en ses « Mots sous l’aube« 


Daphné quitterait sa place et je ne saurais rien d’elle. Elle se vaporiserait dans cette antique cabine de la STC, sans que je ne puisse rien comprendre à ce qui me troublait tant.
J’étais à ce moment–là tout à fait cupide. Je savais que je tenais peut–être un maillon important de la chaîne de ma propre vie. C’est cette idée, absurde probablement, mais c’est elle tout de même, qui me tarabustait au–delà de mon coup de foudre. La question était celle–ci: Daphné avait–elle déjà traversé une de mes vies? Quand? Où? Comment? Plus que tout, je voulais le savoir. Plus que tout, je voulais comprendre, vérifier une hypothèse que je tenais pour vraie mais sans la moindre preuve. Et Daphné, que j’avais devant moi à ce moment–là, était la première personne que je croisais de toute mon existence et qui me donnait cette sensation de reconnaissance. Impression de déjà vécu plus justement.
Les stores baissés faisaient sur elle des stries fines. On l’aurait dit casquée. Et comme la lumière ne lui parvenait que de manière indirecte, cela lui donnait une douceur fardée et pastel qui la poudrait légèrement.
C’est elle qui prit la parole.
 
– Où allez–vous?
– Je me rends à Arc–en–Ciel. C’est là que je vais prendre possession de mon nouveau logement. Et vous?
– Je viens chez vous. Enfin, si cela ne vous dérange pas trop…, dit–elle sans pour autant donner l’impression qu’elle tenait à rester convenable.
 
Je fus abasourdi. Qui ne l’aurait pas été à ma place?
 
– Chez… moi? Et comment cela se fait–il?
– Il y a un « rat dans mon frigo ». Personne n’est venu le chercher. Je ne peux vivre avec lui. Alors je suis sortie. J’ai pensé: je rencontrerai quelqu’un. Je lui demanderai son avis… A votre avis, est–ce raisonnable de partager son domicile avec un rat?
– Non… Bien sûr que non, dis–je avec difficulté.
 
Mon coup de foudre sentait soudainement le pétard mouillé. Qu’elle ait eu ce genre de culot avait suffi à me rendre méfiant.
Elle me repêcha du coin de son œil rose.

 

dehors / hors de / horde – Armand Dupuy – 1

[Le cercle et la chaîne]

RIEN AU CENTRE QU UN PIQUET - letcr1-exp


(ou
à cliquer)

RIEN AU CENTRE QU UN PIQUET - letcr1

Extrait du recueil
dehors / hors de / horde
de
Armand Dupuy
Publié
aux
éditions publie.net

Parcours de lecture

RIEN AU CENTRE QU UN PIQUET - s


En clair
RIEN AU CENTRE QU UN PIQUET - txt0

Un extrait plus long
RIEN AU CENTRE QU UN PIQUET - txt1


// c’est parler fort d’un bout à l’autre / tu vois pour une portière… / le bras trace une stratégie bien rodée par l’habitude du réel / aucune amplitude mouvement précis près du corps / sec de muscle ce corps s’ignore s’emboîte en sa nuit / tout à fait s’y loge mais sans tricher fini / de – hors hors de soi récidive / manque le temps de se rassembler / ce côté-ci des murs n’y suffit pas //
// moi c’est plutôt les chiffres / je m’approche on tourne court / c’est 2πr de chemin / rien au centre / qu’un piquet fiché dans l’œil une laisse très tendue / rien de plus / on broute autour une herbe égale / tout est dit qu’il faut redire et ruminer / on apprend quand même on apprend //
// tunnel pour joindre / remontées d’égouts moisissures / un court pont de planches courbes ferme un livre sous les pieds / grilles sonnettes laissez-passer / dehors le grand dehors gratte et pèse autrement / le mot s’affole en bouche qu’on ne comprend plus d’être là //
// ni terre ni ciel ici le ciment prend vite au ventre / le stock de mots récurrents se serre en boulet qu’on traîne / plus que dire freinent le corps le ralentissent / mots par lesquels ne pas s’évader / font comme une brique de verre déforme et chauffe à peine son tour de mur froid //

L’ÉVIDENCE ABSURDE – RENÉ DAUMAL – Liberté sans espoir 1

[Vers la tentation « logique »
de l’acte gratuit.]

L OEIL ENFONCÉ ET BRILLANT VOIT - letcr1

L OEIL ENFONCÉ ET BRILLANT VOIT - letcr1-exp

 —

Extrait du recueil d’essais « L’Evidence absurde 1926-1934 – Essais et notes 1 »
de René Daumal

dans « Liberté sans espoir »

parcours de lecture
L OEIL ENFONCÉ ET BRILLANT VOIT - sr

En clair

L OEIL ENFONCÉ ET BRILLANT VOIT - txt0r

 Un extrait plus long

L OEIL ENFONCÉ ET BRILLANT VOIT - txt1r

____________________________

les TAGS
donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir cliquer


Merci de signaler une erreur 


L’oeil enfoncé et brillant voit des portes partout, et l’homme s’y jette, le front en avant. Il voit le ciel vide et l’espace libre. Chaque objet est pour lui le signe d’une puissance. Mais que va-t-il choisir ? Des dieux tyranniques viennent le guider et le solliciter désir, intérêt, amour, beauté, raison. Il veut choisir librement et de lui-même. Il ne veut plus accepter aucun motif d’action. Un but est pour lui un maître. Il veut vouloir pour vouloir, agir par purs décrets. L’ « acte gratuit est, dit-il, le seul acte libre; et la seule valeur qui puisse résider dans l’âme humaine, c’est la volonté qui décide librement d’un acte, ni guidée par la raison, ni dirigée vers une fin.

