« Le pays où l’on arrive jamais » – André Dhôtel – page 22

P19-SOUDAIN IL AVAIT COMPRIS - imageP22 - QUE T’ EST - IL ARRIVÉ ENCORE-image

 

« Je n’ai jamais interdit à un élève
de regarder par la fenêtre.»


disait André Dhôtel à propos de
cette ultime forme de l’école buissonnière
qui est encore possible (?) de nos jours.

C’est ce que le Livre permet depuis toujours
fenêtre ouverte sur
ce qui buissonne à deux pas de nous.


Vingt deuxième page,
Cette fois ci

le compte est bon.

 


«  Il y eut un bruit fantastique. Gaspard ne sut jamais comment il avait sauté de la table. Il se retrouva étendu presque au milieu de la salle. La glace s’était fracassée et les débris gisaient autour de lui. Il avait dû perdre connaissance. Son épaule gauche avait été entaillée par un éclat de verre et saignait abondamment. La tante, la servante, le cuisinier et le commis étaient penchées au-dessus de lui:
»…
  

P22 - QUE T’ EST - IL ARRIVÉ ENCORE-let


 

P22 - QUE T’ EST - IL ARRIVÉ ENCORE-image… 1000


… – Que t’est-il arrivé encore ?… Comment te sens-tu, Gaspard ? demandait la tante.
– Mille, dit Gaspard…
– Il est devenu fou. 
»

____________

Pour la première fois
Gaspard est entièrement responsable de l’accident
et
pour la première fois
il n’en sort pas tout à fait indemne.

André Dhôtel nous dit-il quelque chose
là ?

FAUST – GOETHE – 2

 


IL LEUR FAUT UNE GLACE - letc1
Lecture plus lente
IL LEUR FAUT UNE GLACE - let1

L’Oeuvre
« Faust »

de Johann Wolfgang von Goethe

Parcours de lecture
IL LEUR FAUT UNE GLACE - s

En clair (sur babelio)

*

——-
IL LEUR FAUT UNE GLACE - txt0
Une citation plus longue
IL LEUR FAUT UNE GLACE - txt1

__________________

Cliquer
pour agrandir
__________________________
Les Tags donnent des mots


Mettez un peu de vrai parmi beaucoup d’images,
D’un seul rayon de jour colorez vos nuages ;
Alors, vous êtes sûr d’avoir tout surmonté ;
Alors, votre auditoire est ému, transporté !…
Il leur faut une glace et non une peinture.
Qu’ils viennent tous les soirs y mirer leur figure !
N’oubliez pas l’amour, c’est par là seulement
Qu’on soutient la recette et l’applaudissement.
Allumez un foyer durable, où la jeunesse
Vienne puiser des feux et les nourrir sans cesse :
À l’homme fait ceci ne pourrait convenir,
Mais comptez sur celui qui veut le devenir.

CAMPEMENTS – ANDRÉ DHÔTEL – 21

Un livret
entièrement dédié à l’oeuvre d’André Dhôtel
(28 extraits provenant de quatorze romans et nouvelles
à redécouvrir en mots liés)
Pour saluer Dhôtel- livret N°1- 12 aout 2015

(cliquer sur l’image pour lire le livret)




ILS PARLERENT - letc1

 (Pour une lecture plus ralentie encore)

ILS PARLERENT - let1


Extrait du roman « Campement »
de André Dhotel

 —

Parcours de lecture

ILS PARLERENT - s

En clair  sur babelio

*

ILS PARLERENT - txt0


Merci de  signaler une erreur 


Ils parlèrent peu, à cause de l’étonnement qu’ils avaient de se revoir. Leurs pieds brisaient la glace des flaques d’eau.

COLLINE – JEAN GIONO – 10




LES BOIS DANSENT-letc1

Extrait du roman « Colline »
de Jean Giono

parcours de lecture

LES BOIS DANSENT-s

—-

En clair (sur babelio)

*

LES BOIS DANSENT-txt1

Un extrait plus long

LES BOIS DANSENT-txt2

 (Les éléments vont se faire complice
de tout ce que le vieux Janet
retient en lui de détestation et regrets mêlés.)

_____________________

Pour agrandir une image
la cliquer


 N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur 


C’est un soir malade. Le vent s’est élevé du Rhône. Un orage doit boucher le défilé de Mondragon.
Tout le jour, le fleuve du vent s’est rué dans les cuvettes de la Drôme. Monté jusqu’aux châtaigneraies, il a fait les cent coups du diable dans les grandes branches ; il s’est enflé peu à peu, jusqu’a déborder les montagnes et, sitôt le bord sauté, pomponné de pelotes de feuilles, il a dévalé sur nous.
Maintenant il siffle autour des Bastides dans les flûtes de pierre que les torrents ont creusées.
Les bois dansent. Des lambeaux d’orage passent ; une courte foudre gronde et luit. L’air sent le soufre, le gravier et la glace. Une lumière d’eau teint la vitre où le lierre désemparé cogne de son lourd bras de feuille.