« L’iris de Suse » – Jean Giono – 11

« C’est aller plus loin que la lune
mais qui le saura »

écrit Jean Giono dans sa présentation du titre.


Onzième page,
Tringlot traverse divers paysages montagneux

à distance de ce qui, humain ou non,
lui donne vie.


 

« A gauche, une tortueuse vallée encombrée de tertres, resserrée par des parois à plomb couvertes d’yeuses, remontait vers des massifs enchevêtrés. Entrelacé avec un ruisseau scintillant, un petit train d’intérêt local y serpentait. Il faisait des flonflons de fumée, au pas. La gorge étroite où il ahanait amplifiait le martèlement de ses bielles et le trimbalement de ses ferrailles.

P21 - IL TRAÎNAIT À LA MONTÉE-let


 

P21 - IL TRAÎNAIT À LA MONTÉE-image

Il traînait à la montée quatre wagons vers une bourgade enfoncée dans des éboulis et les décombres d’une montagne.»

 

RICORDI – CHRISTOPHE GROSSI – 207

(Le n° 207 des 480 ricordi du recueil de Christophe Grossi, avec des dessins de Daniel  Schlier – ATELIER CONTEMPORAIN)                  

              

           « 207.  Mi ricordo*…
DE CEUX QUI VIVAIENT - letcr1

                                                                                 * Mi ricordo : « Je me souviens »

Extrait du recueil « Ricordi »
de Christophe Grossi

 —

Parcours de lectureDE CEUX QUI VIVAIENT - ss

En clair

*

DE CEUX QUI VIVAIENT - txt0

Christophe Grossi chez lui (déboîtements.net) 

____________________________


N’hésitez pas à signaler une erreur


207. Mi ricordo
                      De ceux qui vivaient au milieu des vignes, au
bord d’un lac, à la campagne, dans la forêt,
près d’un ruisseau, peu importe.