SAGESSE – Bilge Sözler – PHIL DONNY (traduction Gül Ilbay)


Slow²Reading**

LAISSONS NOS - let1

 Extrait de  « Sagesse »sagesse - couverturede Phil Donny
aux éditions A TA TURQUIE

traduction en turque Gül Ilbay*
(les poèmes sont des rubaïs)

———–

Parcours de lecture

LAISSONS NOS - s

En clair sur babelio

*

LAISSONS NOS - txt0

Citation plus longue
avec la traduction en turque

LAISSONS NOS - txt-turque


* Militante pour les droits de la femme, Gül Ilbay, (qui a produit une thèse de troisième cycle sur Blaise Cendrars) a publié « Récits de femme »

___________________________________

Les tags donnent des mots
Pour agrandir, cliquer dessus


SlowReading*

* SlowReading : lecture aux lèvres, qui ralentit une pensée toujours pressée et galopante
** Slow²Reading : lecture lettre à lettre conformément à la « prière des mots »


Merci de signaler une  erreur 


Vivons en retrait, ma beauté, mais ne fermons pas notre porte
Laissons nos frondaisons ouvertes pour qu’entre la verdure des saules, nous puissions jeter un œil sur le monde.
Si un mystique vient à passer, nous lui offrirons une coupe de vin vermeil et lui tendrons le narghilé.
Ne fermons pas notre porte, ma beauté, si Dieu vient à passer, qu’il puisse entrer !

Injustice faite au myope – aunryz

        LA SEGREGATION - letc12

Pour y voir un peu plus clair (parcours)

—-

Pour Christophe (sourire)² et tous ceux qui ne déplient pas les images (et ils ont bien raison)LA SEGREGATION - txt2
à cliquer pour lire à l’occidental


La ségrégation dont sont victimes les myopes se voit à l’œil nu excepté pour eux-même, ce qui l’aggrave encore.

NO ET MOI – DELPHINE DE VIGAN – (Citations choisies par des élèves ) – 8 – (Lyna L.) (Laureen P.)

   Lettres au collège de Buis les Baronnies

 « Avant de rencontrer No, je croyais que la violence était dans les cris, les coups, la guerre et le sang…                                       

MAINTENANT JE SAIS QUE LA VIOLENCE EST AUSSI DANS LE SILENCE QU ELLE EST PARFOIS INVISIBLE A L OEIL NU-let

… La violence est ce temps qui recouvre les blessures, l’enchaînement irréductible des jours, cet impossible retour en arrière… »

Extrait du roman « No et moi« 

de Delphine de Vigan

collecté et proposée par Lyna L.
Et Laureen P.

Son commentaire :

MAINTENANT JE SAIS QUE LA VIOLENCE EST AUSSI DANS LE SILENCE QU ELLE EST PARFOIS INVISIBLE A L OEIL NU-com

MAINTENANT JE SAIS QUE LA VIOLENCE EST AUSSI DANS LE SILENCE QU ELLE EST PARFOIS INVISIBLE A L OEIL NU-com12

Parcours de lecture

MAINTENANT JE SAIS QUE LA VIOLENCE EST AUSSI DANS LE SILENCE QU ELLE EST PARFOIS INVISIBLE A L OEIL NU-s

En clair
*

MAINTENANT JE SAIS QUE LA VIOLENCE EST AUSSI DANS LE SILENCE QU ELLE EST PARFOIS INVISIBLE A L OEIL NU-txt


On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur – merci d’avance


Avant de rencontrer No, je croyais que la violence était dans les cris, les coups, la guerre et le sang.
Maintenant je sais que la violence est aussi dans le silence, qu’elle est parfois invisible à l’œil nu.
La violence est ce temps qui recouvre les blessures, l’enchaînement irréductible des jours, cet impossible retour en arrière.
La violence est ce qui nous échappe, elle se tait, ne se montre pas, la violence est ce qui ne trouve pas d’explication, ce qui à jamais restera opaque.

FAËRIE – J.R.R. TOLKIEN – 01

LA L'AIR EST SI PUR QUE L'OEIL PEUT VOIR LA LANGUE ROUGE DES OISEAUX QUI CHANTENT DANS LES ARBRES DE L'AUTRE COTE DE LA VALLEE

Extrait du recueil de contes « Faërie »
de J.R.R. Tolkien

Parcours de lecture
LA L'AIR EST SI PUR QUE L'OEIL PEUT VOIR LA LANGUE ROUGE DES OISEAUX QUI CHANTENT DANS LES ARBRES DE L'AUTRE COTE DE LA VALLEE-s

En clair sur babelio

*

____________________________

On peut s’aider des TAGS
ils donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir la grille de jeu, cliquer dessus