[Almanach] naissance des éditions Qazaq …Françoise Gérard

[Cinquième des sextuplés
nés il y a un an et quatre jours
l’aube des éditions Qazaq
issues du rêve de Jan Doets -]

[Un attachement à la famille … des liens pensants]

Françoise Gérard
« Avec l’espoir que tu me lises un jour« 

Vendredi 19 Juin 2015

(L’almanach fait du sur-place encore pendant 1 jours)

JE ME SENTAIS ATTACHÉE-letcr1-exp

(à cliquer pour obtenir le parcours de lecture)

Le texte


Proposition de lecture  :


Françoise Gérard en ses espaces virtuels
Ecriture « Le vent qui souffle »
Images « Pastels » « Regards« 


Je m’étais convaincue que tout était possible, que rien n’était vraiment incompatible… Question de volonté, de désir… Et mon désir incompressible, à ce moment-là, c’était de fuir, de m’évader, de détaler le plus loin possible de l’enclos familial où je me sentais attachée comme la chèvre de Monsieur Seguin à son piquet!… Je me voyais avec horreur ou effarement devenir une réplique, une copie conforme de toutes les femmes de la famille, à l’opposé de tout ce que j’étais, de tout ce que je ressentais, de tout ce que je pensais, de tout ce que j’avais imaginé depuis mes rêves les plus anciens, depuis que, enfant, pour avoir le courage ou la patience de grandir, j’avais accroché mes rêves d’évasion à chaque train qui défilait au bout du jardin en faisant trembler les murs de la maison, en déployant sur toute sa longueur l’enfilade de ses fenêtres ouvertes sur le monde comme un appel ou un rappel (n’oubliez pas que le monde existe!…), à la fois menace et objet de convoitise, objet surtout de convoitise…

dehors / hors de / horde – Armand Dupuy – 1

[Le cercle et la chaîne]

RIEN AU CENTRE QU UN PIQUET - letcr1-exp


(ou
à cliquer)

RIEN AU CENTRE QU UN PIQUET - letcr1

Extrait du recueil
dehors / hors de / horde
de
Armand Dupuy
Publié
aux
éditions publie.net

Parcours de lecture

RIEN AU CENTRE QU UN PIQUET - s


En clair
RIEN AU CENTRE QU UN PIQUET - txt0

Un extrait plus long
RIEN AU CENTRE QU UN PIQUET - txt1


// c’est parler fort d’un bout à l’autre / tu vois pour une portière… / le bras trace une stratégie bien rodée par l’habitude du réel / aucune amplitude mouvement précis près du corps / sec de muscle ce corps s’ignore s’emboîte en sa nuit / tout à fait s’y loge mais sans tricher fini / de – hors hors de soi récidive / manque le temps de se rassembler / ce côté-ci des murs n’y suffit pas //
// moi c’est plutôt les chiffres / je m’approche on tourne court / c’est 2πr de chemin / rien au centre / qu’un piquet fiché dans l’œil une laisse très tendue / rien de plus / on broute autour une herbe égale / tout est dit qu’il faut redire et ruminer / on apprend quand même on apprend //
// tunnel pour joindre / remontées d’égouts moisissures / un court pont de planches courbes ferme un livre sous les pieds / grilles sonnettes laissez-passer / dehors le grand dehors gratte et pèse autrement / le mot s’affole en bouche qu’on ne comprend plus d’être là //
// ni terre ni ciel ici le ciment prend vite au ventre / le stock de mots récurrents se serre en boulet qu’on traîne / plus que dire freinent le corps le ralentissent / mots par lesquels ne pas s’évader / font comme une brique de verre déforme et chauffe à peine son tour de mur froid //