Cuisine – Antoine Emaz

Extrait de la présentation de l’oeuvre sur le site de l’éditeur (publie.net)

« L’oeuvre unique que constitue Antoine Emaz est désormais établie sur ces deux registres: la poésie, et ce qui mène à la poésie, ce qu’elle est de travail sur soi: « Où soulever quoi pour que ça déplace de la langue ? »

[Erri De Luca est une illustration de ce qui se dit là à propos de l’écriture]

ÉCRIRE MOBILISE TOUT - ll

      …,  et ce n’est pas de l’ordre de la pensée. »

 

(ou à cliquer)
ÉCRIRE MOBILISE TOUT - letcr1

Extrait de
Cuisine 
(carnet autour et dans la poésie)
de
Antoine Emaz
aux éditions publie.net

Parcours de lecture

ÉCRIRE MOBILISE TOUT - s

En clair

ÉCRIRE MOBILISE TOUT - txt00

Un extrait plus long

ÉCRIRE MOBILISE TOUT - txt11

Ici en fin de page

Antoine Emaz était l’invité d’Alain Veinstein, le 22 novembre 2012, dans son émission Du jour au lendemainsur France Culture.

 


Persuadé de cela depuis longtemps : écrire est enraciné profond en vivre, à condition de ne pas réduire vivre à des événements administratifs ou à une histoire des affects. Il y a aussi une vie de lecteur par exemple, ou une vie manuelle, des apprentissages divers… Toute une histoire du corps, des sensations, aussi.
Écrire mobilise tout l’être à un moment précis ; toute la personne s’engouffre dans la langue, et ce n’est pas de l’ordre de la pensée. Le poème travaille dans de la langue-pas-encore-pensée ; c’est bien pour cela qu’in fine il n’est pas non plus réductible à de la pensée. Il est là, dans son mouvement de langue innervée par vivre, et il ne demande ni explication ni commentaire. Il est là, dans la même absurdité d’exister que moi, avec, s’il est bon, la même évidence d’être là.

THÉORIE DES ORAGES – LUCIEN SUEL – 1


« Les phrases défilent dans la flamme jaune et fuligineuse d’un briquet à essence  … 

QUI LIT - letcr1

                                                         

Extrait de  « Théorie des orages »
Poèmes de Lucien Suel 


Parcours de lecture

QUI LIT - s

Sur babelio

*

En clair

QUI LIT - txt0

Phrase complète

QUI LIT - txt1

Lucien Suel sur Publie.net

en son SILO

____________________________

les TAGS
donnent certains mots de la grille.

___________________________________

Pour agrandir une image, cliquer dessus


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur 


Les phrases défilent dans la flamme jaune et fuligineuse d’un briquet à essence qui lit à la vitesse de la lumière en brûlant l’être de papier.

HYMNE DE L’UNIVERS – PIERRE TEILHARD DE CHARDIN – 1


 
TOUT EST ETRE-letc1 


( plus difficile)
 à cliquer


—     

Extrait de l’essai « Hymne de l’univers»
de Pierre Teilhard de Chardin

 —

Parcours de lecture

TOUT EST ETRE-s

En clair  sur babelio

*

TOUT EST ETRE-txt1


[Une explication peut-être
de la raison pour laquelle
les scientifiques ne trouvent pas trace
de 80% de la matière de l’univers
qui échappe à leurs instruments de capture]


N’hésitez pas à signaler une éventuelle erreur 


Tout est être, il n’y a que de l’être partout, hors de la fragmentation des créatures, et de l’opposition de leurs atomes.

LE DOMINICAIN BLANC – GUSTAV MEYRINK – 09

L ARTISTE EST UN ETRE - let

Extrait du roman « Le dominicain blanc »
de Gustav Meyrink

Parcours de lecture

L ARTISTE EST UN ETRE -s

En clair (sur Babelio)

*

L ARTISTE EST UN ETRE -txt


[Comme un écho – et c’est un parfait hasard – ce jour même un sujet de philo en S de cette année était

Sujet 1 : Une œuvre d’art a-t-elle toujours un sens ?
et Marie Christine Grimard en parle ici]


L’artiste est un être dans le cerveau duquel l’élément spirituel, l’élément magique, l’emporte sur le matériel.

FAUST – GOETHE – 1

 

DANS L ORDRE UNIVERSEL - let1 

L’Oeuvre
« Faust»

de Johann Wolfgang von Goethe

Parcours de lecture
DANS L ORDRE UNIVERSEL - s

En clair (sur babelio)

*

——-
DANS L ORDRE UNIVERSEL - txtà cliquer

__________________

Cliquer sur les images
pour les agrandir
__________________________
Les Tags donnent certains mots


Quand les êtres divers, en tumulte pressés,
Poursuivent tristement les siècles commencés ;
Qui sait assujettir la matière au génie ?
Soumettre l’action aux lois de l’harmonie ?
Dans l’ordre universel, qui sait faire rentrer
L’être qui se révolte ou qui peut s’égarer ?
Qui sait, par des accents plus ardents ou plus sages,
Des passions du monde émouvoir les orages,
Ou dans des cœurs flétris par les coups du destin,
D’un jour moins agité ramener le matin ?
Qui, le long du sentier foulé par une amante,
Vient semer du printemps la parure éclatante ?